COMMUNIQUE DES SYNDICATS CGT CFE/CGC FRALIB D’ENTREPRISE DU 7 MARS : UNILEVER EN TOUTE DELOYAUTE

Publié le 14 Mars 2012

 

bv000004.gif

 

 

CGT FRALIB

 

 

 

 

 

Un esprit de tueur à gage !

 

Tout au long des 3 mois et demi qui se sont écoulés depuis la décision de la Cour d’Appel d’Aix en Provence, UNILEVER, comme à son habitude, fait feu de tout bois dans ses comportements déloyaux.

La Multinationale fait une lecture bien particulière de la Loi, elle s’assoit sur la décision de la Cour d’Appel.

Elle a mis toute son énergie, utilisée toutes les ficelles possibles, mis en mouvement toutes ses connaissances et réseaux pour donner l’impression qu’elle a pris la mesure de la décision du 17 novembre, en fait de se garantir appui et silence ! La remise, par ses amis du gouvernement du prix FIR- Vigeo du Trophée Euro Stoxx50 pour avoir le mieux intégré la responsabilité sociale de l’entreprise, n’a en rien changé la réalité.

L’UNILEVER d’aujourd’hui est bien le même que celui qui, par un tour de passe-passe, a spolié l’État Français en détournant, depuis plusieurs années, des dizaines de millions d’impôts.

 

- UNILEVER trompe les consommateurs en sacrifiant la qualité et en diminuant la quantité dans les sachets, - -  - UNILEVER exploite les producteurs de matières premières et au nom de « toujours plus d’argent aux actionnaires » tue l’emploi en France, en Europe, partout dans le monde.

 

Après avoir pendant 10 ans dépecé l’entreprise souveraine, la multinationale compte toujours s’en aller avec la marque «ÉLÉPHANT» née il y a 120 ans ici à Marseille, pour fabriquer à l’étranger, vendre au plus cher en France et faire l’impasse des impôts.

En fin de compte UNILEVER vise à éliminer définitivement notre marque du marché.

 

Nous ne lâcherons rien. UNILEVER s’est fait recaler deux fois par la justice lors des précédents PSE.

Il devrait éviter l’autosatisfaction exprimée par M. FAURE sur le troisième PSE et attendre, sans « certitude », l’appréciation de la justice de notre pays.

La multinationale déguise la réalité en se prenant les pieds dans le tapis, en ne parlant dans le nouveau PSE que de 103 salariés pour les reclassements internes.


C’est de 182 salariés qu’il s’agit.


Ce chiffre, la direction d’UNILEVER ne l’a pas oublié c’est celui qu’elle utilise en toute démagogie dans son hypothétique plan de revitalisation du bassin d’emploi.

Au vu du peu de consistance des documents fournis dans ce cadre, un peu de modestie dans les propos aurait été de mise.

Au lieu de cela le dernier communiqué de la direction fanfaronne en titrant: « Revitalisation : un plan exemplaire pour aider les PME locales à créer au moins 182 emplois ».

Et d’annoncer une augmentation de 50% du budget alloué à la revitalisation qui au total serait de 1, 5 million d’euros. 50 % soit 500.000 € supplémentaires est ce bien là un effort « exemplaire » pour Unilever qui a cumulé lors des deux dernières années plus de 9,2 milliards d’euros de profit.


Le groupe UNILEVER propose donc de consacrer 0,00016% des bénéfices nets engrangés depuis l’annonce du projet de fermeture de Gémenos.

Tout le monde appréciera l’effort exemplaire !!! Au delà de la fanfaronnade sur les reclassements dont la plus grande partie des emplois n’ont jamais existé et n’existeront jamais, la réalité c’est qu’UNILEVER n’a, à ce jour pas créé l’ombre d’un emploi, après, près d’un an et demi de procédure!

 

Dans ces conditions, s’autoriser à dire « Quant au projet des syndicats, depuis 14 mois, il n’a ni client ni débouchés commerciaux.

C’est une impasse » est une vaste bouffonnerie.

Cela alors qu’UNILEVER connait précisément le contenu de nos propositions qui responsabilisent le groupe, alors qu’une convention de partenariat entre un investisseur industriel et le collectif de salariés a été présentée à la presse, alors que notre projet prévoit de reconstruire progressivement l’activité d’approvisionnement et de commercialisation démantelée par UNILEVER, alors que la marque Eléphant (qui a un très fort potentiel) ancrée dans notre pays depuis 120 ans appartient aux salariés, alors que nombreux contacts se nouent avec les producteurs locaux de plantes aromatiques.

 

UNILEVER est foncièrement déloyale dans sa démarche, ne vise qu’à passer en force un Plan de Sabordage de l’Emploi, en utilisant le clan Sarkozyste pour faire passer ses mauvais coups.

 

Demain mercredi 14 mars 2012 une nouvelle assemblée des salariés aura lieu, elle nous permettra d’apprécier la situation et de définir les actions et initiatives à prendre.


Nous tiendrons une conférence de presse après cette assemblée à 10H30 à l’usine

 

 

courrier de Michel vauzelle

 

 

 

 


Rédigé par caroleone

Publié dans #Travailleurs en lutte

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article