Chiapas : Communiqués du caracol V

Publié le 20 Septembre 2012

PARAMILIT_OAXACA-06cec.jpgCARACOL V QUI PARLE POUR TOUS
ZONE NORD, CHIAPAS,

MEXICO. LE 11 SEPTEMBRE 2012.

A la société civile nationale et internationale
Aux adhérents de l’Autre Campagne
A la Sexta Internacional
Aux médias alternatifs
Aux organismes indépendants des droits humains
A la presse nationale et internationale

Fraternels compas, le conseil de bon gouvernement dénonce encore une fois
la grave situation soufferte par nos compas hommes et femmes bases de
soutien de la nouvelle communauté « Comandante Abel », auparavant dénommée
San Patricio, de la Commune Autonome Rebelle Zapatiste « La Dignidad »,
Chiapas, municipalité officielle de Sabanilla.

1. Le 8 Septembre dernier, les tirs d’armes de gros calibre en continué en
direction de la communauté, et à ce moment les enfants, femmes et anciens
se sont enfuis afin de se réfugier sous les arbres, les troncs et les
pierres, et se sont dispersé dans la montagne, sous la pluie et dans le
froid. Ce n’est que deux jours plus tard que nous avons été au courant de
leur position, lorsqu’ils sortirent par différentes communautés
environnantes. Il y a encore aujourd’hui 4 disparus dont nous cherchons la
localisation, 2 femmes et 2 enfants. Les compagnonnes vivent aujourd’hui
en situation de déplacées, et vivent une situation difficile car les
enfants ont de la fièvre et des nausées, de la diarrhée et de la toux, et
commencent à souffrir du manque d’aliments, de vêtements et de
médicaments. Au total ce sont 70 personnes [réfugiées] entre les compas
hommes et femmes, les enfants et les anciens et anciennes de la
communauté. Au sein du village sont restés les compagnons et quelques
compagnonnes afin de défendre la terre face aux envahisseurs, qui ce
jour-ci ont construit deux barricades et trois maisons.

2. Ce même jour les compagnons bases de soutien de la communauté de Unión
Hidalgo [Chiapas], sont également partis se réfugier, apeurés par les
fortes et constantes menaces d’être massacrés par les paramilitaires de
cette communauté, les compagnons et compagnonnes ainsi que les enfants se
sont réfugiés dans la montagne durant 3 jours, également sous la pluie,
souffrant de froid et de faim. Ils ont finalement réussis à s’enfuir par
une autre communauté, mais ils souffrent également de différentes
maladies. Ce sont au total 10 déplacés ainsi qu’un enfant né récemment,
seuls sont restés les jeunes afin de garder les maisons et les affaires
personnelles.

3. Le 9, [les paramilitaires] ont agrandit le territoire approprié par les
agresseurs et prit des mesures afin de construire des maisons
supplémentaires. A 4h de l’après-midi ils ont procédé à deux tirs de
calibre 22, et à 9h et demi du soir à 25 autres tirs, de différents
calibres. A minuit, 4 autres tirs.

4. Le 10 septembre, trois hommes armés sont arrivés pour prêter main forte
aux envahisseurs, originaires de la communauté de Saquija, municipalité de
Sabanilla, un d’entre eux identifié comme étant Hipólito Pérez Hernández.
Le 11 septembre ils ont construit 5 maisons avec des toits de tôle, et
deux avec des bâches. Les dirigeants paramilitaires les plus visibles du
groupe armé « Paz y Justicia », également connus sous le sigle de UCIAF,
organisation formée directement par le gouvernement, sont : CARLOS CLEBER
CONZÁLEZ CABELLO ex-candidat du PRI, qui est celui qui a financé l’achat
des armes des envahisseurs, PEDRO RAMÍREZ GUZMÁN et HIPÓLITO RAMÍREZ
MARTÍNEZ, principaux dirigeants de la communauté Unión Hidalgo, JESÚS
RAMÍREZ MARTÍNEZ, MIGUEL ENCINO GÓMEZ et JAVIER GUZMÁN ENCINO, également
dirigeants, vivant à Sabanilla, les mêmes qui l’an passé ont organisé les
gens de la communauté d’Ostelukum afin d’envahir ces mêmes terres.

