Mexique : Tzam trece semillas : Ubij ni democracia tuba ni ukaj ajyokot’an

Publié le 10 Février 2022

Mexique : Tzam trece semillas : Ubij ni democracia tuba ni ukaj ajyokot’an

Par María Esmeralda López Méndez

Ukënëntan k’in kë tëk’i kubin ni t’an daba ni democraciaba, upët’e machk’a ni kandidatuba uk’anin yëlë jink’in uyajne tan ni yokokajob, jink’inba mach këwinatadok’o kani uyëlëjob o kuk’a uyëlëjob, kë chënën këlot’la uk’anin jëtse upechkëb uk’anin awëtinjob kama daba ¡kuxli ni democracia!… upëtë uchen xunbajob tu pat candidatuba.

Kama kë kajti’ën ya’an unt’u ajlo’ kë chokto’ jink’inba utëk’i xumba tan up’ete ni yokokajob tuba ajYokot’an, ubadaba naj noja tuba kë na’kajla të Mejiku, k’en këlot’la kama tëkë kë familiajob uts’ekbij upat’job të xunba kë ukaba “xumba tuba ni democracia”, jindaba uch’i xumbajo 50 k’in, k’en ajYokot’anjob abixijob (ajChontal tuba yëxtup), ni kë lot’lajoba nëmëjob të xumba tuba usakën ukuxlib uts, ubixe dok’ uyok buk’a, upa bu’u, upayok waj, utëk’ijob ni xumbëlib, ubadaba ya’an unp’e k’entiyom tuba ni xumbajini, jinchich yach’uju jin uyëbon unt’u kë lot’la ke ajni të xumba dok ni chunik, uk’anin ts’ayki kachi kada numijob.

Ni yokokajob tuba ajYokot’an ya’i uk’anin tëk’i ni up’ete ni t’an kama tëkë të k’atintë up’etë kë derechulajob, k ajnik uts kama tëkë tutoja ni democraciaba, mach kuwila kani uyëlë ni tan jiniba, takë welela chich une jink’in ajnoja mach uchë upatan kama uyëli kë uxe uchen tu pëntë ni kaj, uyëktan ubijch’ok ixiktakjob kama winikjob sin pëch’i ok’ ubixe dok uyok chim lëkë tu pechkë bajk’a ubisan upa’ pajbuk’a tuba utëpsen ni jitso jinba k’in, ya uk’anin k’otejob të ts’utë tuba uk’atën kë uchen upatan ni ajnoja kejin uyëli’ kë uxe uchenba, cheda que tëkë këlë si ya’an ni democraciaba kejin uyajnoja kaj tuba ni kaj o jindaba a pëpë chonbintonla ni t’an daba.

Ubadaba kuwi keni democraciaba mach se xiket të awet kama awëlin kwachichka kandidatuba, jindaba kënë kë to’to tsonenla ke yo ajnik kakradaba kaj pankab, kama tëkë k’anin k’ëne’ tan kaj kama yokokajob, bajk’a yo ajnik të ts’aykintik dok kë yokot’anlajob, kë kanin tusëla kani utsibajtësanonla ke ya’an tan kë kajla kë sakënla kë ajnikonla up’ete uts, ke mach ajnik tsibajtësi’a jink’in kë chënla t’an kama tëkë kënëntintik upete utsilela kejin ukënentan kada juntu ajyebejob ta yokoxiktak jin kënë  kënëntintij une, këjin uyëlin xik uch’en participajob tuba yakintik ti’o eleccionjob, kama daba nëmt’e këxela të ajtëla dok unp’e woyom uts’ ni democraciajob.

Ubadaba ya’an mëx k’en machk’a uch’ekmëke’ ubiji ni ixik, kama tëkë tuba yoko ixiktakjob, kama chida ya’an k’en tsibajtësi’a ke mach uyëktonla kë xikonla kë chenla participaba tuba ajnik tu toja ni democraciaba, ke uyëktanonla kë chenla ni t’an mach umëke’ kë ti’la kejin k’o kelëla ke ya’an tan kë pixanla, kachikada uch’e kë ëkéla unp’e k’ajalin tan ukuxli ni kë kajla kama tan kë patanlajob kejin ya’an chumujo ëmë kama jini tëkë iski këjin ukënën tan ni ajnoja, tan patan ti’o ni empresajob publicajob kama tuba ni partikularba, ni ixikba yo uchen xunba k’en mëxnat ni bij tuba chenintik upatan bajk’a yo yëktan umuk.

