Mexique : 529 ans après que le peuple Nahua de Cholulco ait résisté à l'envahisseur, le TEEP continue de discriminer Zacatepec en retardant le respect de la décision d'élire leurs autorités selon leurs traditions et leurs coutumes

Publié le 14 Octobre 2021

11 OCTOBRE 2021

529 ans après que le peuple Nahua de Cholulco ait résisté à l'envahisseur, le TEEP continue de discriminer Zacatepec en retardant le respect de la décision d'élire leurs autorités selon leurs traditions et leurs coutumes.

Aux médias libres et commerciaux 

Au Congrès National Indigène et au Conseil Indigène de Gouvernement 

A l'armée zapatiste de libération nationale 

Aux peuples originels du monde

 

Le 13 août 2021, la Chambre Régionale du Tribunal Electoral du Pouvoir Judiciaire de la Fédération a communiqué au Tribunal Electoral de l'Etat de Puebla (TEEP) le jugement rendu dans le procès des Droits Politiques et Electoraux JDC- 124/2020, dans lequel il a été ordonné au TEEP de réaliser une enquête anthropologique dans la communauté de Santa María Zacatepec afin d'identifier l'existence de systèmes normatifs et de contraindre ensuite l'Institut électoral de l'État de Puebla (IEEP) à réaliser une consultation indigène à Zacatepec et, en fonction des résultats, à décider de la forme de gouvernement et de l'élection des autorités pour la période 2022-2025.

Cependant, deux mois se sont écoulés depuis la notification de la sentence et le TEEP n'a pas réussi à se mettre d'accord sur une chose aussi simple que la commande de l'enquête anthropologique. Les arguments du Tribunal s'appuient sur le fait qu'ils ont eu une charge de travail importante en raison des élections contestées de juin 2021. Cela démontre la discrimination à l'égard du traitement des droits politiques des peuples autochtones et la préférence accordée aux accords et aux défis des partis politiques.

L'expertise que le TEEP doit commander est une exigence qui résiste même à nous reconnaître comme peuple autochtone, alors que l'IFT a déjà reconnu Zacatepec comme peuple autochtone en lui accordant une concession radio à usage social autochtone. Combien d'expertises et de reconnaissances d'institutions publiques le gouvernement veut-il pour reconnaître ce que nous sommes ? 

C'est pour cette raison que 529 ans après le début de la résistance indigène contre le conquérant, nous annonçons que mercredi prochain, le 20 octobre, nous manifesterons devant le Tribunal Electoral de l'Etat de Puebla pour exiger l'exécution de la sentence gagnée en faveur de la communauté de Santa María Zacatepec. Nous adressons cette invitation aux médias ainsi qu'aux peuples et aux individus qui luttent pour la reconnaissance des droits des peuples autochtones et le respect de leur autonomie.

Compte tenu de ce retard injustifié, nous ne pouvons que conclure que le TEEP n'est pas intéressé par les droits politiques des peuples autochtones ou qu'il est intéressé par l'obstruction et le retard de leur reconnaissance et de leur réalisation dans l'État de Puebla. 

Zacatepec a fait l'objet d'innombrables actes de harcèlement, de répression et de tentatives d'imposer des méga-projets qui affectent la communauté, sans tenir compte de la décision de la population et avec l'aide et la corruption des autorités locales. C'est pour cette raison que nous avons décidé d'avancer vers la reconnaissance complète et intégrale de nos droits à l'autonomie et à l'autodétermination en tant que peuple ancestral d'origine nahuatl. 

Nos noms de famille, nos familles, notre population, notre toponomie, nos sites archéologiques, nos usages, nos traditions, nos coutumes et nos systèmes de charges nous identifient comme un peuple originaire et, par conséquent, nous avons le droit de récupérer les formes de gouvernement et de participation communautaire que nos grands-parents pratiquaient il y a seulement quelques décennies et de les adapter à notre époque où il est urgent de protéger notre territoire et nos biens naturels de l'imposition de mégaprojets. 

Depuis 1980, avec l'arrivée de l'aéroport de Puebla sur nos terres, les habitants de Zacatepec ont perdu leur droit de décider de leur territoire, car divers intérêts politiques et économiques sont venus tenter d'évincer la décision de la communauté. Cependant, le peuple a continué à résister et a destitué trois présidents auxiliaires pour avoir trahi les intérêts du peuple, le dernier d'entre eux étant Mauricio Teutle Huelic pour le conflit sur la rivière Metlapanapa. Mais ces luttes ont été délégitimées et criminalisées par le mauvais gouvernement, qui ne veut pas reconnaître notre droit à nous gouverner nous-mêmes. 

Le système actuel des planillas et des partis se concentre uniquement sur l'élection du dirigeant qui décidera pour nous, dans nos systèmes normatifs, les décisions importantes sont prises en assemblée et l'autorité n'est qu'un représentant et est chargée d'exécuter les décisions prises en assemblée. Le gouvernement est l'assemblée et, à son tour, l'assemblée est le plus haut organe de gouvernement. 

Le système des planillas et des partis politiques s'est avéré inefficace et préjudiciable au bien-être de Santa María Zacatepec et, par conséquent, nous devons respecter le droit que nous avons de mettre en œuvre nos propres systèmes normatifs à travers l'assemblée pour l'élection et la révocation des autorités, la défense du territoire et la prise de décision en ce qui concerne le développement et le soin de notre communauté. Il s'agit d'un droit constitutionnel et international que nous avons garanti dans les articles 1, 2 et 39 de la Constitution et dans la Convention 169 de l'OIT. Nous demandons donc instamment au TEEP de respecter notre droit à l'autodétermination et de cesser de retarder notre accès à la justice en application d'un arrêt fédéral que nous avons déjà gagné. 

 

Pour un gouvernement qui commande en obéissant

Santa María Zacatepec par usos y costumbres (traditions et coutumes)

traduction caro d'un communiqué paru sur le site du CNI le 11/10/2021

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Peuples originaires, #Oaxaca

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article