Brésil : Le barrage Belo Monte et les indiens d'Amazonie

Publié le 28 Mars 2012

Accapareurs, pilleurs, pollueurs et cie......

 

 

 

 

BELO MONTE  : Indiens contre capital

 

 

 

 

 

B20.jpg

 

 

"Je reste déterminé et combattif dans la lutte contre le barrage de Belo Monte, la lutte pour la démarcation de notre territoire de Kapot Nhinore, la lutte pour nos forêts, nos rivières, et les animaux du Xingu. Depuis si longtemps je demande aux gouvernements successifs de régulariser cette situation mais, malgré les promesses, ils ne m'ont pas écouté, voilà pourquoi j'ai sollicité votre aide pour délimiter ma terre. Ne laissez pas mon peuple être expulsé de ses terres. Nous avons besoin de vous pour parvenir à réaliser cette démarcation et assurer la permanence de mes guerriers aux abords de notre territoire de Kapot Nhinore, ceci jusqu'à ce que cette démarcation devienne effective."

 

- Cacique Raoni Metuktire, vendredi 10 février 2012 - 

 

 

raoni.jpg

 

 

Après plus de 35 ans de tergiversations et de débats sur la viabilité et les conséquences sociales et écologique du projet, la construction d’une nouvelle centrale hydroélectrique à commencé en juin dernier sur la rivière Xingu.

Le barrage une fois achevé sera le troisième plus grand barrage au monde, derrière celui des trois-gorges en Chine et celui d’Itaipu, construit en 1970 par le Brésil et le Paraguay sur le fleuve Parana.

Le projet est aussi ambitieux que l’était celui du canal de Panama.

Il menace plusieurs ethnies indigènes et quelques localités qui vivaient dans une paisible précarité.

 

Le projet a vu le jour en 1975, alors que le Brésil était encore sous dictature militaire. « Electronorte », une filiale d' « Electrobas », qui est le service publique responsable de la production et de la distribution d'électricité brésilienne, a demandé au « Consórcio Nacional de Engenheiros Consultores » (CNEC) d'effectuer une étude hydrographique des sites ayant un potentiel énergétique sur la rivière Xingu. Le projet a cependant toujours été reporté, notamment à cause des protestations des indigènes et des écologistes. En 1990 le projet a été relancé, et abandonné à la suite de nombreuses manifestations au Brésil et partout dans le monde.

 

 

 

 

Situer le Rio XINGU

 

 

 

 

600px-Xingurivermap-45454555-copier.jpg

 

 

 

Le rio Xingu est une rivière du Brésil, affluent du cours inférieur de l’Amazone.

Il mesure 2260 kilomètres de long et traverse les états du Mato grosso et du Para.

Son bassin versant couvre 531.250 km2, l’équivalent de la surface de la France. Le rio Xingu est considéré par plusieurs tribus autochtones comme leur foyer ainsi que celui d’espèces pour certaines endémiques.

Le Xingu est surnommé «  le fleuve aux claires eaux », ce qui est assez exceptionnel dans la plaine amazonienne où de nombreux fleuves ont plutôt la couleur du café à cause des sédiments.

Quelques espèces endémiques risquent de disparaître comme le cychlidé nain, un piranha herbivore, une grenouille dard de poison du Xingu et le pléco-zèbre.




B141.jpg


 

 

La biodiversité de la faune et de la flore du Xingu est très précieuse, par exemple pour la faune on ne trouve pas moins de :

 

-        174 espèces de poissons

-        387 espèces de reptiles

-        440 espèces d’oiseaux

-        259 espèces de mammifères dont de nombreuses endémiques

 

Sur cette vidéo vous aurez un aperçu de la richesse du biotope du Rio Xingu ....

 

 

 

 

 

 

 

Le feu vert est donné

 

L’institut brésilien de l’environnement IBAMA a donné son feu vert le 1er juin 2011 pour la construction de Belo monte. Le gouvernement soutient que le Belo monte engendrera le moins d’impacts négatifs possibles pour les communautés locales. Le ministre de l’environnement brésilien ajoute qu’il n’y aura aucun désastre environnemental. Les travaux de construction qui ont débuté début 2012 dureront 8 ans, à terme Belo Monte devrait approvisionner en électricité 35 millions de personnes.

