Pérou : Le Machu Picchu

Publié le 8 Février 2022

Par Pedro Szekely at https://www.flickr.com/photos/pedrosz/ — https://www.flickr.com/photos/pedrosz/2115782565/, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=14660546

Par Pedro Szekely at https://www.flickr.com/photos/pedrosz/ — https://www.flickr.com/photos/pedrosz/2115782565/, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=14660546

LE SANCTUAIRE

 

Le sanctuaire est situé entre deux collines sur la crête qui sert de pont, une gibbeuse au sud appelée Machu ("majeure" ou "vieille"), et une autre au nord, élancée et dressée, la Huayna ("mineure" ou "jeune"). À leurs pieds, les entourant, coule le rio Vilcanota-Urubamba (le "Willka Mayu" ou "rivière sacrée" des Incas). Ses coordonnées sont 13º 9' 47" de latitude sud et 72º 32' 44" de longitude ouest.

Il comprend 13 kilomètres carrés de constructions reliées par 3 000 marches.

Ils ont utilisé des blocs de pierre extraits des environs, la conception urbaine et les éléments de l'espace environnant (montagnes, grottes, sources) font partie de la cosmovision andine, ce qui suggère qu'il s'agissait d'un sanctuaire.
Il existe deux groupes architecturaux séparés par la place centrale : les Hanan du côté ouest et les Hurin du côté est. Dans la première, se trouvait la noblesse, et dans la seconde, où la maçonnerie est plus rustique, les classes inférieures.

Un mur de 400 mètres de long sépare les zones agricoles et urbaines, parallèlement auquel court un "fossé" utilisé pour le drainage.

La zone urbaine est constituée de rues, de canaux, de places et de bâtiments de style architectural inca classique. Murs en blocs de pierre polie parfaitement ajustés, une légère pente faisant légèrement saillir la base par rapport à son sommet. Niches, fenêtres et portes trapézoïdales et toits en rondins et en chaume.

L'ensemble du lieu ressemble à un observatoire astronomique. La place sacrée, le temple des trois fenêtres et la plate-forme Intiwatana sont alignés sur l'azimut du solstice d'été, lorsqu'un axe de lumière provenant d'une fenêtre orientale illumine le temple du Soleil.

Construit au XVe siècle, abandonné à la fin du siècle suivant, il a été redécouvert en 1911 par l'Hawaïen Hiram Bingham, d'où son remarquable état de conservation.

Le Machu Picchu figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1983, en tant que partie d'un ensemble culturel et écologique connu sous le nom de sanctuaire historique du Machu Picchu. Le 7 juillet 2007, il a été déclaré l'une des nouvelles merveilles du monde.

Par Pablopablo (myself) — Myself (Designed by Pablopablo), CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2365534

Par Pablopablo (myself) — Myself (Designed by Pablopablo), CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2365534

Sites du sud au nord

 

CHEMIN DE L'INCA

image


Le Chemin Inca menant au Machu Picchu fait partie d'un système de plus de 30 000 kilomètres de routes qui intégraient le vaste réseau du Tawantinsuyo.

Un sentier reliait Ollantaytambo, dans la Vallée Sacrée, au Machu Picchu, avec une vue panoramique sur l'arrivée à Intipunku, "Porte du Soleil".

INTIPUNKU (PORTE DU SOLEIL)

 

Intipunku, "Porte du soleil" en quechua, ainsi appelée parce qu'à certaines périodes de l'année, le soleil, vu depuis certains des temples du Machu Picchu, se lève précisément à cet endroit.

Il s'agit de l'entrée du Machu Picchu (il est situé à un kilomètre au sud-est) par le Chemin de l'Inca et offre une vue majestueuse et totale sur le complexe et la montagne Huayna Picchu.

Les constructions d'Intipunku, éclipsées par un panorama aussi vaste, sont simples, un groupe de petites enceintes qui suggèrent qu'il s'agissait d'une sorte de poste de douane pour le contrôle des personnes entrant et sortant de la citadelle.
 

PONT-LEVIS

Ce pont singulier fait partie d'une des routes les plus dangereuses de tout le site, c'est un chemin étroit qui commence au sud de la citadelle.

