Communiqué du syndicat CGT des cheminots de Béziers

Publié le 8 Août 2011

ccheminots-10.08.11.png  

 

 

SOURCE : Papy Mouzeot

 

 

 

 


 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Travailleurs en lutte

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Bonjour papy,


 


En effet ton grand-père était un sacré bonhomme, c'est vrai pas du même genre que le mien mais ce qu'il a fait était très fort et courageux !!


Ces bonhommes étaient rudes, ils ne pouvaient transmettre quelque chose qu'ils n'avaient pas reçu ( la tendresse et l'amour) et ne savaient que rendre les coups qu'on leur avait donné!!


Je ne les excuse pas pour autant !!


Mon grand-père n'était pas comme cela, il était très attentionné, râleur c'est clair mais jamais violent !!


C'est cool le coup de la moto, je me doute comme il devait être fier à son age !!


Tu lui as fait plaisir c'est certain et c'est aussi difficile de briser la glace avec des êtres rudes et froids !!


Les barrières ne sont pas faciles à abattre et dans la vie, il n'y a que ça.


Je rêve d'un monde sans barrières, un monde basé sur le "peace and love" !!


Je t'embrasse bien fort et te remercie pour nous avoir confié cette page de ton histoire.


 


caroleone


 



P


Bah ce sont des souvenirs que je conserve précieusement, il est parti depuis longtemps.


Je peux te citer un fait assez rare dans l'armée, il était sur le même navire que son frère quand ils se sont fait couler par un bateau allemand. Mon grand-père a pu être sauvé immédiatement
quant à son frère il est rester en vie uniquement par sa volonté de survivre. Il était resté pendant une semaine à dériver sur un morceau d'épave quand il a été recueilli à son tour. La guerre
l'avait traumatisé, il a fini par se pendre 30 ans après la fin de la guerre.


Mon grand-père quant à lui avait pris le maquis et il opérait dans plusieurs régions de France, Alsace, Bourgogne, Beaujolais... Je me souviens lorsque j'étais beaucoup plus jeune avoir rencontré
un de ses frères résistants qui nous avait dit qu'ils lui avaient décerné le rôle de "première mitraillette" dans le Beaujolais. S'il avait la meilleure mitraillette c'est aussi parce qu'il
dégommait le plus d'ennemis.


Lui ne parlait jamais trop de ça, sauf quand ils retrouvaient entre anciens combattants et qu'il était bourré !


Il était sans cesse pourchassé par les nazis... Sa mère (mon arrière grand-mère) était garde-barrière en Bourgogne, ce qui fait qu'il était très bien renseigné sur les horaires des convois qu'il
faisait sauter. Sa fille qui est devenue ma mère m'a raconté qu'une fois il était à peine rentré chez sa mère que celle-ci l'a aussitôt prévenu en alsacien qu'il avait les nazis aux fesses. A
peine rentré, aussitôt reparti par la fenêtre de derrière !


Ils ont quand même fini par l'attraper mais pas bien longtemps ! Toujours d'après ma mère, alors qu'il avait été fait prisonnier, ils ont dû franchir à pied un pont qui enjambait une rivière.
C'était sa seule chance de s'en tirer et il l'a saisie. Il a sauté par dessus le pont et malgré les rafales il a sauvé sa peau, les nazis ne l'ont jamais retrouvé. Il était instructeur dans les
plongeurs de combat lorsqu'il était dans la marine ! Un vrai poisson...


Malgré tous ces "états de service" ce n'était pas mon héros. Dans la vie de tous les jours c'était un homme très dur et il picolait beaucoup. Il n'aimait pas les enfants ou alors il ne le
montrait pas vraiment, j'ai des souvenirs de lui de quand il te balançait une gifle avec ses battoirs, il t'arrachait la tête !


Ce n'est lorsque je suis devenu adulte qu'on a commencé à se rapprocher... Dans sa jeunesse il était motard et comme je suis le seul motard de la famille, je lui rappelais probablement quelques
bons souvenirs. Il est même monté derrière moi sur ma grosse Suzuki de l'époque, on a traversé les routes bourguignonnes à pas loin de 200 km/h, ça lui remémorait des sensations passées. Il
devait avoir environ 70 ans.


Je n'aurais jamais pu m'entendre politiquement avec lui, il était loin d'être communiste, franchement nationaliste même mais je lui pardonne, je comprends pourquoi il l'était.


 


Bizz,
Le Papy



C


Bonsoir papy,


 


Dis-donc, ton grand-père était de la même trempe que le mien et tu ne me l'avais pas dit ?


Cachotier !!


Mon arrière grand-père aussi était marin, c'était un terre-neuva mais il a fait moins d'éclat que son fils !!


Je t'embrasse


 


caroleone


 



P


Voilà qui plairait à mon grand-père, qui était cheminot et résistant après avoir été marin et fait parti de ceux qui ont sabordé leur navire pour ne pas le laisser aux mains de l'ennemi nazi.


 


Bizz,
Le Papy