5. De tout ce qui se passe en ce moment et de ce qui pourrait se passer,
nous en responsabilisons les trois niveaux du mauvais gouvernement, FELIPE
CALDERÓN HINOJOSA, JUAN SABINES GUERRERO [gouverneur du Chiapas], la
présidente municipale de Tila SANDRA LUS CRUZ ESPINOZA y le président
municipal de Sabanilla GENARO VÁSQUES PÉREZ, qui sont les auteurs
intellectuels organisant, finançant, préparant, armant et donnant les
ordres à ces groupes paramilitaires et ces délinquants, au travers de
leurs institutions armées.

Afin de mettre en œuvre le plan de contre-insurrection visant à affaiblir
la résistance de nos villages, le mauvais gouvernement veut que nous
tombions dans ses plans de mise sous tutelle, au travers des miettes qui
tombent de leurs tables et qui ne servent pas à leurs femmes.

Nous nous sommes pauvres mais dignes, nous ne sommes pas des mendiants,
nous sommes des hommes et des femmes libres, qui construisons notre vie
pour le futur de nos villages au travers de notre Terre-Mère.

Vu que le mauvais gouvernement voit que nos bases de soutien ne tombent
pas dans ce grand mensonge consistant à dire qu’au travers de ses aumônes
vont s’améliorer les conditions de vie des villages, parce que nous savons
que c’est pour mieux les tenir contrôlés tandis qu’ils continuent leurs
plans visant à se rendre propriétaires des richesses de notre pays.

C’est pourquoi ils nous envoient leurs groupes armés afin de tuer, de nous
expulser et de détruire nos terres tandis que le gouvernement parle de
paix, de garantir les droits du peuple, que justice serait faite au
Mexique, et demande le soutien économique de l’ONU afin de combattre la
pauvreté et chercher le développement social du peuple, appuis qui servent
seulement à armer et financer des groupes armés pour tuer.

De quelle paix parle le mauvais gouvernement ?
Est-ce la paix financer, organiser et préparer des groupes armés pour tuer
leur propre frère, leur propre village ?
Est-ce la paix envoyer tirer sur un village d’hommes, de femmes, d’enfants
et d’anciens sans défense, obligés à se réfugier et se cacher sous les
arbres, les pierres et les troncs morts pour protéger leur vie, et qui
doivent souffrent la nuit, la pluie, le froid et la faim seulEs dans les
montagnes ?
Quel est le grave délit commis par les compas et leurs enfants ? Est-ce un
délit le fait d’avoir un morceau de terre pour vivre et maintenir leur
famille ?

C’est une honte devant le monde entier de dire combattre la délinquance
quand en vérité ils protègent des groupes et des dirigeants publiquement
opposés aux villages en résistance. Le mauvais gouvernement connaît
parfaitement qui ils sont, où ils se trouvent et quels sont leur fonction,
car ce sont eux les véritables leaders des groupes armés et délinquants.
Tous les actes délictueux commis jour après jour ne sont pas pour eux des
délits, vu qu’au contraire ils les protègent et leur donne pleine liberté.

Où existe ce truc qu’ils annoncent dans les médias pour tromper le peuple,
comme quoi n’importe quelle personne agressée peut faire une plainte et
que les délinquants seront poursuivis ?

Nous, nous ne sommes pas contre ceux qui ne sont pas avec nous, au
contraire, au groupe partisan des autorités officielles qui vivent dans la
communauté nous leur avons donné une partie des terres qui nous
correspondent afin qu’ils aient aussi leur part, parce qu’ils ont aussi
droit à la vie, et pour cela nos bases de soutien se sont déplacées dans
le pré « La lampara » afin de construire leur nouvelle communauté en
honneur à notre compagnon décédé Comandante Abel, et que chaque groupe
puisse s’organiser, travailler et profiter de ses droits agraires.