Réalisé sur le flanc de la montagne, il s'étend sur deux kilomètres et, après un virage, il s'interrompt pour laisser place à un espace vide où des rondins ont été placés ou retirés pour permettre ou fermer le passage. Des fissures ont été faites dans le chemin de pierre pour faciliter la tâche.

ROCHE FUNERAIRE


Derrière la "Maison du Gardien" se trouve la "Roche funéraire" sculptée comme un autel avec quelques marches.

Selon certains auteurs, elle était utilisée pour le processus d'embaumement et de séchage des momies, d'autres indiquent qu'elle pourrait être liée à l'observation solaire, puisque pendant le solstice d'hiver, la lumière du soleil est projetée précisément vers cette roche depuis l'"Intipunku" ou "Porte du Soleil".

MAISON DU GARDIEN

 


En entrant dans le secteur agricole depuis le Chemin de l'Inca, nous trouvons de vastes terrasses agricoles artificielles, et dans un endroit plus élevé, une enceinte à trois murs : la "Casa del Guardián/Maison du gardien" ou "Puesto de Vigilancia/Poste de garde". De là, on peut voir le cours du rio Urubamba et le cimetière environnant, et on a une vue spectaculaire sur le complexe.

Le cimetière a été identifié comme tel par Bingham, on pense qu'il s'agissait du lieu de détention.

Son toit de chaume a été restauré.

Derrière la "Maison du Gardien" se trouve la "Roche funéraire" à surface plane avec un petit escalier d'accès qui a pu servir d'autel funéraire, un endroit où les corps de personnalités importantes étaient momifiés ou où des sacrifices d'animaux étaient offerts.

PORTE PRINCIPALE DU GROUPE SUPERIEUR


Vers le sud-est de la zone urbaine, on trouve un groupe de constructions appelé "Groupe supérieur" qui servait apparemment de bâtiments publics, dont quelques "colcas" (entrepôts) et la "Porte principale", seul accès à la ville depuis ce secteur.

Cette porte présente des trous de part et d'autre et à mi-hauteur qui auraient supporté un tronc horizontal pour la fermer. Au sol, il y a un cercle de pierres où un tronc vertical aurait contribué à la sécurité de l'accès.

À côté, se trouve le début du mur défensif de la ville et les douves sèches.

ZONE AGRICOLE

 


La zone agricole occupe toute la partie sud-est du complexe et est constituée de terrasses de culture, des structures qui atteignent jusqu'à 4 mètres de hauteur et qui sont formées par un mur de pierre et un remplissage de matériaux qui facilitent le drainage, évitant que l'eau ne s'y accumule et n'effrite leur structure.
Elle est divisée en une partie supérieure de plus de quarante plateformes et une partie inférieure d'environ quatre-vingts, reliées par des escaliers et des couloirs. Les plus larges dans la partie supérieure étaient utilisées à des fins agricoles, tandis que les plus basses étaient utilisées pour prévenir l'érosion causée par les pluies. Il n'y avait qu'un seul canal d'eau menant à la zone de stockage.

GROUPE D'ENTREPOTS

Près de l'endroit où les bus de touristes arrivent aujourd'hui pour commencer leur visite du complexe, dans la partie inférieure de la zone agricole se trouve le "Grupo de Almacenes" ou "Colcas". Cinq grands bâtiments sont situés sur les plates-formes pour le stockage des excédents agricoles et comme résidence pour les agriculteurs et les gardiens.
Ces entrepôts sont situés à l'écart des autres groupes urbains. Leur architecture et leur disposition spatiale sont clairement différentes des autres constructions, et leurs toits ont été reconstruits.

La politique économique des Incas a fait de la construction et de l'aménagement de ces entrepôts l'un des points clés de leur administration, de sorte que chaque établissement humain devait être accompagné d'un nombre suffisant d'entrepôts pour fournir à ses habitants des vêtements et des fournitures pour la production artisanale ou la guerre, et pour pallier les pénuries qui pouvaient résulter d'événements naturels ou sociaux affectant l'équilibre alimentaire.