 

Paradoxe

 

Le consortium norte energia a envisagé de débloquer une enveloppe de 800 millions de dollars pour compenser les dégâts environnementaux !!

 

Au cas où ?

 

 

 

1088-BeloMonteXinguBresil-300.jpg

 

 

 

 

 

Le consortium Norte energia a gagné le pompon......

 

 

 

PEDIGREES

 

 

norte.jpg

 

 

Nom du consortium : NORTE ENERGIA (ensemble de sociétés à dominante publique)

 

Localisation du barrage : Belo monte dans l’état du Para, sur le rio xingu ( Brésil)

 

Investissement : 18.5 milliards de dollars

 

Coût estimé de l’énergie : 77.9 reais ( 33 euros) le megawatheure

Capacité de production : 11230 MW

 

Direction :

 

-         ELECTRONORTE (20 %)

-         Etat brésilien (49.98% du consortium mais il a cédé 14.99 % à eletrobras)

 

 

eletrobras.jpg

 

 

 

Nom : ELETROBRAS (centrais electricas brasileiras S.A)

 

Activité : Production et distribution d’électricité

 

Siège social : Brasilia (Brésil)

Création : 1962

Capital : 32.9 millions de dollars

La plus grande entreprise d’électricité d’Amérique latine

Ces centrales produisent 38 % de l’énergie au Brésil.

 

Actionnaires : Etat brésilien à 53.9 % des actions

                       Gouvernement fédéral : 15.5 %

                        Le reste est côté au Bovespa (bourse)

 

Groupe Eletrobras

Eletrobras: 15,00%
CHESF: 15,00%
Eletronorte: 19,98%

 

+

 

 

 

alstom.jpg

 

Nom : ALSTOM

 

Siège social : Levallois –Perret (France)

 

Activités : infrastructures d’énergie et de transport

Plus grand constructeur au monde de barrages hydroélectriques

 

Fournisseur des turbines : 6 groupes de turbo-alternatuers de type bulbe

                                          7 des unités Francis plus du matériel mécanique, des postes électriques pour les 14 unités Francis

 

Coût du contrat : 500 millions d’euros

 

 

 

+

 

 

 

4190_3ha77omkf5rt01up0c14k8tlm4.png

 

Nom : VOITH

 

Siège : Heidenheim ( Allemagne)

Création : 1867

Activité : mécanique

 

Chiffre d’affaire : 5.37 millions d’euros

 

Ces deux entreprises sont chargées de fournir avec Alstom 14 groupes de turbo-alternateurs Francis de 611 MW chacun

 

 

 

+

 

 

 

 

 

andritz.jpg

 

 

 

Nom : ANDRITZ hydro

 

Siège : Graz (Autriche)

Activité : Equipement électromécanique pour centrales hydroélectriques

Bénéfice net : 177 millions d’euros

 

 

+

 

 

 

 

 

220px-Vale_logo.svg.png

 

 Nom : VALE (Companhia Vale do Rio Doce)

 

Création : 1942, privatisée en 1997

Siège : St Prex (Suisse)

Siège social : Rio de janeiro (Brésil)

Activités : mine, logistique, énergie, acier

Chiffre d’affaire (2008) : 38.5 milliards de dollars

 

Participe au financement du projet et au consortium, ce qui lui vaut toutes les critiques et le public eye awards en 2012.

 

 Liste non exhaustive !

 

 

3564_Belo-Monte-CP.jpg

 

 

 

Des enjeux énergétiques et politiques

 

La région choisie pour l’emplacement du barrage sur la grande boucle du rio Xingu représente un enjeu en ce qui concerne l’avenir énergétique du Brésil. Il a été également source d’enjeux politiques dans la campagne électorale, la stratégie de Dilma Roussef, par ailleurs ex ministre des mines et de l’énergie, qui a misé sur une énergie bon marché. Belo Monte devrait augmenter l’offre d’énergie pour la totalité du pays en couvrant 6% des besoins sauf pour les régions reculées.

De même l’électricité du barrage servira également à l’extraction de bauxite à partir des gisements dans l’état du Para et sa transformation en aluminium.