Que le putain de gouvernement mensonger, trompeur et imbécile sache que
nous n’allons pas nous rendre avant d’avoir payé de nos vies pour notre
terre si nécessaire, si il croit que le sang versé le 1er janvier 1994
pour trouver une place dans ce monde n’est pas suffisant.

BIEN A VOUS

Commander en obéissant

La lettre de dénonciation porte le sceau du conseil de bon gouvernement
“Graine qui va produire”, et est signée par les représentants en session :

Damián López Pérez
Estrella Sánchez Sánchez
Edgar Vazquez Gutiérrez

traduction Siete Nubes

http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2012/09/12/la-jbg-nueva-semilla-que-va-a-producir-denuncia-que-continuan-las-agresiones-de-paramilitares-y-la-grave-situacion-de-bases-de-apoyo-zapatistas-en-la-comunidad-comandante-abel/

 

 

cropped-miradas-zapatistas.jpg

 

 

Le Conseil de bon gouvernement “Graine qui va produire” dénonce une
attaque armée de paramilitaires contre la communauté autonome « Comandante
Abel »

Caracol V qui parle pour tous, Roberto Barrios, Chiapas, Mexico,
Conseil de bon gouvernement “Graine qui va produire”
7 septembre 2012

A la société civile nationale et internationale
Aux adhérents de l’Autre Campagne
A la Sexta Internacional
Aux médias alternatifs
Aux organismes indépendants des droits humains
A la presse nationale et internationale


Compas fraternels, le Conseil de Bon Gouvernement dénonce publiquement la
situation traversée par la nouvelle communauté “Comandante Abel”,
auparavant dénommée San Patricio, Commune Autonome Rebelle Zapatiste « La
Dignidad », Chiapas, municipalité officielle de Sabanilla.

1.- Le 6 septembre 2012 à 7h du matin un groupe de 55 personnes sont
arrivées équipées d’armes de différents calibres afin de s’approprier du
terrain de nos bases de soutien, à 200 mètres de la nouvelle communauté
mentionnée antérieurement.

Ce groupe vient de la communauté Unión Hidalgo et des priistes de San
Patricio de la municipalité officielle de Sabanilla. Ce groupe est venu
avec l’objectif d’envahir et d’expulser nos compagnons de leurs terres et
de leur propriété. Lorsqu’ils arrivèrent ils se mirent à construire des
toits et mirent un drapeau rouge, et à 11h du matin le même jour,
commencèrent à voler le maïs encore vert planté par les compagnons.

-A midi ils effectuèrent un tir d’une arme de calibre 22.
-A 3h de l’après-midi trois fonctionnaires du mauvais gouvernement sont
arrivés sur le lieu où se trouvent les envahisseurs accompagnés des
enfants des priistes de la communauté de San Patricio avant de repartir.
Après cela de nouveaux paramilitaires sont arrivés sur place, le numéro
des envahisseurs montant à 70.
-A 8h du soir le même jour les paramilitaires se sont mobilisés dans
différentes directions et ont réalisé 26 tirs d’armes à feu.
-A minuit de nouveau se firent entendre deux tirs de calibre 22 et de
nouveaux renforts paramilitaires sont arrivé sur place.


2.-A l’aurore du 7 septembre, le nombre des envahisseurs paramilitaires a
atteint 150 personnes, et ils ont ensuite commencé à brûler des tournesols
et à détruire les établis et les clôtures du collectif de nos compagnons
bases de soutien.
-A 10h10 du matin, un compagnon est sorti de sa maison pour observer la
scène et ils ont tiré 30 cartouches de gros calibre, un des projectiles
atteignant le mur de l’habitation du compagnon, [les tirs furent effectués
par] 3 membres du groupe des envahisseurs équipés d’uniformes militaires
et encagoulés, 2 à l’aide de pistolets 9mm et un autre à l’aide d’un fusil
mitrailleur AR-15, par rafale.
- A 10h30 du matin ils ont encerclé la communauté à 150 mètres de distance
équipés d’armes de différents calibres, dont 19 ont pu être dénombrées.