ESCALIER DES SOURCES


Un système de fontaines d'eau ("pacchas") alimente le complexe. Le liquide vital provient d'une source située sur les hauteurs de la colline du Machu Picchu, un système supplémentaire au sommet de la montagne recueille les infiltrations de la pluie et les dévie vers le canal principal qui parcourt une distance totale de 749 mètres, atteint la ville en passant par l'Intipunku, où une chambre de pierres et d'argile imperméable distribue l'eau vers le Machu Picchu.
Il présente une pente de 4,8 % suffisante pour éliminer le problème de l'accumulation des sédiments, mais qui empêche la vitesse de l'eau de la faire déborder dans les virages, une profondeur d'environ 10-12 centimètres et une largeur de 12-13 centimètres et produit un débit suffisant pour une population de 1 000 personnes (en saison sèche). Il pénètre la zone urbaine entre le Temple du Soleil et le Palais Royal, initiant l'"Escalier des sources", une succession de 16 fontaines d'eau. Les trois premiers, finement finis pour se fondre dans les temples voisins, sont constitués de rochers taillés auxquels sont fixés le déversoir et les murs latéraux.

 

TEMPLE DU SOLEIL

Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1264337

Également connu sous le nom de "Tour circulaire" ou de "Mausolée royal". On y accède par une porte qui comportait un système de sécurité avec des anneaux en pierre.

Le temple de 10,5 mètres de diamètre a été construit sur un énorme rocher. Il est de forme semi-circulaire avec des blocs finement sculptés, son mur arrière est droit.

On pense qu'il s'agissait d'un mausolée et que ses grandes niches ont accueilli des momies. Il était utilisé pour les cérémonies liées au solstice de juin.

L'une de ses fenêtres présente des traces d'ornements incrustés qui ont été arrachés à un moment donné de l'histoire de Machu Picchu, détruisant une partie de sa structure. Il y a des traces de résistance à un incendie.

ALIGNEMENTS ASTRONOMIQUES

La fenêtre indiquée en rouge (Nº1), est la plus grande des trois fenêtres de la tour, appelée "fenêtre des serpents" en raison des serpents venimeux que Bingham y a trouvés.

Le bâtiment est orienté NNO à environ 340 degrés d'azimut. Pendant le Solstice d'hiver, à l'aube, on peut voir les étoiles couchantes de la queue de la Grande Ourse, alignées en forme de serpent incurvé.

La fenêtre que nous avons identifiée comme étant la n° 2 orange, orientée vers le NE à environ 65 degrés d'azimut, coïncide avec le lever du Soleil pendant le Solstice d'hiver. Ce jour-là, le premier rayon de soleil jette son faisceau de lumière sur la roche taillée dans le sol. Quelques heures auparavant, les Pléiades et les Hyades, avec leur étoile rouge vif Aldébaran, peuvent être vues, anticipant la présence du Soleil.

A travers la troisième fenêtre (n°3-jaune) située au SE à environ 132 degrés d'azimut (ligne bleue 2), on peut voir la portion correspondant à la queue de la constellation occidentale du Scorpion, dont la forme s'approche du dessin de la tourelle.

En ce qui concerne le rocher qui sert d'autel ou de sol sur lequel l'ombre du soleil est projetée au solstice d'hiver, il existe de nombreuses versions et la plupart suggèrent qu'il s'agit d'un symbole des trois mondes andins, d'autres l'indiquent comme la représentation d'un puma sacré.

MURS DU TEMPLE DU SOLEIL

Par pululante — Machu PicchuUploaded by snowmanradio, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=29022746

"Les rangées inférieures, constituées de blocs particulièrement gros, donnaient au mur une apparence de solidité. Les parties supérieures, dont la taille diminue au fur et à mesure qu'elles montent, confèrent grâce et délicatesse à la structure. La beauté des lignes, la disposition symétrique des blocs et la gradation de la taille des rangées se combinent pour produire un effet merveilleux, plus doux et plus agréable que celui des temples de marbre de l'Ancien Monde. En raison de l'absence de mélange, il n'y avait pas de vilaines lacunes entre les blocs. Ils semblaient avoir grandi ensemble. Par la beauté du granit blanc, cette structure surpassait en attrait les plus beaux murs de Cuzco qui avaient étonné les voyageurs pendant quatre siècles".

