Mexique : Caravane pour le sud-est profond

Publié le 11 Août 2022

10 AOÛT 2022

"Et une génération transmet aux autres les codes qui leur permettent de communiquer et de se comprendre : un langage qui exprime aussi la vision particulière du monde, la pensée créée par le groupe tout au long de son histoire ; une façon de faire des gestes, des tons de voix, des regards et des attitudes qui ont un sens pour nous, et souvent seulement pour nous. Et plus fondamentalement, elle transmet aussi, en tant que partie de la culture, une série de sentiments qui nous font participer, accepter, croire, sans lesquels et à cause de sa correspondance avec celle des autres membres du groupe, la relation personnelle et l'effort commun seraient impossibles".
Guillermos Bonfil Batalla

 

Comme il fallait s'y attendre, le mauvais gouvernement de la 4T a accéléré la mise en œuvre d'une législation qui utilise la force de plein droit contre ceux d'entre nous qui protègent et défendent les biens et les territoires naturels et culturels contre les intérêts mesquins de la classe politique et des affaires ; ces groupes de pouvoir cherchent à piller et à saccager ce qu'ils n'ont pas encore transformé en marchandise. Et là où ils l'ont fait, les crises environnementales, sociales et politiques sont évidentes, par exemple, la crise de l'eau, qui s'aggrave dans le monde, et le Mexique ne fait pas exception. Le pillage de l'eau par les grands consortiums industriels et immobiliers prive des millions de personnes du nord du pays de l'accès à ce liquide vital, et augmente d'heure en heure dans le centre et le sud-est du pays.

En l'espace de quelques décennies, le discours sur le changement climatique est passé du stade de la discussion à celui de la réalité. La crise climatique a un impact irréversible sur la planète. Les pluies torrentielles et les longues sécheresses ne sont que deux des principaux effets de cette crise qui touche directement les territoires des peuples autochtones et des paysans, qui assurent l'alimentation de millions de personnes, rendant de plus en plus imminentes les pénuries alimentaires liées à la surexploitation des terres par les monocultures. L'utilisation intensive de produits agrochimiques et l'emploi de semences génétiquement modifiées ont supplanté les cultures locales et, dans certains cas, exterminé les variétés de semences indigènes qui constituent l'héritage bioculturel de nos ancêtres.

À cela s'ajoute le fait que survivre à une pandémie sanitaire, sous l'effet de l'aggravation des crises hydrique et alimentaire, est aggravé par des conflits sociaux et politiques de plus en plus violents. Cette conséquence historique découle des impacts accumulés par les puissances mondiales, qui continuent à se disputer des territoires par la guerre. Certains de ces territoires ont déjà été détruits et d'autres font l'objet de convoitises. Les mots géostratégique et géopolitique n'ont jamais été mentionnés aussi souvent et avec autant de voracité qu'aujourd'hui. C'est clair, la dispute porte sur le trône sur lequel chacun veut sa propre couronne, comme symbole du Nord global.

La guerre d'extermination contre le sud du monde, où vivent les peuples indigènes, les paysans, les prolétaires, les femmes et les dissidents du genre, est indéniable. Nous nous battons pour le respect de nos identités et de nos espaces, des lieux où nous subissons la crise au quotidien.

Pour tout cela, et pour tout ce qui doit être dit, crié et scandé. Nous appelons à l'organisation et à la résistance du Sud-Est mexicain. Nous ne pouvons pas continuer à attendre des solutions d'en haut, nous devons les construire d'en bas. Il s'agit d'un appel urgent, en raison de l'avancée gigantesque qui détruit la culture sociale et environnementale, dont les biens ont non seulement soutenu les peuples qui habitent ce territoire, mais font également partie de l'héritage écosystémique de la planète, qui permet la survie de l'humanité.

Et ce sont nos premiers pas...

Du 13 au 29 août, avec l'association Ya Basta ! Êdî Bese ! et les centres sociaux du nord-est de l'Italie, nous ferons une tournée en caravane dans certains endroits du sud-est du Mexique. Dans le but d'articuler les luttes, les résistances et les alternatives. Nous voulons partager nos connaissances, notre travail, nos sentiments et tisser des liens entre les communautés, les organisations, les collectifs et les individus qui résistent et s'organisent contre le patriarcat, les mauvais gouvernements, les grandes entreprises et les méga-projets de mort qui menacent nos territoires, nos ressources naturelles et la vie.

Nous vous invitons à écouter, partager et construire collectivement vers la Caravane et la Rencontre Internationale "EL SUR RESISTE" pour le printemps 2023, restez à l'écoute des murmures.

Suivez cette visite à travers :

Facebook : @APIIDTT
Twitter : asamblea_istmo
Instagram : asambleaistmo

Pour adhérer et obtenir plus d'informations, vous pouvez écrire à :

asamblea.istmo@gmail.com

#IstmoDeTehuantepec #Veracruz #Oaxaca #Mexico #ProgramaIstmo #CorredorInteroceanico #TrenMaya #Yucatan #QuintanaRoo #Campeche #CaribeMexicano #NoEsDesarrolloEsDespojo #BastaDeDespojo #NoAlCorredorInteroceanico #NoALosMegaproyectos #YoPrefieroLaSelva #YoPrefieroLaVida #NoAlTrenMaya #NuestraLuchaEsPorLaVida #CNI #resistencia #Medioambiente #CambioClimatico #CrisisClimática

traduction caro d'un communiqué paru sur le site du CNI le 10/08/2022

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Mexique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article