 

Cette centrale sera-t-elle rentable ?

 

Selon plusieurs analyses techniques, cette centrale hydroélectrique, pour être rentable, devra être aidée par d’autres barrages installés à d’autres niveaux du Xingu. Conclusion : les écologistes craignent que Belo Monte ne soit que le premier ouvrage d’une série qui bouleverserait de façon irréversible le cours et l’équilibre interne de l’un des principaux affluents de l’Amazone. A l’heure actuelle, la modification du débit du Xingu devrait inonder plus de 500 hectares, avec des conséquences directes ou indirectes sur un territoire de quelque 5 000 km2.

 

On peut s'interroger également sur les orientations du gouvernement, l'alimentation des foyers en électricité est-elle uniquement l'enjeu du barrage ?

L'extraction de bauxite avec la montée grandissante des demandes mondiales en aluminium, la présence de mines également dans le secteur laissent à craindre à mon avis de plus grands enjeux encore que le barrage en lui-même.

Ces enjeux sont forcément contraires au maintien des ethnies et des riverains, ils sont contraires à la préservation de l'environnement fragile de la rivière et de son écosystème particulier.

Nous ne pouvons avoir aucun doute à ce sujet.

 

 

 

 

Des peuples indigènes vivent sur les rives du Xingu !!

 

 

 

news-indiens.jpg

 

 

« Nous luttons pour notre peuple, pour nos terres, pour nos forêts, pour nos rivières, pour nos enfants et à la gloire de nos ancêtres. Nous luttons également pour l’avenir du monde, car nous savons que ces forêts sont autant bénéfiques aux peuples indigènes qu’à la société brésilienne et au monde entier. Nous savons aussi que sans ces forêts, beaucoup de gens souffriront, beaucoup plus que de toutes les destructions qui ont eu lieu par le passé. Toute vie est interconnectée, comme le sang qui unit les familles. Le monde entier doit savoir ce qui se passe ici, il doit se rendre compte à quel point la destruction des forêts et des peuples indigènes signifie sa propre destruction."

 

 

Les rives du rio Xingu sont habitées par 14.000 amérindiens appartenant à 7 groupes distincts :

 

-        Les juruna

 

-        Les xikrin

 

-        Les kayapo

 

-        Les asurini

 

-        Les parakana

 

-        Les araweté

 

-       Les arara

 

 

 

 

Kayapo121.jpg

                                                                                      Jeune kayapo

 

 

Les indiens kayapos sont les plus célèbres opposants au barrage depuis le début du projet avec leur leader cacique Raoni Metuktire qui n’a pas hésité à parcourir le monde pour porter la parole des peuples amazoniens, qui n’a pas hésité à mettre de son côté des organisations et des personnalités célèbres, acteurs, chanteurs ou hommes d’état.

Son travail de médiatisation est énorme et il a réussit son objectif, la cause a été appropriée par des millions d’hommes et de femmes de par le monde.

 

Sauf que cela ne suffit pas malheureusement…….

 

Vous retrouverez la page que j’ai consacrée aux indiens kayapo sur cocomagnanville.

 

kayapo10

 

Le site de Raoni

 

Je profite de cet article pour mettre également en avant d’autres ethnies et d’autres leaders de la lutte contre le barrage qui sont moins médiatisés.

 

 

Les xikrin, premières victimes du barrage

 

 

 

305408_10150347796899803_544809802_7942229_1930169649_n.jpg

 

 

 

Les xikrin, une tribu des kayapo vivent dans huit villages sur une terre qu’ils nomment «  La terra indigena trincheira-Bacaja », (terre indigènes du peuple autochtone trincheira- bacaja) sur les rives du Bacaja, un affluent du Xingu dont l’embouchure se trouve sur le Volta grande, là où le volume d’eau doit être réduit de 80 à 90 %.

Il est évident et démontré par une étude rendue publique que les xikrin seront forcément affectés par le barrage.

 

Début des travaux, l’eau perd déjà sa qualité consommable.....

