Pérou : Dénonciation du Sernanp pour entrave à la démarcation des communautés

Publié le 1 Novembre 2022

La zone de conservation régionale de la Cordillera Escalera (ACR - CE) a également été imposée aux communautés sans consultation préalable, affirment les fédérations. Photo : Gouvernement du Pérou

Servindi, 31 octobre, 2022 - Les fédérations indigènes de la région de San Martin dénoncent le Service national des aires naturelles protégées (Sernanp) pour s'être opposé à la reconnaissance des droits territoriaux des communautés Kichwa et Shawi superposées à l'aire de conservation régionale Cordillera Escalera.

La position du Sernanp va à l'encontre des accords adoptés par le Comité technique des titres, qui, dans sa séance du 29 septembre, a prévu un processus de démarcation.

La démarcation sera réalisée grâce aux fonds du projet de cadastre, de titrage et d'enregistrement des terres rurales au Pérou (PTRT3).

Le processus serait réalisé dans le cadre des "Lignes directrices pour la démarcation du territoire des communautés autochtones" publiées par le MIDAGRI en 2019 et modifiées en avril 2022.

La manœuvre du Sernanp

Les organisations affiliées au Comité de Coordination pour le Développement des Peuples Indigènes de la région de San Martin (CODEPISAM) dénoncent le rapport Sernanp du 25 octobre, qui dénaturalise les directives de démarcation.

Ce qui est grave, c'est que de manière autoritaire et unilatérale, la Direction des titres et l'équipe technique de terrain du PTRT3, ont commencé la démarcation d'un groupe de communautés sans se coordonner avec leurs organisations autochtones.

Ils ont désinformé les Apus et la population en affirmant que la démarcation n'allait pas être effectuée dans les territoires de la RCA Cordillera Escalera.

Pour ce faire, ils s'appuient sur le rapport Sernanp, laissant de côté le rapport de leur propre unité dirigeante (DIGESPARC) du 6 octobre, qui indique que les démarcations doivent être effectuées dans les zones des Aires Naturelles Protégées.

La Direction des titres de propriété collabore aux manœuvres

"Apparemment, la Direction des titres et surtout l'équipe du PTRT3 se moquent que nous soyons dans un processus de dialogue et ne savent pas comment respecter les accords", soulignent les organisations autochtones.

En conclusion, le Sernanp et le responsable de l'ACR Cordillera Escalera persistent à faire obstacle à la reconnaissance du territoire indigène au sein de cette aire protégée et favorisent une politique de conservation excluante et discriminatoire.

Il convient de rappeler que l'ACR Cordillera Escalera a été créé sans consultation préalable et sans respect de notre droit au consentement libre, préalable et éclairé, soulignent les organisations.

Appel des organisations

Les organisations avertissent le gouvernement national qu'elles ne permettront aucune discrimination dans le plein exercice de leurs droits territoriaux et demandent la formalisation de leur territoire au sein de l'ACR Cordillera Escalera.

Ils rappellent que cela s'est produit avec la communauté Kichwa Nuevo Lamas de Shapaja en 2016, qui bénéficie aujourd'hui d'une sécurité juridique territoriale malgré le fait que l'ACR Cordillera Escalera chevauche leurs territoires traditionnels.

Ils avertissent le ministère du développement agraire (Midagri) et les responsables de la mise en œuvre du PTRT3 que le fait d'entraver les processus de délivrance de titres de propriété est préjudiciable à l'exécution du budget et à la réalisation des objectifs du projet.

Cette situation pourrait conduire à un échec complet comme les années précédentes. C'est pourquoi ils exigent que ses directives et ses politiques publiques soient respectées.

Ils mettent en garde contre les mauvaises pratiques des fonctionnaires des communautés autochtones qui désinforment et ignorent l'autorité des organisations autochtones.

Enfin, ils demandent aux organes de protection des droits de l'homme d'être vigilants et de surveiller la violation systématique des droits territoriaux par l'État péruvien et en particulier par Sernanp.

Donnée:

  • Fédération des peuples indigènes Kechua Chazuta Amazonas (FEPIKECHA). 
  • Fédération des peuples indigènes Kechwa du Huallaga inférieur de la région de San Martin (FEPIKBHSAM).
  • Conseil ethnique des peuples kichwa de l'Amazonie (CEPKA).

 


 

 

traduction caro d'un article paru sur Servindi.org le 31/10/2022

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article