Avec la Rojinegra : Addio a Lugano

Publié le 18 Juin 2022

Addio a Lugano

Chanson de Pietro Gori (1865-1911)

Addio Lugano bella
o dolce terra pia
scacciati senza colpa
gli anarchici van via
e partono cantando
con la speranza in cuor
.

Ed è per voi sfruttati
per voi lavoratori
che siamo ammanettati
al par dei malfattori
eppur la nostra idea
e solo idea d’amor.

Anonimi compagni
amici che restate
le verità sociali
da forti propagate
e questa la vendetta
che noi vi domandiam.

Ma tu che ci discacci
con una vil menzogna
repubblica borghese
un dì ne avrai vergogna
ed oggi t’accusiamo
in faccia all’avvenir.

Banditi sensa tregua
andrem di terra in terra
a predicar la pace
ed a bandir la guerra
la pace per gli oppressi
la guerra agli oppressor.

Addio cari compagni
amici luganesi
addio bianche di neve
montagne ticinesi
i cavalieri erranti
son trascinati al nord.

Addio Lugano bella
o dolce terra pia
scacciati senza colpa
gli anarchici van via
e partono cantando
con la speranza in cuor.

 

Lugano en 1905

Adieu à Lugano

(Traduction de Gemma Failla)

Adieu, belle Lugano,
ô douce terre généreuse.
chassés, bien qu'innocents,
les anarchistes s'en vont
ils partent en chantant
avec l'espoir dans le cœur.

Et c'est pour vous, exploités,
pour vous, travailleurs,
que nous sommes menottés,
comme si nous étions des malfaiteurs
et pourtant, notre idée
n'est qu'une idée d'amour.

Compagnons anonymes,
amis qui restez,
propagez fortement
les vérités sociales :
ceci est la vengeance
que nous vous demandons.
mais toi qui nous chasse
avec un vil mensonge ;
république bourgeoise,
un jour, tu en auras honte !

Et aujourd'hui nous t'accusons,
face à l'avenir.
bandits, sans trêve,
nous irons de terre en terre
prêcher la paix
et bannir la guerre
la paix entre les opprimés,
la guerre aux oppresseurs.

Adieu, chers compagnons,
amis de Lugano,
adieu, blanchie de neige,
montagne du Ticino.
les chevaliers errants
sont traînés vers le nord.

Adieu, belle Lugano,
ô douce terre généreuse.
chassés, bien qu'innocents,
les anarchistes s'en vont.
ils partent en chantant
avec l'espoir dans le cœur

 

Pietro Gori https://www.anarcopedia.org/index.php?curid=4384

Addio a Lugano

 

Chanson de Pietro Gori (1865/1911)

Cette chanson, célèbre dans le répertoire social Italien, évoque l’exil forcé de 18 militants anarchistes chassés de Lugano en 1894.

Pour échapper aux persécutions de la police qui cherchait à les impliquer dans l’assassinat par Caserio du président de la république française Sadi Carnot, ils s’étaient réfugiés dans cette localité suisse juste sur l’autre rive du lac qui fait la frontière, mais les autorités helvétiques cèdent aux pressions de l’Italie et les interdisent de séjour, les expulsant vers le nord.

Pietro Gorri, né à Messine en 1865, est l’un de ces expulsés ; comme libertaire et avocat en vue, il est depuis longtemps repéré....ayant subi son premier procès à l’âge de 17 ans !

Il passera par l’Allemagne, la Belgique, Londres avant d’arriver aux Etats-Unis où il se dépense sans compter dans l’appui au mouvement ouvrier (plus de 400 meetings et conférences en un an devant des salles combles).

Il poursuit son travail d’organisateur et de propagandiste en Argentine et au Chili avant de regagner l’Italie en 1903.

Poète, auteur de pièces, journaliste, il laisse aussi de nombreuses chansons qui resteront très populaires ; il en disait simplement : « ce sont des chants grossiers consacrés au peuple ; je n’écris ni pour l’art ni pour la gloire, j’écris ce qui bouillonne dans ma tête, j’écris et je me rebelle contre le vieux monde... ».

Longtemps exilé lui-même, il se voulait « sans patrie », se sentant solidaire des hommes du monde entier.

Comme le proclame une autre de ses chansons, « Stornelli d’esilio » :

« Nostra patria è il mondo intero

Nostra legge è la liberta. »

"Notre patrie c’est le monde entier

Notre loi, c’est la liberté."

 

Notice historique de la Rojinegra

Gardons la mémoire !

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Avec la Rojinegra, #Chanson non crétinisante

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article