 

 

arara-monkey-man_news_medium.jpg

                                                                                           Arara

 

 

Les indiens arara ont déposé une plainte auprès du ministère public fédéral (MPF) en février dernier à propos de la qualité des eaux du Xingu dont ils s’abreuvent et se servent pour cuisiner. Les eaux selon eux sont affectées par les travaux entrepris par la "norte energia" dans le lit de la rivière. Dès que l’entreprise à commencé à construire les barrages provisoires (faits en terre et gravats) destinés à contenir les eaux de la rivière pour permettre la réalisation au sec des structures du barrage, les indiens ont de suite été surpris par le changement de qualité de l’eau chargée de sédiments et de boue.

 

 

266.jpg

                           Des indiens de l'etnie Arara au bord du fleuve Rio Xingu. Crédit: Ailton de Freitas

 

 

 

 

Deux femmes dans l’action

 

 

431754_167570956689519_120264434753505_248735_1047584853_n.jpg

 

 

 

Un leader Juruna, Sheyla Yakarepi

 

Sheyla est une indienne juruna, un peuple riverain du rio Xingu. Elle se bat contre la construction du barrage de Belo monte et elle est devenue une ambassadrice hors du commun qui n’hésite pas à se rendre sur toute la planète pour sensibiliser les opinions. Grâce à Sheyla, le peuple juruna a retrouvé sa voix.

 

Lien vidéo euronews Sheyla Yakarepi

 

 

 

Antoñia Melo da Silva

 

 

 

 

antonia.jpg

 

 

Elle est la coordonatrice du mouvement Xingu vivo para sempre (MXPVS) rassemblant les riverains du Xingu, indigènes, pêcheurs et petits agriculteurs qui luttent également contre la construction du barrage.

Depuis un quart de siècle , Antoñia Melo est la figure de proue de la défense des droits des femmes dans l’état du Para. Son engagement contre le barrage lui a valu de recevoir à plusieurs reprises des menaces de mort.

 

 

Xingu vivo para sempre

 

 

 

 

279.jpg

 

 

 

Acteurs ou spectateurs ?

 

 

 

Les peuples n’ont pas été consultés selon l’OIT

 

Vamos-Para-BeloMonte_jb.jpg

Belo Monte : le Brésil ne respecte pas la Convention 169 de l'OIT

"D'après la documentation et les informations transmises par le gouvernement (brésilien), la commission estime que, dans le cadre des procédures menées à ce jour, malgré leur caractère étendu, les conditions prévues aux articles 6 et 15 de la convention, telles qu'elles sont décrites plus haut, ne sont pas remplies, et que les peuples autochtones n'ont pas pu participer de manière effective à la détermination de leurs priorités, conformément à l'article 7 de la convention".

 

La commission prie le gouvernement de :

 

i) prendre les mesures nécessaires pour consulter les peuples autochtones concernés sur la construction de l'usine hydroélectrique de Belo Monte, celle-ci risquant d'avoir des effets irréversibles (articles 6 et 15 de la convention) :

 

ii) en consultation avec les peuples autochtones, prendre les mesures pour déterminer si les priorités de ces peuples ont été respectées et déterminer si et dans quelle mesure leurs intérêts seront menacés afin d'adopter les mesures d'atténuation nécessaires et de prévoir l'indemnisation voulue; et

 

iii) transmettre les informations sur les résultats des procédures en cours devant la Commission interaméricaine des droits de l'homme et devant le tribunal fédéral de Pará.

 

Telle est la conclusion du Rapport de la Commission d'experts pour l'application des conventions et recommandations de l'Organisation Internationale du Travail - OIT publié ce début mars.

 

 

 

Le 17 décembre 2011, des représentants du mouvement gota d’agua (goutte d’eau) ont été reçus en audience par les ministres du secrétariat général de la présidence pour discuter du projet de Belo monte. Ils apportaient avec eux 1.35 millions de signatures contre le projet.

Les représentants du gouvernement ont été catégoriques et ont affirmé que le projet ne serait pas paralysé, trop d’investissements étant déjà réalisés. Ils ont admis que le nombre significatif de signatures recueillies était expressif et servirait à élargir le dialogue.

 

Depuis presque 35 ans que durent les tergiversations sur le projet de barrages sur le rio Xingu, les tribus indigènes n’ont jamais été prévenues des circonstances occasionnées à leurs territoires et sur leurs vies, leur devenir.