Hiram Bingham dans "La Cité perdue des Incas".
 

MAISON DU PRETRE

En face du "temple principal", à l'extrémité sud de la place sacrée, se trouve une pièce à deux entrées et aux murs rustiques appelée "maison du prêtre". Bingham l'a appelée ainsi car il pensait que le prêtre suprême serait parti de là pour diriger les actes religieux qui auraient eu lieu sur la place.
Elle comporte deux portes donnant sur la place et une série de niches à l'intérieur.

Il comprend deux des plus beaux édifices de Machu Picchu, formés par de grandes roches sculptées : le "Temple des Trois Fenêtres", dont les murs de grands blocs polygonaux ont été assemblés comme un puzzle, et le Temple Principal, de blocs plus réguliers, qui est censé avoir été la principale enceinte cérémoniale de la ville. Derrière elle se trouve une petite enceinte connue sous le nom de "Chambre des Ornements" et devant elle une pièce à deux entrées : la "Maison du Prêtre".

Il semble que cette section n'ait jamais été achevée.

Escalier de l'Intiwatana

La place sacrée, avec le temple principal. Derrière la plate-forme de l'Intiwatana et les escaliers de communication.

RESIDENCE ROYALE


La "résidence royale" ou "palais de l'Inca" est située en face du temple du Soleil, qui y était relié par un escalier.
Une "kancha" classique (chambres pour une famille étendue), qui avait un accès immédiat à la première des sources d'eau, étant la plus belle, la plus grande et la mieux distribuée de Machu Picchu. On pense que c'était la demeure du mentor du complexe, l'Inca sapa Pachacutec Inca Yupanqui.

Le groupe se compose de deux grandes pièces et de deux petites "huayranas" (enceintes à trois murs) autour d'une cour centrale. La pièce orientale est connue comme le dortoir et à l'intérieur la partie sud est divisée par des pierres sculptées constituant le "lit", dans ce coin le souverain devait dormir ; à l'extrémité nord de la pièce il y a un petit compartiment que la tradition a nommé les "services hygiéniques". La pièce opposée est connue comme le "bureau" du souverain ; les deux "huayranas" étaient probablement utilisées comme cuisine et atelier. Presque au milieu de la cour centrale se trouve une pierre sculptée qui servait de mortier.

Les commodités comprennent un corral pour les camélidés et une terrasse donnant sur le côté est.

PLACE SACREE

À l'ouest du complexe se trouve le "Groupe sacré" ou "Place sacrée". Un groupe de bâtiments disposés autour d'une cour carrée, dans un lieu destiné à différents rituels.

Voir une photo ci-dessous au temple principal

TEMPLE PRINCIPAL

C'est un temple de type "Huayrana", trois murs solides et parfaits réalisés avec des pierres de face rectangulaire et des joints parfaits. Il mesure 11 mètres de long et 8 mètres de large, ses murs ont une épaisseur de 90 centimètres.
Il comporte sept niches trapézoïdales dans son mur central et cinq de chaque côté. Devant, à une dizaine de mètres, se trouve un grand rocher partiellement sculpté, que certains pensent être un autel de sacrifice.

À côté du temple, une petite sculpture en pierre représenterait la constellation de la Croix du Sud, dont la silhouette projette une ombre au Solstice d'hiver (21 juin) sous la forme d'une tête de lama en train de boire.

Comme il n'y a pas d'usure sur la partie supérieure des murs, on suppose qu'elle n'a jamais été couverte, et il y a des trous pour soutenir des poutres où des tissus ont pu être suspendus.

Il n'y a pas de consensus quant à la divinité adorée dans ce temple ; la plupart pensent qu'il s'agit du dieu créateur Viracocha.

Aujourd'hui le site est affecté par des mouvements sismiques et des filtrations de pluie, le mur arrière du temple présente des déplacements dans les pierres qui le conforment à un danger d'effondrement.

Chambre des ornements

Derrière le temple principal et relié à celui-ci, se trouve un petit bâtiment connu sous le nom de "Maison des ornements".

Elle comporte plusieurs niches bien travaillées, et de part et d'autre de la porte d'entrée se trouvent deux grandes lithiques, dont une extraordinaire pierre à 32 angles.

