Pérou : En deuil suite à la disparition de l'ancienne iskonawa Kisthe Rodriguez

Publié le 4 Mars 2022

Photo : Fernando Valdivia

Kisthe, l'une des cinq derniers anciens du peuple Iskonawa ayant survécu au moment du contact en 1959, est décédée le 26 février à Ucayali.

Servindi, 2 mars 2022 - L'ancienne du peuple Iskonawa, Claudia Kisthe Rodriguez Campos, est décédée le 26 février, selon l'Association ProPurús d'Ucayali.

Rodriguez était l'un des cinq derniers anciens du peuple Iskonawa à survivre au moment du contact, en 1959, dans le parc national de la Sierra del Divisor.

Malgré sa perte irréparable, "les connaissances ancestrales transmises au cours des dernières décennies constituent le réconfort et la force de ce peuple en danger", a déclaré ProPurús.

Kisthe, ancienne et sage du peuple Iskonawa

Les Iskonawa sont un peuple indigène dont les origines remontent au groupe qui a migré vers le bassin du rioCallería depuis la zone située entre les rios Utuquinía et Abujao en 1959.

C'est dans ce déplacement, à la suite d'un contact, que Kisthe a reçu un nom et un prénom en espagnol, car elle vivait avec des missionnaires évangéliques et un groupe Shipibo-Konibo.

"Elle se rappelle que les missions l'ont appelée Claudia (...) et qu'elle a reçu les noms de famille Campos et Rodriguez de deux hommes Shipibo qui ont participé directement au premier contact".

C'est ce que raconte la linguiste et anthropologue Carolina Rodriguez dans une chronique de la lutte pour le droit à l'identité chez les Iskonawa, reproduite dans Servindi en 2019.

En 1993, l'Association interethnique pour le développement de la selva péruvienne (Aidesep) a présenté une proposition de démarcation territoriale des groupes autochtones non touchés, dont les Iskonawa.

Cela a conduit à la création en 1998 de la réserve territoriale Isconahua, dans le district de Callería, province de Coronel Portillo, région d'Ucayali, pour accueillir 240 personnes regroupées en 16 familles.

Langue iskonawa

La langue Iskonawa appartient à la famille linguistique Pano et est parlée par le peuple du même nom, qui se nomme également Iscobaquebo.

Selon les résultats du recensement national de 2017, 22 personnes ont déclaré parler la langue iskonawa.

Selon le ministère de l'Éducation (2013), c'est une langue gravement menacée.

En 2018, le ministère de l'Éducation a normalisé l'alphabet officiel iskonawa, qui compte 18 graphies, dont 4 voyelles et 14 consonnes.

Cependant, en janvier 2021, le peuple Iskonawa n'avait aucun interprète enregistré auprès du ministère de la Culture. Ils ne disposent pas non plus d'enseignants bilingues dans leur langue maternelle.

Les jeunes Iskonawa qui s'identifient comme appartenant à ce peuple ont des limites dans la maîtrise de la langue car ils ont migré vers d'autres localités pour poursuivre leurs études et ont perdu le contact avec leurs aînés.

traduction caro d'un article paru sur Servindi.org le 02/03/2022

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Pérou, #Peuples originaires, #Isconahua, #Devoir de mémoire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article