 

 

Une rémunération ? Quand ? En argent ou en fournitures ?

 

 

Des promesses ont été faites par Norte energia en matière de dédommagement mais peu ont été mises en œuvre.

La somme de 30.000 reals par mois a été citée.

Il est prévu que chaque village reçoive en théorie des marchandises d’une valeur de 30.000 reals par mois, mais sous forme de « liste d’achat » et non d’argent.

 

 

 rio-xingu.jpg

 

 

Des conséquences évidentes et dramatiques

 

 

 

Dès le début des travaux, les changements ont été perceptibles, ce barrage faisant appel à une conséquente main d’œuvre :

 

-        Circulation automobile de plus en plus dense

 

-        Hôtels surchargés

 

-        Augmentation exubérante des prix des produits alimentaires

 

-        A Altamira, la population à pratiquement doublé

 

-        Forte augmentation de la criminalité : drogue, prostitution

 

Aucun financement n’a pour l’heure été débloqué par Norte energia pour parer aux problèmes de surpopulation, car les autorisations gouvernementales n’ont pas été délivrées.

La construction du barrage devrait employer 18.000 personnes de manière directe, le nombre d’emplois permanents serait de 2000.

 

Les conséquences suivantes sont le lot habituel à chaque chantier de construction :

 

-        Déforestation

 

-        Pollution de l’air et des eaux

 

-        Emission de gaz à effet de serre

 

-        La zone asséchée fera disparaître des espèces de poissons qui constituent pour 70 % des protéines consommées par les peuples riverains

 

-        Le débit modifié du Xingu ne pourra maintenir la diversité des espèces qui dans ce biotope ne se croisent pas et peuvent donc proliférer plus aisément

 

-        Les peuples indigènes seront –ils déplacés ?

 

 

B25.jpg

 

Les indiens s'expriment......

 

 

Nous, peuple indigène du Xingú, ne voulons pas de Belo Monte

 

 

Auteurs : Cacique Bet Kamati Kayapó,  Cacique Raoni Kayapó et Yakareti

Juruna

 

Publié dans Valor Econômico, 20 avril 2010

 

Nous, peuple indigène du Xingú, luttons pour notre peuple, pour notre terre mais aussi pour l’avenir de la planète. Le président Lula a déclaré la semaine dernière qu’il était inquiet pour les Indiens, qu’il était préoccupé par l’Amazonie et qu’il ne voulait pas que des ONG internationales s’opposent au barrage de Belo Monte. Nous ne sommes pas des ONG internationales. Nous, les 62 leaders indigènes des villages de Bacajá, Mrotidjam, Kararaô, Terra-Wanga, Boa Vista Km 17, Tukamã, Kapoto, Moikarako, Aykre, Kiketrum, Potikro, Tukaia, Mentutire, Omekrankum, Cakamkubem et Pokaimone, avons déjà subi de nombreuses invasions et affronté de nombreux dangers. Lorsque les Portugais sont arrivés au Brésil, nous, les Indiens, étions déjà là ; beaucoup sont morts, beaucoup ont perdu leurs vastes territoires, la plupart de leurs droits, beaucoup ont perdu une partie de leur culture et d’autres groupes ont totalement disparu.

 

La forêt est notre épicerie, la rivière notre marché. Nous ne voulons pas que les cours d’eau du Xingú soient envahis et que nos villages et nos enfants, qui seront élevés selon nos coutumes, soient en danger. Nous ne voulons pas du barrage hydroélectrique de Belo Monte car nous savons qu’il n’apportera que destruction. Nous ne pensons pas qu’au seul niveau local, mais à toutes les conséquences destructrices de ce barrage : il attirera encore plus d’entreprises, plus de fermes, il favorisera l’invasion de nos terres, les conflits et même la construction de nouveaux barrages. Si l’homme blanc continue ainsi, tout sera très vite anéanti. Nous nous demandons : ‘qu’est-ce que le gouvernement veut de plus ? Qu’apportera de bon tant d’énergie après tant de destruction ?’ Nous avons déjà organisé de nombreuses réunions et avons participé à de grandes rencontres pour nous opposer au Belo Monte, comme en 1989 et en 2008 à Altamira, et en 2009 dans le village de Piaraçu où beaucoup de nos leaders étaient présents. Nous avons déjà personnellement parlé avec le président Lula pour le convaincre que nous ne voulions pas de ce barrage et il nous a promis qu’il ne nous serait pas imposé. Nous avons également discuté personnellement avec Eletronorte et Eletrobrás, avec la Funai et Ibama.