À l'intérieur, au bas du mur arrière, se trouve une plate-forme basse inhabituelle, comme un siège ou un lit en pierre.

Certaines personnes d'esprit catholique l'appellent la "sacristie" du temple principal.

Escalier de l'Intiwatana

La place sacrée, avec le temple principal. Derrière la plate-forme de l'Intiwatana et les escaliers de communication.

TEMPLE DES TROIS FENETRES

Son nom a été donné en raison de ses fenêtres trapézoïdales typiques.
Situé dans la partie orientale de la place sacrée, il a été construit avec de grands blocs polygonaux polis et parfaitement assemblés comme s'il s'agissait des pièces d'un puzzle. L'enceinte est rectangulaire, bien que le côté faisant face à la place ait été laissé ouvert, où se trouve un seul pilier de pierre qui servait à soutenir le toit.

Au centre se trouve une structure en escalier représentant les trois mondes de la cosmogonie inca.

Sa découverte a permis de supposer qu'il s'agissait du lieu mythique Tampu Tocco "la maison des fenêtres", d'où provenaient, selon le mythe, les frères Ayar qui ont formé l'empire inca.

Des vues spectaculaires des environs de la ville peuvent être capturées depuis le Temple des Trois Fenêtres. Les prêtres incas, les "curacas", restaient presque toute la journée dans cette enceinte, contrôlant l'organisation sociale de l'Empire.
 

INTIWATANA

By Mshirk - Photo taken at Machu Picchu, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48302527

Sur une colline composée de plusieurs terrasses et plates-formes, sculptées dans un seul bloc de granit, se dresse l'Intiwatana du Machu Picchu.

Dans tous les grands centres cérémoniels du Tahuantisuyu se trouvaient des sukhanqas ou intiwatanas, des observatoires astronomiques utilisés pour mesurer le temps, établir les saisons, déterminer les solstices et les équinoxes, et donc les périodes de semailles et de récoltes. C'était aussi un autel où l'on adorait le Soleil, la Lune, Vénus et les étoiles.

Intiwatana est généralement traduit par "lieu où le soleil est attaché". Le 21 juin, jour du solstice d'hiver, on célèbre l'Inti Raymi, la Pâque du Soleil. À cette époque, le soleil était situé au point le plus éloigné de la terre. Craignant qu'Inti, le Père Soleil, ne les quitte, des rituels étaient accomplis pour lui demander de ne pas s'éloigner et, symboliquement, ils l'attachaient à Intiwatana.

Cette explication ne se retrouve pas chez les premiers chroniqueurs, et ce n'est qu'en 1877 que le terme "intihuatana" apparaît de la main de l'anthropologue nord-américain George Squier, il pourrait donc s'agir d'un nom tardif, remplaçant d'autres qui le décriraient plus précisément comme un "sukhanqa" ou gnomon lithique destiné à observer les différentes positions du Soleil.

Les prêtres et les philosophes avaient des connaissances suffisantes pour programmer les grands événements religieux et sociaux du Tahuantisuyu. Leur chronogramme était basé sur l'observation du Soleil et de ses mouvements ainsi que sur celle des étoiles et des constellations pour donner les dates exactes. Ainsi Intiwatana pourrait avoir une autre signification, puisque Inti est "soleil" et Wata "année", ce serait "lieu où l'année solaire est modérée".

Certains astronomes déclarent que sur ce complexe astronomique, il est possible d'observer des constellations telles que la Croix du Sud et les Pléiades.

Chaque jour, des centaines de touristes ressentent l'énergie émanant de ce monument de pierre qui semble concentrer toute la force tellurique de la plus célèbre citadelle inca.

TOMBE ROYALE

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Machu-picchu-c10.jpg

Sous le Temple du Soleil se trouve une petite grotte connue sous le nom de Tombe royale. Il s'agit d'un énorme bloc de pierre incliné pour soutenir une partie du Temple du Soleil. C'était le lieu où l'on rendait un culte aux ancêtres de l'Inca ou aux hauts dignitaires de l'Empire dont les momies y étaient conservées et où l'on faisait des offrandes.
Elle a été nommée ainsi par Bingham, car il pensait qu'elle pouvait abriter la momie d'un noble inca, bien qu'il ne l'ait pas trouvée.

