Mexique : "Nous voulons être considérés comme des personnes, et non comme des objets ou un patrimoine"

Publié le 9 Août 2022

Miriam Pascual Jiménez, une Zapotèque des hauts plateaux du nord de l'État d'Oaxaca, est une anthropologue sociale et une avocate qui a consacré une grande partie de sa vie à la défense des droits fondamentaux des femmes et des jeunes filles, ainsi qu'à la préservation de leur culture, de leur terre et de leur langue. Son histoire a été recueillie dans un livre publié par les Nations unies pour les droits de l'homme au Mexique. Photo : ONU Mexique

 

Les Nations unies pour les droits de l'homme au Mexique viennent de publier un livre relatant les actions courageuses de femmes autochtones défendant leurs propres droits. À la veille de la Journée internationale des peuples autochtones, UN News vous présente l'histoire de Miriam, une femme zapotèque qui lutte pour la préservation de sa culture, de sa terre et de sa langue.

ONU News, 8 août, 2022 - Miriam Pascual Jiménez est une femme zapotèque des hauts plateaux du nord de Oaxaca, de la communauté de Guelatao. Anthropologue sociale et avocate, elle a consacré ces dernières années à la défense des femmes et des jeunes filles sur des questions liées à la défense du territoire, à la lutte contre la traite des êtres humains et à la défense des droits des femmes à Guelatao.

Miriam est une femme très joyeuse, solidaire et déterminée qui a consacré une grande partie de sa vie à la défense des droits de l'homme et à la préservation de sa culture, de sa terre et de sa langue. Son histoire a récemment été documentée dans le livre Las valientes aventuras de mujeres defensoras. Relatos para niñas y niños de todas las edades,   publiées par les Nations unies pour les droits de l'homme.

Miriam a grandi et vécu à Guelatao et a vu comment les membres de sa famille, même s'ils quittaient la communauté pour travailler ou étudier, revenaient toujours pour apporter quelque chose à la communauté.
 

Téléchargez le livre en format PDF en utilisant le lien suivant : 

"C'est pratiquement un privilège dans la région. Nous sommes très peu nombreux à recevoir une formation universitaire. C'est une question compliquée car la discrimination dans le système éducatif à l'égard des populations autochtones est énorme. J'ai donc réussi à étudier parce que ma grand-mère a rompu avec la tradition du mariage forcé à son égard", dit-elle.

Elle a d'abord étudié l'anthropologie sociale à Puebla, puis le droit à Mexico. Elle a dû surmonter de nombreux obstacles pour terminer ses études, de la discrimination au manque de ressources.

Par exemple, elle a dû vendre des bonbons pour terminer ses études. Mais c'est là qu'elle s'est spécialisée dans les droits de l'homme.

Dans son premier diplôme, elle a appris à documenter des cas de violations des droits de l'homme et, dans le second, à mener des litiges stratégiques.

Elle a commencé à travailler sur diverses questions telles que le crime organisé, les peuples indigènes, les disparitions et la traite des êtres humains : "Mais toujours, dans ma mémoire, chaque jour, il y avait la sierra".
 

Retour à la maison

Guelatao est une communauté régie par le système normatif des usos y costumbres. Miriam est revenue il y a quelques années pour donner quelque chose en retour à sa communauté.

"Bien que je sois une défenseuse des droits de l'homme, le service que je fournis non seulement dans la communauté, mais aussi dans la région, est très axé sur la promotion, la diffusion et la re-signification des droits de l'homme.

Pour elle, le grand défi dans la région est d'éliminer la stigmatisation des droits de l'homme, "(...) parce que dans notre vie quotidienne, on nous a toujours dit que ce n'était pas pour nous". Tant que nous ne nous assumerons pas dans ce contexte juridique international, nous continuerons à être considérés comme des choses, des objets, des patrimoines, et non comme des personnes".

Faire passer le message de manière claire

Le deuxième défi était de le faire d'une manière qui soit respectueuse de la communauté et qui ne fasse pas appel à un langage technique que personne ne comprend. "C'est comme si vous croyiez qu'il n'y a pas de connaissances au sein de la communauté, alors nous avons cherché où se trouvaient les droits de l'homme au sein de la communauté et nous avons commencé à le faire à travers des ateliers de photographie, des ateliers de radio, des ateliers d'écriture de scénarios, des ateliers de voix off, bref, tout pour le thème culturel".