 

Nous avons déjà prévenu le gouvernement que si la construction du barrage avait lieu, la guerre serait déclarée et il en porterait la responsabilité. Le gouvernement n’a pas compris notre message et, une fois de plus, a nargué les peuples indigènes, assurant qu’il construirait le barrage coûte que coûte. Lorsque le président Lula a dit ceci, il a démontré qu’il ne tenait aucun compte de la parole des peuples indigènes et qu’il ne reconnaissait pas nos droits. Son manque de respect l’a conduit à planifier l’appel d’offres pour le Belo Monte durant la Semaine des peuples indigènes. En raison de tout ceci, nous, les Indiens de la région du Xingú, avons invité James Cameron et son équipe, des représentants du Movimento Xingu para Sempre (ainsi que le mouvement des femmes, ISA et CIMI, AmazonWatch et d’autres organisations). Nous voulons qu’ils nous aident à transmettre notre message au monde entier et aux Brésiliens eux-mêmes qui ne savent pas encore ce qui se passe dans le Xingu. Nous les avons invités car nous savons qu’il y a beaucoup de gens au Brésil et ailleurs qui veulent nous aider à protéger nos droits et nos territoires. Ceux-ci sont bienvenus parmi nous. Nous luttons pour notre peuple, pour nos terres, pour nos forêts, pour nos rivières, pour nos enfants et à la gloire de nos ancêtres. Nous luttons également pour l’avenir du monde, car nous savons que ces forêts sont autant bénéfiques aux peuples indigènes qu’à la société brésilienne et au monde entier.

 

Nous savons aussi que sans ces forêts, beaucoup de gens souffriront, beaucoup plus que de toutes les destructions qui ont eu lieu par le passé. Tout vie est interconnectée, comme le sang qui unit les familles. Le monde entier doit savoir ce qui se passe ici, il doit se rendre compte à quel point la destruction des forêts et des peuples indigènes signifie sa propre destruction. C’est pour ces raisons que nous ne voulons pas de Belo Monte. Ce barrage signifie la destruction de notre peuple. En conclusion, nous proclamons que nous sommes décidés, que nous sommes forts, que nous sommes prêts à nous battre et que nous nous souvenons des termes de la lettre qu’un Indien d’Amérique du Nord avait jadis envoyé à son président : ‘C’est seulement lorsque l’homme blanc aura détruit la forêt entière, lorsqu’il aura tué tous les poissons et tous les animaux et aura asséché toutes les rivières qu’il s’apercevra que personne ne peut manger l’argent’.

 

 

por_do_sol_rio_xingu.jpg

 

 

J'espère que cet article répondra à toutes vos interrogations comme aux miennes en attendant de découvrir de quoi il ressort avec le temps et les évènements, puisque nous ne sommes pas devins, nous ne sommes que les visionnaires d'un monde qui chaque jour détruit les espaces de vie au profit de la mondialisation.

 

Pouvons-nous espérer en toute conscience concilier un jour les intérêts de confort primordiaux pour les êtres de la planète tout en préservant l'écosystème nécessaire à notre survie, tout en respectant les droits des peuples autochtones ?

Je dois dire que cette question existentielle "plombe" mes engagements militants qui tournent autour de la couleur rouge symbole d'égalité pour tous, la couleur noire, symbole de la liberté et la couleur verte (kaki) symbole de la protection de la pachamama .

 

Merci pour votre intérêt et toutes mes amitiés.