TEMPLE DU CONDOR


Le temple du Condor est un exemple impressionnant de maçonnerie inca intégrée dans son environnement naturel. Créé à partir d'un affleurement de granit en forme de condor des Andes, il est entouré de deux grandes pierres représentant ses ailes.

C'était un lieu sacré construit dans le but de vénérer l'"Apu Kuntur" (Dieu Condor). Sous les ailes du condor se trouve une grotte, où une momie a été trouvée.

Il est constitué d'un grand ensemble de bâtiments et de quelques grottes présentant des traces d'utilisation rituelle. Entre eux et le patio du condor, des vestiges d'élevages de cochons d'Inde ont été identifiés.

À l'arrière se trouve la prison, qui consistait en une série de niches avec un labyrinthe de donjons souterrains.

 

GROTTE DU SOLEIL D'INTIMACHAY

Entre le temple du Condor et le quartier industriel se trouve une grotte intéressante : "Intimachay" ("grotte du soleil"), une fenêtre sculptée dans ses murs, permet depuis l'intérieur de voir seulement deux degrés de l'horizon, étant alignée avec le lever du soleil au solstice de décembre, permet l'observation du soleil 10 jours avant et 10 jours après.
Quartier industriel
Le "Barrio Industrial" ou "Grupo de los Morteros", est le plus grand groupe de la ville, malgré cela il n'avait qu'une seule porte d'entrée, donc certains spéculent qu'il s'agissait d'une "Acllahuasi" (maison des femmes choisies), des femmes dédiées au service religieux et à l'artisanat fin.
Dans le groupe, il y a une pièce avec deux mortiers circulaires, presque de même diamètre, taillés dans le sol rocheux, qui ont pu servir à broyer divers éléments pour la fabrication de textiles ou de céramiques dans le secteur "industriel", ou qui étaient des réceptacles pour les récipients de "chicha".

Au sud de la salle du mortier, deux "huayranas" (enceintes à trois murs) partagent un seul mur intérieur, mais au lieu de leur mur frontal, elles ont une colonne qui devait soutenir les poutres du toit.

Le complexe comprend des vestiges d'utilisation rituelle, il y a des autels et même un "kancha" (habitation de la famille étendue) construit autour d'un grand rocher. Certaines de ses pièces montrent qu'elles ont été des résidences d'élite.

QUARTIER INDUSTRIEL (Grupo de los Morteros)

 

Le "Quartier industriel" ou "Grupo de los Morteros (Groupe des mortiers)", est le plus grand groupe de la ville, malgré cela il n'avait qu'une seule porte d'entrée, donc certains spéculent qu'il s'agissait d'une "Acllahuasi" (maison des femmes choisies), des femmes dédiées au service religieux et à l'artisanat fin.
Dans le groupe, il y a une pièce avec deux mortiers circulaires, presque de même diamètre, taillés dans le sol rocheux, qui ont pu servir à broyer divers éléments pour la fabrication de textiles ou de céramiques dans le secteur "industriel", ou qui étaient des réceptacles pour les récipients de "chicha".

Au sud de la salle du mortier, deux "huayranas" (enceintes à trois murs) partagent un seul mur intérieur, mais au lieu de leur mur frontal, elles ont une colonne qui devait soutenir les poutres du toit.

Le complexe comprend des vestiges d'utilisation rituelle, il y a des autels et même une "kancha" (habitation de la famille élargie) construite autour d'un grand rocher. Certaines de ses pièces montrent qu'elles ont été des résidences d'élite.

 

GROUPE DES TROIS PORTES

 

Au nord-est de la place principale, en entrant par trois portes, nous trouvons des enceintes construites dans un style simple, très similaires en taille, disposition et conception. Elles étaient apparemment utilisées comme chambres ou réserves.

Bingham y a trouvé des quipus, c'est pourquoi certains l'appellent le quartier des amautas ou des maîtres.

ROCHE SACREE


À l'extrémité nord (vue depuis les hauteurs du secteur agricole), point de départ du chemin qui mène à la colline de Huayna Picchu, nous trouvons le complexe connu sous le nom de "Roche sacrée/Roca Sagrada". Deux "huayranas" (enceintes à trois murs) se faisant face, servaient de temples ou d'autels pour vénérer le rocher qui se trouve au nord-est, au milieu d'elles.

