Colombie : Le gouvernement s'engage à soutenir les indigènes surpeuplés à Bogota après une manifestation

Publié le 21 Octobre 2022

Gustavo Petro a rencontré les indigènes Embera après leur manifestation réclamant de meilleures conditions de vie. Photo : Gustavo Petro

Le président Gustavo Petro s'est engagé après la manifestation du 19 octobre qui a fait plusieurs blessés dans le centre de Bogota.

Servindi, 20 octobre, 2022 - À la suite d'une manifestation du peuple indigène Embera qui s'est terminée par plusieurs blessés dans le centre de Bogota, le gouvernement colombien s'est engagé à remédier à la situation de surpopulation et aux conditions précaires dans lesquelles ils vivent.

L'engagement a été pris par le président Gustavo Petro, qui a rencontré une délégation d'indigènes de cette communauté déplacée par le conflit, mercredi 19 octobre en fin de journée.

Manifestation autochtone

Tout a commencé dans la matinée du mercredi 19, lorsque des dizaines d'indigènes Embera ont entamé une manifestation dans le centre de Bogota pour demander de l'attention et une amélioration de leurs conditions de vie.

Les indigènes font partie d'un groupe de plus de 2 000 familles qui sont arrivées dans la capitale il y a deux ans, en provenance de différentes régions du pays, déplacées par la violence du conflit armé interne.

Après avoir passé huit mois dans un camp immense et insalubre dans le parc national de Bogota, ils ont été relogés dans le quartier de La Rioja, au centre de la ville, avec la promesse de meilleures conditions.

Cependant, ils dénoncent aujourd'hui le fait que le gouvernement n'a pas tenu cette promesse, car ils vivent dans des conditions de surpopulation, sans accès à l'eau potable et à l'électricité, en plus d'autres conditions insalubres.

Après l'intervention de la police, la manifestation indigène s'est terminée par une bataille rangée qui a fait 24 blessés, ce qui a suscité le rejet des autorités comme le président, Gustavo Petro.

"Je rejette et condamne les actes qui ont eu lieu aujourd'hui à Bogota. Plusieurs membres des forces de sécurité et des civils ont été blessés. Une agression contre un policier ne sera jamais une protestation", a déclaré le président.

Promesses de soutien

Dans la soirée, le président a également rendu visite aux membres des forces de police qui ont été touchés par les manifestations dans le centre de Bogota, puis il a rencontré des membres de la communauté indigène Embera.

Après cette rencontre avec les indigènes, le président a fait une déclaration sur ses réseaux sociaux montrant son affection pour la réalité inégalitaire vécue par le peuple Embera.

"Ils n'ont pas eu d'eau potable depuis un mois, ils vivent dans des conditions de surpopulation avec plus de 1200 personnes là où il n'y a de la place que pour 400. Ils ont vu 21 de leurs membres mourir, la plupart des enfants à Bogota", a-t-il écrit sur Twitter.

"Ils ont le sentiment que leur dignité a été bafouée. Chaque fois qu'ils sont battus, ils viennent à Bogotá. C'est un peuple qui rejette les traitements indignes, les paroles mensongères", a poursuivi le chef de l'État.

Après avoir appris de première main cette réalité, qu'il a décrite comme "l'une des plus grandes injustices sociales", Petro a promis le soutien de son gouvernement pour améliorer la situation.

"Les accords signés par le gouvernement précédent seront respectés par nous. La paix dans la haute Andagueda, l'autonomisation de sa réserve seront fondamentales pour résoudre un problème d'incompréhension ethnique dans le centre de Bogota", a-t-il déclaré.

Dans la matinée du jeudi 20 octobre, il a également annoncé que l'aide arriverait aujourd'hui "sous forme de nourriture, d'eau potable et de brigades sanitaires pour vérifier l'étendue des épidémies dans cette communauté".

traduction caro d'un article paru sur Servindi.org le 20/10/2022

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article