 

Caroleone

 

 

pleco.jpg

 

 

 

 

Sources : le blog de Raoni, le blog de Bernard Comoli, survival, wikipédia,ecolomania

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #pilleurs et pollueurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

Voilà Caro il a fallu une semaine avant que je ne revienne lire ton article.. je suis abonnée à trop de blogs.. rire.. je n'arrive pas à visiter tout le monde.. Suis sensible aux problèmes que tu
as exposé en vue de la protection des peuples indiens qui vivent des bienfait du Rio Xingu ainsi que de la biodiversité de la faune et de la flore. Il est connu de tous que la destruction des
forêts et des peuples indigènes en Amazonie signifiera la propre destruction du monde. "Personne ne peut manger l'argent" : voilà une évidence que le conflit entre modernité et espaces de vie et
droits des peuples autochtones met à jour. Il faudra bien concilier tout cela.. 


Merci à toi d'aborder les vrais sujets. Ici dans notre confort occidental nous avons tendance à oublier ce que vivent ces personnes confrontées à l'argent et aux ambitions capitalistes. Bisous
C


Bonjour Fanfan


 


Tu sais, il n'y a jamais d'urgence, ce genre d'article est fait pour créer de la source et va rester sur le blog, contrairement à d'autres que je vire.


C'est un problème insurmontable que la protection de la forêt amazonienne et des peuples qui la composent puisque le Brésil a misé sur l'abolition de la paupérisation du peuple. Je pense que les
deux pourraient fort bien être compatibles en s'en donnant les moyens mais les multinationales sont là derrière à presser les chefs d'état. Ce projet de Belo monte est reporté depuis plus de 35
ans, c'était inévitable qu'un jour ou l'autre les capitalistes n'arrivent à le mettre en oeuvre.


Les indiens ont raison dans toute leur sagesse, mais à côté de ça, les 35 millions de foyer qui seront fournis en électricité ont certainement aussi le droit d'avoir une vie plus confortable.


Ce qui n'est pas dit dans les médias et que je révèle dans cet article, c'est qu'en fait le barrage pour l'électricité n'est qu'un prétexte, d'autres enjeux en découlent comme l'exploitation des
mines de bauxite qui fourniront l'aluminium dont nous, occidentaux sommes très friands.


Comme me l'avait dit un jour un de mes amis colombiens, tout ce que l'on possède ici bas dépossède un autre dans le monde. C'est le système capitaliste et nous en sommes les acteurs aussi à notre
façon même inconsciente.


 


Merci de ta visite et de ton intérêt Fanfan, j'apprécie énormément.


 


Bises





caro


 



A

Bonjour a tous


Bonjour Caro


Pratiquement tous les jours je viens me ressourcer sur ton site militant, qui me permet de me rendre compte que notre
terre et vaste et que la misère ne touche pas que notre nation malheureusement !


Au delà de nos quelques différences sache que nos combats sont commun qu’ils ne nous reste a supporter cette politique
ultra libérale mis en place par un arlequin de bourse au service du seul capital gagné par une bande de pilleurs d’entreprise qui durant 10 ans a totalement démolis les forces vivent en touchant
les couches les plus faibles d’entre nous…Je suis avec vous ! A 65 ans je n’ai rien perdu de ma hargne et mon militantisme reste intact pour offrir aux générations future un monde plus
égalitaire, plus généreux, plus solidaire…J’ai hâte pour cela de voir le bout du tunnel le soir du 6 Mai prochain…Ce ne sera pas pour moi la soirée des grands soir mais simplement un grand espoir
donner au peuple de France


Le combat continue sans relâche l’espoir et la a la porter encore quelques courtes semaines


Bise a toi Caro
C


Bonsoir Alain,


 


Oui, comme tu dis, on en voit le bout et si tu trouves matière à te ressourcer sur mon blog, j'en suis ravie


J'essaie de varier les thèmes mais ils le seront forcément avec moi, je pars dans tous les sens....


Bon courage Alain, continue d'avoir la pêche.


 


Bises


 


caro



F

Coucou Caro.. pas le temps de lire ce magnifique article car le mercredi j'assure bénévolement la tenue du café familial de la Maison pour Tous de Noisiel.. et ce soir je suis invitée chez mon
fils alors je viendrai demain prendre le temps de découvrir.. Bisous
C


Bonjour Fanfan,


 


Tu as bien raison de t'occuper au contact des autres, c'est cool de faire ça. J'aime bien aussi tenir cafés et buvettes, d'ailleurs c'est la seule chose que je retiendrais de mon mandat d'élue !!


A plus tard.


 


Bises


 


caro