Panama : Pourquoi dans les yeux ?

Publié le 22 Novembre 2021

La culture Ngabe représente la majorité du peuple indigène du Panama. 260 058 personnes selon le dernier recensement (2010). Photo : GTZ

Vendredi 29 octobre, un jeune indigène panaméen Ngabe, Diomedes Santos, a perdu la vue d'un œil lors d'une expulsion par la police. De cet événement découle une chronique sur le sujet par Jorge Ventocilla.

"...quel voyage que ce voyage, mes frères, où allons-nous avec des billets de première classe et des billets de troisième classe ?
Ernesto Cardenal

 

Par Jorge Ventocilla et Cebaldo de León. 

Inawinapi, 20 novembre 2021 - Il est vrai que ce monde, s'il y a quelque chose à épargner, c'est la beauté. Tant qu'elle peut être chantée ici.

Mais il est également vrai qu'il y a trop de douleur inutile dans le monde. À cela s'ajoutent les petits humains, comme nous appelait Eduardo Galeano, étant donné notre évolution récente et notre manque de maturité.

Nous, petits humains, avons le droit de ne pas manquer de beauté. De la même manière, nous avons le devoir de ne pas agir de manière insensée face à une douleur inutile.

Vendredi 29 octobre, un jeune indigène panaméen du peuple Ngabe, Diomedes Santos est son nom, a perdu la vue d'un œil lors d'une expulsion par la police. Lui et une centaine d'autres personnes de tous âges occupaient une zone proche des frontières de la Comarca Ngabe Buglé. Ils sont là depuis des années, très près du barrage hydroélectrique de Barro Blanco, qu'ils considèrent comme illégal, anticonstitutionnel et contraire à leurs droits territoriaux/propriété : il a tout simplement ruiné leur vie.

Ils avaient été expulsés d'un site voisin en juin, et ils tentent de faire de même maintenant qu'ils se sont installés sur une propriété privée. Il y a beaucoup d'informations sur le web pour ceux qui veulent savoir.

Le raid de la police nationale a eu lieu tôt le matin, puis les réseaux sociaux ont diffusé les résultats. La photo de Diomède, l'œil droit fracassé, est devenue virale, tout comme d'autres photos d'enfants, de femmes et d'hommes adultes gravement blessés. La police a ensuite affirmé que cinq de ses membres avaient également été blessés, ce qui est sans doute tout aussi regrettable, mais elle n'a montré que la photo d'un seul policier blessé.

Des machettes, une hache, des biombos (lance-pierres) et deux pétards ont été désignés comme l'"armement" des Indiens : si l'on en croit ces propos, tout l'intérieur du Panama est criblé d'insurgés armés. Les autorités s'excusent pour les pétards, mais personne ne les croit.

Brutalité, c'était. Inutile, aussi. Et une question fondamentale demeure : pourquoi un policier a-t-il tiré sur Diomedes Santos dans les yeux ? Et plus loin encore, pourquoi ce comportement policier s'est-il déchaîné ces dernières années dans un certain nombre de pays ? Coïncidence ? La question a été étudiée et les résultats indiquent que ce n'est pas le cas.

Dans un rapport de novembre 2019, Amnesty International a accusé le gouvernement chilien de nuire délibérément aux manifestants. Erika Guevara Rosas, directrice d'AI, a noté : "L'intention des forces de sécurité chiliennes est claire : blesser ceux qui manifestent afin de décourager les protestations." Rien qu'entre le 18 octobre et le 30 novembre 2019, au moins 347 personnes ont subi des blessures aux yeux, la plupart ayant été touchées par des balles. Au cours de l'année 2019, environ 300 personnes ont perdu un ou deux yeux après avoir été blessées par la police anti-émeute.

"La question circulait déjà de savoir si tirer dans les yeux des manifestants était une stratégie que la police mettait intentionnellement en œuvre", indique le rapport d'Amnesty International.

Enrique Morales Castillo, président du département des droits de l'homme de l'Association médicale chilienne, a déclaré à la BBC : "... aucune autre nation n'a signalé ce nombre de cas (de blessures aux yeux) [...] Les chiffres ici dépassent toute autre référence dont nous disposons".