Dans ce travail, la radio a été l'outil grâce auquel ils ont pu diffuser des informations et impliquer la communauté qui a des difficultés à accéder à la technologie ou à l'Internet.

Miriam est également aujourd'hui à la tête de l'Institut municipal des femmes de la municipalité d'Ixtlán de Juárez, qui est chargé de guider les autorités dans l'adoption de lois respectueuses qui garantissent une vie sans violence. Elle est également chargée d'assister le ministère public et les institutions de l'État, afin qu'ils aient une approche interculturelle.

Pour elle, il y a deux tâches indispensables : renforcer le processus de diffusion de l'information sur les droits de l'homme, ce qui implique d'avoir notre propre station de radio ; et avoir un refuge pour les femmes victimes de violence.

Entre-temps, Miriam va avec les jeunes de la communauté enregistrer des capsules radiophoniques pour diffuser des informations sur les droits de l'homme, tout en sauvant les connaissances traditionnelles du peuple zapotèque de la région.

Cette année, le thème de la Journée internationale des peuples autochtones est "Le rôle des femmes autochtones dans la préservation et la transmission des connaissances traditionnelles".

Pour elle, avoir contribué à la création du livre publié par l'ONU Droits de l'homme "signifie la possibilité de dire que, malgré les obstacles, nous devons prendre des engagements envers la communauté à partir de la connaissance de la communauté ou de la connaissance dont nous disposons. Parce qu'il y a de la connaissance partout.

Amplifier la voix des femmes autochtones

Miriam est un exemple parfait du thème de la Journée internationale car, comme le souligne le Secrétaire général des Nations unies dans un message à cette occasion, elle "est une farouche défenseuse des langues et des cultures autochtones" et "défend l'environnement et les droits de l'homme des peuples autochtones".

C'est pourquoi António Guterres affirme que "pour construire un avenir équitable et durable qui ne laisse personne de côté, nous devons amplifier la voix des femmes autochtones" et souligne que "les connaissances traditionnelles autochtones peuvent offrir des solutions à nombre de nos défis communs".

L'ONU travaille avec les peuples indigènes au Mexique

Le Mexique compte 68 peuples autochtones, soit 10 % de sa population totale.  Son patrimoine linguistique comprend 68 langues indigènes, ce qui fait du Mexique le dixième pays du monde en termes de diversité linguistique.

La promesse de l'Agenda 2030 de ne laisser personne de côté est d'une importance cruciale pour les peuples autochtones. À leur tour, les peuples et communautés autochtones ont beaucoup à apporter à la réalisation des objectifs de développement durable.

Pour cette raison, les actions des Nations Unies au Mexique ont une approche interculturelle, qui promeut la diversité et concentre les efforts pour combattre la discrimination, promouvoir l'inclusion, l'intégration et l'équité dans l'accès aux opportunités de développement pour les peuples et communautés indigènes.

Parmi les efforts déployés par ONU-Mexique pour atteindre ces objectifs, citons les suivants

  • Contribuer à l'élaboration de lois sur l'égalité, l'inclusion et la non-discrimination dans l'exercice des droits des peuples autochtones, y compris la consultation préalable.
  • Promouvoir le droit à une éducation interculturelle qui valorise leurs connaissances et leurs traditions.
  • Créer des conditions d'égalité dans l'intégration des populations autochtones, y compris les femmes, dans les chaînes de production.
  • Participer aux espaces de décision et renforcer leurs capacités en matière d'autonomisation économique et de gestion durable des ressources des peuples autochtones.
  • Gérer les connaissances qui garantissent la liberté d'expression et le développement du patrimoine médiatique et linguistique.
  • Combattre les différents types de violence, notamment à l'encontre des femmes et des défenseurs des droits de l'homme des peuples autochtones.

----
Source : Publié par le portail des actualités de l'ONU le 8 août 2022.

Traduction caro d'un article paru sur Servindi.org le 08/08/2022

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article