3.- Les dirigeants paramilitaires du groupe armé “Paz y Justicia” qui ont
mené cette opération d’expulsion, de menaces, de vol et d’agression contre
les compagnons sont: Pedro Ramírez Guzmán judicial, secretaire de l’ejido
Unión Hidalgo municipalité oficielle de Sabanilla, Jesús Ramírez Guzmán
commissaire ejidal, Ramiro Encino Gómez du conseil de vigilance de la même
communauté, Ignacio Gómez Guzmán, Luis Gómez Encino, Oscar Gómez Ramírez,
Miguel Encino Gómez, Hipólito Ramírez Martínez, Carlos Clever Gonzales
Cabello ex candidat du PRI et dirigeants “paz y justicia”, Rolando Gómez
Guzmán ex-soldat, Manuel Cruz Guzmán comissaire de San Patricio, Gerónimo
Ramírez Martínez agent judiciaire secrétaire de cette même communauté San
Patricio, Conrado Gómez Guzmán agent municipal de l’ejido Unión Hidalgo,
et Javier Guzmán Encino ex fonctionnaire du gouvernement de la
municipalité officielle de Sabanilla, qui sont ceux qui ont mené cette
action contre notre village comme le leur ont indiqué leurs chefs du
mauvais gouvernement.

4.- Tout ce qui se passe est le résultat de cette même guerre de
contre-insurrection organisée par le mauvais gouvernement des riches et
puissants contre notre organisation et nos villages en résistance, ce que
recherche le gouvernement c’est que le sang et la mort coulent, alors que
nos villages en résistance construisent leur vie au travers des ressources
à notre disposition qui sont la Terre-Mère où nous vivons ; c’est pour
cela que ce que nous avons récupéré en 1994 avec le sang et la vie de nos
combattants, nous n’allons pas permettre que le mauvais gouvernement au
travers de ses groupes paramilitaires nous dépossède de la terre qui est
la nôtre, qui était de nos ancêtres et de nos aïeuls et qui leur fut
spoliée quand sont arrivés les putains d’envahisseurs espagnols, en leur
quittant la vie et en versant le sang de millions de gens originaires de
ces terres ; c’est pour cela que nous disons que la terre est à nous et
nous allons la défendre, quel qu’en soit le prix si le mauvais
gouvernement ne comprend pas la raison et n’a pas de cœur humain, et nous
savons bien qu’il a un cœur inhumain ; mais le plus triste est que le
mauvais gouvernement ne s’affronte pas directement au peuple, mais qu’il
utilise les pauvres spoliés de la même race afin d’accomplir son objectif
de spoliation, de tuerie et d’appropriation des richesses.

Pour tous ces faits et délits mentionnés antérieurement et pour ce qui
peut arriver à nos compagnons hommes, femmes, enfants et anciens en grand
danger pour leur vie en ce moment. Nous responsabilisons le gouvernement
fédéral de Felipe Calderón Hinojosa, le gouvernement de l’Etat Juan
Sabines Guerrero, le président municipal de Sabanilla Genaro Vázquez Pérez
et la présidente municipale de Tila Sandra Cruz Espinisa.

Nous demandons aux frères et sœurs de bonne volonté qu’ils restent
attentifs à la situation vécue et soufferte par nos compagnons et
compagnonnes bases de soutien, et à ce qui peut arriver dans le futur.

Bien à vous

Commander en obéissant
Conseil de bon gouvernement

LA LETTRE PORTE LE SCEAU DU CONSEIL DE BON GOUVERNEMENT “SEMENCE QUI VA
PRODUIRE” ET EST SIGNEE PAR LES MEMBRES DE LA JUNTA

Enrique Cruz Hernández
Alex Gómez Pérez
Efraín Gómez Pérez
Estrella Sánchez Sanchez

fuente:
http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2012/09/08/la-jbg-nueva-semilla-que-va-a-producir-denuncia-ataque-armado-de-paramilitares-en-la-comunidad-autonoma-comandante-abel/

traduction Siete Nubes

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Le chiapas en lutte, #EZLN, #Caracoles zapatistes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article