Comme nous le verrons plus loin, Don Enrique n'était pas au courant des chiffres atteints à Bocas del Toro, au Panama, en deux semaines en novembre 2010.

Tirent-ils sur les yeux comme une stratégie pour aveugler les luttes, les rêves, pour créer la peur ?

Tirent-ils dans les yeux comme une stratégie pour aveugler les luttes, les rêves, pour créer la peur ? Lorsque les luttes sont justes et pour la défense de la vie, il est impossible de les aveugler. Tôt ou tard, d'autres yeux et corps apparaissent sur le chemin des demandes. Dire cela n'est pas pamphlétaire : il suffit de regarder l'histoire.

Plus de nouvelles. "Le Conseil de l'Europe [...] a exhorté la France à mettre fin à l'utilisation de balles en caoutchouc suite aux rapports de l'ONG Disarm Collective selon lesquels plus de 100 personnes ont été gravement blessées entre novembre 2018 et janvier 2019. La perte de la vue d'un œil représentait au moins 17 cas de ce type."

Fin 2019, la BBC s'est demandé pourquoi tant de manifestants dans le monde souffrent de blessures aux yeux "Le monde connaît une vague de manifestations de rue de masse qui se terminent souvent par des émeutes, des violences, des blessures et même des décès. Et une blessure particulière a commencé à attirer l'attention : les blessures oculaires causées par les balles en caoutchouc", peut-on lire en guise de sous-titre. "Préjudice délibéré", "Phénomène mondial", étaient d'autres sous-titres.

Les "balles en caoutchouc" ressemblent à des armes à feu pour enfants, mais elles font beaucoup de dégâts. En 2017, une équipe de chercheurs américains analysant plus de 26 études menées dans le monde entier à partir de 1990 a noté que dans la plupart des pays "...il n'existe aucune obligation légale pour les forces de l'ordre de collecter des données sur les blessures causées par les projectiles à impact cinétique, connus sous le nom de KIP ou balles en caoutchouc."

Colombie. En juin 2021, il a été signalé qu'en un peu plus d'un mois de manifestations, au moins 65 personnes avaient subi des blessures aux yeux. Toutes avaient un dénominateur commun : elles étaient produites par des membres des forces de l'ordre. "Le policier l'a fait avec toute l'intention de l'affaire", a déclaré une victime.

Dans certains pays, les cas sont regroupés, dans d'autres, ils sont certainement isolés. En 2019 et 2021, plusieurs cas ont été recensés en Espagne, des policiers dénonçant eux-mêmes des collègues qui avaient envoyé des mèmes se moquant d'une jeune femme ayant perdu un œil à Barcelone. Paraguay, mars 2021, rapports sur des balles en caoutchouc tirées directement dans les yeux. En Équateur, plus touché dans le cadre des manifestations d'octobre 2019. À Hong Kong, les manifestants portaient des patchs sur leur œil droit, ce qui est devenu un symbole dans les protestations.

Vous faites des recherches sur le web et des rapports vous sautent aux yeux :

"Dans le conflit israélo-palestinien, une étude a relevé, entre 1987 et 1993, 154 cas de blessures aux yeux lors d'affrontements entre manifestants et forces de sécurité."
"Au Cachemire sous contrôle indien, la BBC a rapporté en 2018 que près de 3 000 personnes avaient subi des lésions oculaires ces dernières années, en raison de l'utilisation généralisée de munitions non létales contre les manifestants."
Au Venezuela. Rufo Chacón, 16 ans, a perdu ses deux yeux à cause des plombs à Táchira au début du mois de juillet 2019.
Selon l'ONG américaine Physicians for Human Rights, "...il est rare que les officiers impliqués dans des fusillades utilisant ces armes non létales soient poursuivis".

Et à Bocas del Toro, au Panama, la répression policière contre les populations indigènes en novembre 2010 s'est soldée en deux semaines par un bilan de 716 blessés, 4 morts et 76 personnes ayant perdu un œil ou les deux à cause de la chevrotine et des balles. Connaissons-nous les noms de ces 76 personnes aveugles ou presque, et l'État s'est-il occupé d'elles d'une manière ou d'une autre ?

