Le festival du film Censurados met les défenseurs de l'Amazonie à l'honneur

Publié le 6 Avril 2022

Dans le cadre d'une proposition variée, le festival présentera un programme spécial sur la situation des défenseurs.

Le festival du film consacre un espace pour mettre en lumière la situation de l'Amazonie et de ses défenseurs. Elle se déroulera du 2 au 8 avril.

Servindi, 2 avril 2022 - Ce samedi 2 avril sera inaugurée la 8e édition du festival de cinéma " Censurados ", qui portera sur la situation des défenseurs en Amazonie.

Avec des projections de films, des ateliers, des dialogues et d'autres interventions artistiques, le festival proposera également un programme spécifique visant à mettre le public en contact avec les histoires et les réalités des défenseurs qui luttent pour leurs territoires.

Faisant partie du réseau international de festivals de films sur les droits de l'homme Human Rights Film Network, le Censurados Film Festival est organisé en partenariat avec Dinamo, l'Instituto del Bien Común (IBC), Oxfam, Amazonarte et des organisations alliées.
 


Tierra Nuestra Notre terre

Pour cette huitième édition, le festival a développé le thème "Tierra Nuestra - Defensores de la Amazonía" (Notre terre - Défenseurs de l'Amazonie) qui comprendra des projections, des conférences, des ateliers et des interventions artistiques.

L'exposition comprend des courts métrages réalisés par des cinéastes autochtones et des films faisant partie de la sélection officielle du festival.

Il s'agit notamment de "Los árboles mueren de pie" (Mexique), "Siona" (Colombie) et "Cunico, donde la selva se tiñe de negro" (Pérou), qui sera projeté le dimanche 3 avril au Gato Tulipán de Barranco.

Le lundi 4 avril, à la Sala Armando Robles Godoy du ministère de la Culture (San Borja), sera présentée la série documentaire Bicentenario, composée de quatre courts métrages.

Le jeudi 7 avril, le Centro Cultural España, à Lima, projettera "Herlin" et "Ina Nugke Awanti", des documentaires qui traitent des luttes des défenseurs.

Art et dialogue

Outre la proposition audiovisuelle, la fresque "Amazonarte", composée de cinq pièces peintes simultanément dans différentes régions du pays, sera présentée.

Le résultat de cette intervention, coordonnée par l'artiste Joe Fernández Carrasco "Zelva", sera dévoilé le jour de l'ouverture, lors d'une projection à El Gato Tulipán, à Barranco.

En outre, dans le cadre du thème "Tierra Nuestra", une discussion aura lieu entre des représentants d'organisations autochtones et des spécialistes de la situation des droits en Amazonie.

Cette réunion aura lieu le jeudi 7 avril à 19 heures au Centro Cultural España, à Lima, avec la participation de Teresita Antazú (Aidesep), Herlin Odicio (Fenacoka), Marcelino Tangoa (C.N. Unipacuyacu) et Ronald Suárez.

Nelly Aedo, responsable du programme des peuples indigènes du bureau du médiateur, et Miguel Macedo du CIB seront également présents à la table.
Dans le cadre du programme du festival, 55 films provenant de 26 pays et traitant des droits de l'homme, du militantisme, de la migration, du genre et des inégalités seront projetés lors de cette édition.

Des réalités rendues visibles

Verónica Boggio, anthropologue visuelle et membre de l'équipe organisatrice, a souligné que l'un des objectifs du festival du film Censurados depuis sa création était de créer un espace de réflexion et d'action sur les droits de l'homme.

C'est pourquoi, depuis 2019, la lutte des défenseurs du territoire est devenue l'un des thèmes centraux.

En tant que chercheuse sur le cinéma amazonien, Boggio souligne qu'au cours des dix dernières années, le cinéma indigène a été promu, bien que ces initiatives soient encore maintenues dans des sphères fermées.

"Dans le monde de l'art en général, l'image de l'Amazonie est aujourd'hui beaucoup exploitée", explique la chercheuse.

"Mais les autochtones eux-mêmes n'ont pas la possibilité de révéler leur travail et de bénéficier d'une position équitable sur le marché en tant qu'artistes", ajoute-t-elle.

Dans ce contexte, les propositions présentées dans cette édition du festival abordent la situation des défenseurs de l'environnement, une question qui, comme elle le souligne, est négligée et n'est pas débattue dans l'opinion publique.

Ainsi, les propositions recueillies s'opposent à la vision centralisatrice "qui raye la personne amazonienne de la carte et présente l'Amazonie uniquement comme un paysage exotique", dit-elle.

Au milieu de l'indifférence générale, l'anthropologue explique que l'objectif est de mettre sur la table la situation de personnes "qui vivent (et meurent) souvent dans l'oubli des institutions, mais aussi des gens".

Elle a ainsi souligné que le festival tente de construire des ponts "à partir de la reconnaissance non seulement de leurs droits, mais aussi de la chose la plus fondamentale : leur propre humanité".

"Encore plus en ces temps où l'ignorance sélective et le 'terroir' servent d'excuses pour justifier l'injustifiable : le silence, l'oubli, le meurtre criminel de tant de personnes qui, aux yeux de beaucoup, continuent d'être des citoyens de seconde zone", souligne-t-elle.

Vous pouvez consulter le programme complet du festival sur le lien suivant : Censurados Film Festival (programme)
 

 

traduction caro d'un article paru sur Servindi.org le 02/04/2022

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article