K’en mach ka uyëlë kë ya’an ni democraciaba, kënë chënintik kachikada upasintë ajnoja tan ni yokokajob kama tëkë kachikada ya’an ni ukuxle ni kë kajlajob kela’an ubadaba.

La démocratie est la voie des peuples Yokot'an

Il y a longtemps, j'ai commencé à entendre le mot démocratie, tous les candidats le mentionnaient chaque fois qu'ils visitaient les villages indigènes, à l'époque je ne comprenais pas à quoi ils faisaient référence, je ne voyais que la foule qui applaudissait et criait "vive la démocratie"... et tout le monde allait dans la même direction que le candidat.

Parmi les souvenirs, il y a un jeune homme qui à l'époque commençait à marcher dans les communautés Yokot'an, il est aujourd'hui président de la république, quelques amis et sa famille l'ont rejoint dans une marche appelée " Exode pour la démocratie ", qui a duré 50 jours ; la grande majorité était composée de Yokot'an (Chontales de Nacajuca, c'est ainsi qu'ils nous appelaient). Notre peuple, habitué à marcher et à lutter avec seulement du pozol, des haricots et des tortillas, a entrepris le voyage, aujourd'hui j'ai un souvenir de cette lutte, je le garde comme un cadeau de ce paysan qui a entrepris ce voyage et a raconté son expérience en chemin.

Les communautés indigènes Yokot'an ont été des points clés de la protestation et de la revendication des droits, elles ont été des points clés de la demande d'une démocratie juste, sans savoir ce que ce mot impliquait, elles l'ont simplement prononcé chaque fois que le gouvernement ne respectait pas les accords qu'il avait conclus avec les communautés. Des femmes et des hommes aux pieds nus ont laissé leurs enfants derrière eux et sont partis avec des sacs sur leurs épaules ou dans leurs mains, portant une bouteille de pozol pour étancher leur faim et leur soif pour la journée, ils se sont levés pour exiger du gouvernement ce qu'il avait promis, de cette situation vient la réflexion de savoir si la démocratie est le gouvernement du peuple et pour le peuple ou si c'est juste une phrase vendue.

Je commence à comprendre que la démocratie, ce n'est pas seulement crier et se passionner pour un candidat, c'est croire en un véritable changement qui doit avoir lieu dans tous les coins du monde, en particulier dans les peuples et les communautés indigènes, où la communication est garantie dans nos propres langues, où les problèmes réels sont soulevés et où un bien-être commun est recherché, où il y a la liberté et la sécurité des garanties individuelles pour tous les citoyens mais surtout pour les femmes indigènes, qui souhaitent participer aux élections populaires, de cette façon nous contribuons à l'existence d'une société juste et démocratique.

Malheureusement, il existe aujourd'hui de nombreuses limitations pour les femmes, surtout si elles sont indigènes ; de la même manière, il existe de nombreux besoins qui nous limitent à participer afin d'avoir une véritable démocratie, nous devons être autorisés à parler sans censurer nos sentiments ; comment pouvons-nous contribuer à la vie publique ainsi qu'aux postes inférieurs à supérieurs qui existent dans les gouvernements, les entreprises publiques et privées, si les femmes doivent parcourir un long chemin pour que leur travail et leurs efforts soient reconnus. Beaucoup proclament et disent qu'il existe une démocratie équitable, mais il est nécessaire de visualiser et de renforcer la manière d'élire les représentants dans les communautés indigènes afin d'améliorer la situation actuelle de la vie politique et sociale.

PEUPLE YOKOT'AN (Chontal du Tabasco)

María Esmeralda López Méndez

Locutrice et traductrice de la langue Yokot'an (Chontal du Tabasco). Elle travaille actuellement en tant que radiodiffuseur bilingue pour la station de radio "La voz de los Chontales". Elle est également un membre actif de l'association Escritores en Lenguas Originarias del Estado de Tabasco (ELOT). Son travail se concentre sur la défense et le renforcement de sa langue et de sa culture.

traduction caro

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article