Aragon : La chanson de Jean de Chauny

Publié le 9 Décembre 2012

 

086345dd.jpg

 

 

 

 

La vie est faite à la façon des hommes

Elle a comme eux son rêve pour prison

Elle a comme eux sa roue et ses saisons

Elle a comme eux ses mirages et comme

Eux poursuivant son ombre à l’horizon

Pour la mieux voir incendie sa maison

Et brûle avec comme un verre de rhum

La flamme en soit la rime et la raison


 

Les gens de paille ont des cauchemars d’herbe

Les gens de cendre ont le feu pour tourment

Si grand malheur qui ne fasse un roman

Quand ils ont mis leurs colères en gerbes

Quand ils ont mis leur cœur en boniment

Battu monnaie avec leur dénuement

Quand ils ont mis leur folie en proverbe

Les peuples fous ont agi sagement


 

Soir et matin c’est même litanie

Jean-Tout le Monde est vacher de Chauny

Sur son tombeau nul ne mènera paître

On voit les fleurs quand les prés ont jauni


 

Qui sait aimer les phrases machinales

Comme un bouquet qu’il achète en passant

S’étonnera du frais parfum qu’il sent

En plein Paris à lire le journal

Les mots usés sont un trottoir glissant

Les mots usés sont des cailloux blessants

Les mots usés sont des rimes banales

Sur leurs pavés j’ai vu fleurir le sang


 

Avec des chansons couleur de nos plages

Et le bruit que font en tombant nos liens

Nous ferons lever le soleil qui vient

Il dépend de nous que notre passage

Change en or l’ordure et le mal en bien

Nous pouvons toucher les astres anciens

On cherche très loin le ciel des images

Le ciel est ici vous n’en savez rien


 

Le ciel tel que vos rêves l’enfantèrent

Le ciel est ici couleur de vos pas

Couleur des travaux couleur des combats

Le ciel est ici les pieds sur la terre

Toujours aussi bleu que l’eau le voudra

Il est dans vos yeux il est dans vos bras

Et c’est le secret de ce vieux mystère

Qui dit aide-toi le ciel t’aidera


 

Cette chanson est pour ceux qui ont froid

Cette chanson est la nouvelle ronde

Qui rend son rêve à l’homme et l’en fait roi

Cette chanson est la nouvelle loi

Tant pour Chauny que le reste du monde

Cette chanson est pour vous et pour moi

 

 

Aragon (1947, Le nouveau Crève-cœur)

 

 

 

 


Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H

Bonsoir Caro


Aragon ne fait jamais les choses au hasard, c'est pourquoi en fouillant un peu, j'ai trouvé ce lien : http://tourisme-chauny.pagespro-orange.fr/legendes.htm


Ulysse aurait dit "personne" tandis que le vacher répondit "Tout le monde"


Comme quoi un héros sommeil en chaque être humain ( le ciel est ici vous n'en savez rien)


Les pavés et la plage ... ecrit en 47 , ça laisse songeur !


On voit les fleurs quand les prés ont jauni,  je ne trouve pas de plus bel hommage à la lutte quotidienne.


Ce poème est, comme disait Gabriel Celaya, une arme chargée de futur ...


 


Bisoux


Serge
C


 


 


Bonsoir Serge,


 


Tu as fait ce que j'aurais dû faire nom d'une pipe mais hier j'étais de sortie.....mais je n'ai pas d'excuses


C'est génial ce que tu as trouvé, évidemment Aragon n'écrivait pas à la légère, on ne peux pas dire que pour lui l'écriture était spontanée, elle était réfléchie et travaillée, d'où son
importance et les exemples qu'elle peut apporter.


Mais Aragon c'est le maître dans son domaine.


Moi aussi j'ai bien aimé "on voit les fleurs quand les prés ont jauni" c'est très subtil, il faut être costaud pour écrire ça


Je suis contente que ce poème t'ai marqué, je m'y reprends à plusieurs fois chaque semaine pour cet hommage à Aragon, je tape 3 ou 4   poèmes chaque fois car je veux vraiment que son
hommage serve à des textes peu connus et qui peuvent encore servir nos luttes et nos espoirs.


 


Bisous et merci encore


 


caro



M

Comme toi Caro, je trouve ce poème très harmonieux, d'une grande fluidité et porteur d'espérance ...


Bises


 
C


 


 


J'ai trouvé qu'il cadrait bien avec les messages diffusés depuis quelque temps au travers les articles et les autres poèmes.


Je n'ai pas envie particulièrement de diffuser les poèmes d'Aragon qui sont les plus connus, alors qu'il y en a pas mal que l'on ne connait pas.


J'en avais prévu un sur Pablo mais celui-ci m'a semblé plus important et je garde celui sur Pablo pour une autre fois.


Bises


 


caro



F

Ma foi, je ne connaissais pas ce poème!!!
Un Jean de Chauny qui était vacher!!!pourquoi lui??? Chauny (Aisne) Hélas Aragon n'est plus là pour me guider!!!BISOUS FAN
C


 


 


Je crois bien que c'est un nom lambda emprunté pour l'exemple. J'y retrouve d'ailleurs à un moment quand il parle de Jean-tout le monde, un thème que je connais chez Pablo Neruda : le monde
s'appelle Jean, j'ai déjà mis quelques poèmes de ce thème qui est dédié aux travailleurs artisanaux, aux travailleurs humbles.


Mais je trouve ce poème très harmonieux, il me plait bien, je m'y retrouve et son message de fin est important.


 


Bisous


 


caro