Le monolithe sacré a une surface relativement lisse avec une hauteur de 3 mètres et une base de 7 mètres, sa forme d'un certain angle ressemble à un félin, d'un autre elle peut être vue comme le profil d'une montagne qui imite le "Apu Yanantin", donc il n'est pas clair lequel des deux était l'objet du culte.

HYAYNA PICCHU : MONTAGNE JEUNE

image


En partant d'un sentier qui commence dans le secteur de la "Roche Sacrée", après quelques heures de marche, nous pouvons atteindre les 2.667 mètres qu'atteint le sommet du Huayna Picchu, la montagne jeune.

Après avoir passé une petite colline appelée Uña, le chemin se transforme en un escalier long et étroit qui entoure la colline par l'ouest, ses marches, dans certaines sections, sont taillées directement dans la roche. Un autre chemin monte depuis le nord-est, il est plus raide, plus long, et traverse des terrasses et des grottes vraisemblablement utilisées pour conserver les cadavres momifiés.

Il y a un ensemble de plateformes, de plus de 50 mètres de long et de 2 mètres de haut, reliées entre elles par un escalier en pierre. On y trouve également des "kanchas" (habitations de la famille élargie), des rochers sculptés, des passages et des tunnels. A mi-chemin du flanc nord se trouve ce que Hiram Bingham a baptisé "La Grande Caverne", construite sur une faille géologique, rebaptisée plus tard "Temple de la Lune".

Au sommet, il y a des constructions en pierre, soigneusement sculptées, qui correspondent à un oratoire ou à un temple, au milieu d'un rocher sculpté que l'imagination populaire a appelé la "chaise de l'Inca".

La vue est impressionnante, on peut voir le complexe à environ 400 mètres, ainsi que le canyon du rio Urubamba qui baigne la base semi-circulaire de la montagne avec des eaux si turbulentes qu'on peut les entendre tonner.

 

TEMPLE DE LA LUNE


Sur le versant nord de Huayna Picchu, dos à la citadelle du Machu Picchu, se trouve un groupe de grottes que les Incas ont utilisées pour construire un monument spectaculaire. Elle sont situées dans les falaises, pratiquement au-dessus du rio Urubamba, qui coule dans le canyon qui entoure la colline en changeant son cours sud-nord en sens inverse pour former une sorte de grande volute.
Plusieurs d'entre elles sont reliées entre elles, certaines ayant été revêtues de blocs de pierre fine taillés pour épouser précisément les contours irréguliers des grands affleurements rocheux qui leur servent de toits. Les murs, dont le caractère ornemental est évident, comportent des fausses portes et des niches trapézoïdales à double et triple jambages.

Les plus remarquables d'entre elles sont connues sous le nom de "Temple de la Lune". En fait ce nom est arbitraire, Hiram Bingham l'avait appelé "La Grande Caverne". Les formes et l'emplacement des cavernes lui confèrent une fonction cérémoniale.

Il s'agit d'une enceinte rectangulaire attachée à un grand rocher, avec trois portes, chacune de 1,60 mètre de haut, et une porte latérale. A l'intérieur des murs se trouvent six niches trapézoïdales. Le "temple" proprement dit se compose d'une grande plate-forme située sous un rocher, surélevée de près de 5 mètres, et d'une entrée de 8 mètres de haut. À gauche, cinq niches trapézoïdales à double jambage, l'un des ouvrages de pierre les plus délicats que l'on puisse trouver à Machu Picchu.

Lors des fouilles menées par l'équipe de Bingham sur les pentes nord et est de la colline, ils ont découvert environ cinq grottes qui étaient vraisemblablement utilisées pour conserver les corps momifiés. Aucune preuve archéologique n'a été enregistrée dans celles associées au Temple de la Lune (plutôt des crevasses).

traduction caro du site Pueblos originarios sur lequel vous pourrez voir pour chaque édifice des visuels et une carte interactive non reproduits ici

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Incas, #Machu Picchu, #Patrimoine mondial

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article