Clementina Pérez, une femme Ngabe et leader du Mouvement du 22 septembre de l'Église Mama Tatda, a expliqué que le jeune Diomedes Santos a grandi sans mère et a été élevé par sa grand-mère, aujourd'hui âgée de 95 ans. Il avait un magasin dans le secteur qu'ils occupaient à Barro Blanco (détruit lors de l'expulsion) et est également un travailleur itinérant dans la province de Veraguas, travaillant dans les pâturages, coupant la canne à sucre, etc.

Encore une fois : Diomedes a perdu un œil et l'autre est endommagé. Aujourd'hui, il est toujours hospitalisé à l'hôpital régional de David avec un autre collègue, Arcadio Garcia. Y aura-t-il une enquête, et si oui, jusqu'où ira-t-elle ? Et quelle sera la vie de Diomedes à partir de maintenant ? Qui s'en soucie ? Clementina a également mentionné que Presiderio Santos, l'une des 13 personnes arrêtées le 29 octobre, "...ils l'ont pendu par les pieds dans la caserne et l'ont battu, lui demandant qui avait inventé l'idée de résister à l'expulsion".

Comment peut-on croire que ces personnes ne resteront pas à vie en percevant la machine violente du pouvoir et de ses alliés, leur disant à la dure : nous leur prenons les yeux pour qu'ils ne voient pas la voie à suivre, pour qu'ils restent dans l'obscurité de la peur. Mais, connaissant le courage et l'histoire de ces peuples et notamment du peuple combatif Ngabe, nous savons que d'autres regards d'autres corps se joindront à nous. Regarder non seulement pour voir - simples observateurs - mais pour dénoncer et se défendre... Grandir et mûrir en tant qu'espèce avec les personnes solidaires au Panama et dans le monde.

Jorge Sarsaneda del Cid décrit l'action de la police lors de cet événement et de deux autres événements similaires survenus récemment dans le pays : "... avec une grande force, détruisant des maisons, jetant des gaz sur les gens, tirant des balles en caoutchouc et des chevrotines, arrêtant les gens".

"À quoi servent les lois si elles ne s'appliquent qu'à ceux qui "envahissent la terre" mais pas à ceux qui volent des millions ou dilapident les biens de l'État ?". [...] Que dirait Jésus ?" - demande ce prêtre jésuite panaméen. " Ceux qui volent un poulet vont en prison ; ceux qui volent des millions de dollars ont de nombreux avocats pour les défendre et ils ne vont pas en prison, au contraire, ils sont même candidats ! ". Ceux qui prennent de l'or avec un petit plateau dans les rivières, ils font quelque chose d'illégal et vont en prison ; ceux qui prennent des milliards en or et en cuivre, en détruisant l'environnement, ils ont la 'sécurité juridique'".

"Quelle est la justification de cette violence ? Pour quelle paix œuvrons-nous avec ces actions ? Quelle justice voulons-nous mettre en œuvre ? Où est la véritable violence ?", demande Sarsanedas.

J'aimerais que ces lignes atteignent aussi le policier qui a tiré dans les yeux de Diomède.

Et ses supérieurs.

Nous avons tous deux de bons amis dans la police nationale - nous savons qu'ils rejettent catégoriquement les actions brutales, qu'elles viennent d'eux ou bien sûr qu'elles soient dirigées contre eux. Un jour prochain, cette cruauté qui consiste à tirer dans les yeux doit être éradiquée, et ceux qui l'enseignent et la permettent doivent être punis dans toute la mesure de la loi.

En attendant, et avec le respect que nous méritons et exerçons tous, voici les "Normes et pratiques en matière de droits de l'homme à l'intention de la police", une publication officielle du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme ("un ouvrage de référence de poche, facile à utiliser, destiné aux officiers de police, divisé en thèmes relatifs aux droits de l'homme présentant un intérêt particulier, tels que les enquêtes, la garde à vue et le recours à la force") : https://www.ohchr.org/documents/publications/training5add3sp.pdf.

---
Publié à Inawinapi le 19 novembre 2021. Source  https://www.inawinapi.com/luna-llena/por-que-a-los-ojos

traduction caro d'un article paru sur Servindi.org le 20/11/2021


 
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article