Alexandre Pouchkine : Les tziganes (extraits)

Publié le 15 Février 2013

Aujourd'hui je vous fait une confidence.

Et vous révèle deux de mes passions .

La première c'est Pouchkine : c'est celui qui ma révélé la poésie et non Pablo et les autres poètes engagés dont je suis si fidèle et qui m'accompagnent au quotidien.

Dans la vie il y a des êtres qui marquent et qui signent notre devenir, c'est le cas de ce poète russe qui a su me toucher par ses mots et son destin tragique et que j'ai découvert surtout grâce à Henri Troyat ( j'ai lu Troyat depuis l'âge de 12 ans, des biographies surtout)

La deuxième mais elle n'est pas nouvelle pour ceux qui me suivent depuis un moment c'est le groupe russe Arbat de musique tzigane. Je ne m'en lasse pas mais malheureusement, ils n'ont plus l'air de faire de tournée et les vidéos sont rares.

J'en ai trouvé une aujourd'hui d'une chanson magnifique qui est l'une de mes préférées et qui vient parfaitement illustrer les extraits du poème de Pouchkine.

 

Voilà, c'est tout.

Profitez donc de ce petit changement dans mes habitudes bloguistiques.

 

Amitiés tziganes de liberté et d'humanisme de Caroleone

 

 

DSCF4906_000.JPG

 

 

 

 

Entre les roues des chariots,

Mal drapés de tapis vétustes,

Brillent les feux. Chaque famille

Cuit sa soupe. Des chevaux paissent

Dans les champs ; derrière une tente,

Se vautre un ours apprivoisé.

La steppe s’anime aux travaux

De la tribu qui se prépare

A repartir dès le matin.

Chants des femmes, cris des enfants,

Tintement du fer sur l’enclume.

Mais le silence du sommeil

S’étale bientôt sur la horde.

Et l’on n’entend plus dans la plaine

Qu’un cheval qui hennit, qu’un chien

Qui hurle au loin ; les feux s’éteignent.

Tout dort. Du haut d’un ciel serein,

La lune lumineuse éclaire

Le campement silencieux……


 

 

Et voici la horde en marche, dont Mérimée appréciait particulièrement le dessin :

 


 

Tout s’ébranle à la fois, la horde

Dévale à travers le désert.

Les ânes, dans de grands paniers

Transportent des enfants joueurs.

Maris et frères, femmes, filles,

Jeunes et vieux, refrains tziganes,

Grognements de l’ours, cliquetis

De ses chaînes impatientes,

Couleurs criardes des haillons,

Enfants, aïeuls déguenillés,

Chiens qui hurlent, chiens qui aboient,

Ronflement de la cornemuse,

Grincement des lourds chariots,

Tout est pauvre, brisé, sauvage,

Mais si instable, si vivant…..


 

Alexandre Pouchkine (Les tziganes, traduction d’Henri Troyat)

 

De la biographie Pouchkine de Troyat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

Un très joli moment. Merci Caro. Bisous et bon week-end
C


 


 


Bonjour Fanfan,


 


C'est un article qui réunit 2 passions de longue date, Pouchkine qui sommeille toujours en moi et s'est fait dépasser par mes compagnons de route ,poètes engagés, mais je ne l'oublie pas pour
autant.


 


Bises et bon samedi


 


caro



M

Eh bien Caro, je viens de faire un sacré bond dans mon passé et je crois que j'ai retrouvé d'où me venait la connaissance de ce titre. Je l'ai découvert chez une copine d'enfance qui avait
un électrophone et on écoutait les disques en 78 tours de son grand père ... On ne rit pas ...    Je devais
avoir une quinzaine d'années ...  


Et en écoutant Chaliapine sur deezer, j'ai reconnu aussi les grésillements accompagnant la musique. Ca avait dû déjà me plaire à l'époque, car elle est restée bien gravée dans ma tête, et je
savais que je la connaissais depuis bien plus longtemps que Django et les autres.


Merci pour cette séance de psychothérapie gratuite ...


Bises.
C


 


 


Et ! c'est trop fort !


On dirait Ivan Rebroff


Je ne le connaissais pas mais par contre "le son du cor le soir au fond des bois", je connais


Tu sais, j'ai encore des 78 tours à la maison qui étaient à ma mère et moi aussi j'en ai écouté enfant car mes parents avaient leur vieil électrophone sur lequel nous pouvions les écouter (mais
que du classique et moi c'était pas mon truc).


