Mexique : Tzam trece semillas : Justice et femmes

Publié le 6 Avril 2022

Image : Esmeralda Ramírez Salazar

Par Esmeralda Ramírez Salazar

J'appartiens à la communauté de Santa María Ixcatlán, en Oaxaca, et j'ai pu vivre différentes expériences en tant que femme et en tant qu'indigène. À partir de ces expériences, je peux dire qu'au niveau national, de grands progrès ont été réalisés, du moins en ce qui concerne la loi, et au niveau de l'État, je peux dire que nous avons été prises en compte dans certains aspects, mais arrêtons-nous au niveau municipal : dans ces cas, simplement parce que nous sommes des femmes, on nous empêche d'exercer nos droits et on ne nous valorise pas, on ne croit pas qu'il soit possible pour nous d'occuper des postes politiques au sein de la structure municipale.

Beaucoup de choses se passent également dans la sphère sociale, il est donc important de connaître nos droits et nos obligations afin de ne pas être montrées du doigt en raison de notre tenue vestimentaire ou de nos coutumes en tant que femmes autochtones. Afin de vivre dans une société égalitaire sans préjugés d'aucune sorte, il est nécessaire que justice soit rendue aux femmes autochtones. Cependant, en raison de notre situation de femmes indigènes, peu d'entre nous ont accès à des espaces pour apprendre les lois qui défendent nos droits de genre, mais aussi nos droits linguistiques en tant que locutrices de langues indigènes. Heureusement, nous pouvons constater certains progrès, avec le passage des années et les différentes mobilisations sociales, ainsi que les instances de soutien aux femmes qui ont été mises en place dans les municipalités de Oaxaca, l'incorporation des femmes dans nos sociétés s'est faite de manière un peu plus équitable.

Je pense que la participation des femmes autochtones à la fonction publique est très importante ; elle nous permet d'avoir la diversité nécessaire pour maintenir une représentation significative au sein de nos villes et de nos communautés, où les femmes autochtones peuvent avoir un impact. Il est important que nous puissions mettre fin aux inerties patriarcales et aux paradigmes machistes car ils ne font qu'entraver l'accès à la justice pour nous, les femmes ; il est très important de promouvoir la participation des talents féminins dans les nouvelles générations qui participeront à la vie publique de nos communautés.

Portrait de l'auteur : Archives personnelles

 

PEUPLE IXCATECO

Esmeralda Ramírez Salazar

Je suis née le 21 août 1997 dans la communauté de Santa María Ixcatlán, Oaxaca, fille de Rosalía Ramírez Salazar. Dans cette même communauté, j'ai suivi mon éducation de base, au cours de laquelle on m'a enseigné la langue Ixcateca, la langue de ma communauté, qui est en voie de disparition. En 2012, j'ai poursuivi mes études secondaires à Coixtlahuaca et j'ai ensuite résidé dans la communauté de San Pedro et San Pablo Teposcolula, où j'ai étudié l'ingénierie du développement communautaire. Je suis intéressé par le renforcement de notre langue et de notre culture Ixcatecan.

traduction caro

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article