La chanson des yeux noirs ne peut que rester graver dans nos têtes, c'est une chanson universelle et je suis contente que nos petits commentaires t'aient permis de faire un saut dans le passé.
parfois ça fait pas de mal


Je me rappelle bien (et tu vas rire) que j'adorais la cucaracha, la musique des Andes à la flûte de pan, Demis Roussos, Nana Mouskouri, j'adorais Elvis Presley et Duane Eddy et ce qui m'a
vraiment éveillé à la musique c'est Apache des shadows . Tu vois, on retrouve quand même une certaine logique.


Les indiens, les Andes, le Mexique, la Russie de Rebroff, le reste bof !!


Ecoute bien tout le disque alors et demain interrogation écrite sur le son du cor


 


Bises


 


caro



M

C'est peut-être parce que j'ai souvent entendu et écouté "les yeux noirs" :


http://www.dailymotion.com/video/x24onk_rosenberg-trio-les-yeux-noirs_music#.UR6TjR002fV


En tous cas ce titre est dans ma tête depuis longtemps ...


Bises Caro.
C


 


 


Oui, les yeux noirs de Django forcément ont été repris tant de fois (et même encore).


Cette version du trio Rosenberg est l'une de celles que je préfère évidemment :


 



Rosenberg Trio - Les Yeux Noirs par floopM


 


Merci d'y avoir pensé.


 


Bises et bonne soirée


 


caro



M

Je me souviens que tu nous avais déjà présenté Arbat l'année dernière, et j'avais apprécié.


Ce genre de musique ne m'est pas du tout étranger sans que je sache dire exactement comment je connais... Certainement un souvenir de jeunesse.
Si ça me revient, je te le dirai ... 


Bises
C


 


Bonsoir Michèle,


 


Oui, j'en ai déjà parlé et puis quand je mettais mes listes de lecture de deezer, des chansons y figuraient également.


Quand on était gamins, on entendait Ivan Rebroff, c'était je pense le plus célèbre chanteur russe en dehors des choeurs de l'armée rouge  qui arrivaient à nos oreilles !!


Je l'aimais bien, quel charisme et quel organe!!


Tu vois, même une des chattes en porte le souvenir :  Calinka ( avec un C pour respecter la lettre de l'année).


 


Bises et bonne soirée


 


caro



A

Merci Caro de nous faire partager ton univers poétique et fort qui te ressemble!


Bises
C


 


 


Je n'osais pas trop en fait car c'est ma jeunesse qui n'était pas autant engagée mais cette poésie de Pouchkine n'est pas étrangère à ce que j'écris, c'est incontestable.


Et la musique d'Arbat nous accompagne mon mari et moi, il l'a adopté à force de l'entendre et c'est même marrant car lorsqu'il a des passagers dans sa voiture, sa musique comporte des chansons
d'arbat et ça surprend beaucoup les gens qui n'ont jamais entendu ce genre de musique. Il y en a qui sont plus typiques que celle que j'ai mise aujourd'hui.


Si tu as l'occasion d'aller sur deezer tu peux trouver 2 albums que j'aime bien drom et ilo.


Je vais rajouter une de mes chansons préférées que je viens de trouver sur deezer sur l'article, tu me diras ce que tu en penses.


 


Bises


 


caro



H

Bonjour Caro


Je ne connait pas trop Pouchkine. Ce sont des vers très évocateurs. La deuxième partie est de toute beauté ... comme la musique qui l'accompagne !


Bisoux


Serge
C


 


 


Bonjour Serge


 


Si je t'ai fais découvrir ce poète et Arbat, j'en suis bien contente, c'est mon univers aussi qui est assez divers en fait.


Je mettrais un autre texte de Pouchkine qui je le pense te plairas. Ce n'est pas le répertoire engagé mais ses écrits ont subi la censure, il a été mis en quarantaine aussi.


A l'époque, il ne fallait pas dire grand chose, les tsars n'avaient rien à envier à Staline !


Tu sais que Pouchkine a inspiré grand nombre d'auteurs russes ?


Mes 2 poètes russes préférés Maïakovski et Pouchkine.


 


Bises et merci de ta visite


 


caro