Mexique : Le budget doit s'attaquer à la pauvreté alarmante des autochtones et des Afro-Mexicains

Publié le 14 Septembre 2021

Servindi, 12 septembre, 2021 - Le budget 2022 nécessite une conception qui place au centre le grave problème de la post-pandémie et les mécanismes de soutien pour renforcer l'économie et le développement des peuples autochtones.

"Le Mexique exige un projet de budget qui n'abandonne pas ses peuples autochtones dans cette situation d'urgence nationale", a déclaré Marcos Matías Alonso lors de l'analyse du budget des dépenses fédérales. 

Le Congrès de l'Union a le pouvoir constitutionnel de procéder aux réaffectations budgétaires nécessaires pour rendre la répartition des ressources financières du pays plus juste et plus équitable. 

À ce jour, les peuples autochtones n'ont pas bénéficié du budget transversal consacré aux autochtones, et les efforts de l'État mexicain n'ont pas été suffisants pour réduire la pauvreté des autochtones, affirme Matías Alonso.

"La situation de pauvreté indigène qui prévaut au Mexique est alarmante. En 2020, la population autochtone en situation d'extrême pauvreté atteignait 76,8 %, tandis qu'elle était de 41,5 % en situation de pauvreté modérée."

"Comme c'est le cas dans presque toutes les régions autochtones du pays, la pauvreté s'aggrave chez les femmes, les personnes âgées et les enfants autochtones. Une pauvreté croissante et une inégalité abyssale, voilà ce qui caractérise la situation contemporaine des peuples indigènes du Mexique."

Vous trouverez ci-dessous l'article de Marcos Matías Alonso :
 

Le PEF 2022 et les peuples indigènes et afro-mexicains.

Par Marcos Matías Alonso*.

12 septembre 2021 - Le tableau N°1 reflète la tendance de 20 ans de budgétisation. 2002 est l'année de la transition institutionnelle de l'Institut national indigène (INI) à la Commission nationale pour le développement des peuples indigènes (CDI) ; cette année-là, la Chambre des députés a approuvé le premier budget de la CDI, qui s'élève à près de 1,4 milliard de pesos. Au cours de cet exercice, le "Budget pour le développement intégral des peuples et communautés autochtones" a été approuvé dans le budget des dépenses fédérales (PEF) en tant qu'annexe spéciale dans laquelle, année après année, le budget spécifique de la CDI et de l'Institut national des peuples autochtones (INPI) est inclus.

Le tableau ci-joint reflète les importantes ressources financières de ce qui, depuis 2002, est connu sous le nom de "budget autochtone transversal".

Budget pour le développement intégral des peuples et communautés autochtones, 2002-2022

Année

Budget Transversal

Budget CDI/INPI

2002

  15,108,400,000

   1,393,900,000

2003

  17,447,800,000

   2,245,100,000*

2004

  19,575,295,120

   3,300,400,000

2005

  21,447,642,570

   4,799,300,000

2006

  27,487,970,650

   4,918,400,000

2007

  28,882,662,187

   5,806,611,235

  2008**

  31,024,700,000

   7,330,400,000

2009

  38,103,286,393

   7,809,210,250

2010

  44,368,300,000

   7,815,700,000

2011

  49,101,209,701

   9,453,000,930

2012

  68,123,907,168

 10,000,008,572

2013

  74,102,060,982

 10,364,123,599

2014

  77,174,089,396

 11,408,834,424

2015

  82,185,863,362

 12,129,311,599

2016

  85,260,364,975

 11,900,503,450

2017

  74,895,765,920

   5,806,611,235

    2018***

  80,844,557,230

   6,088,935,816

    2019****

  87,517,800,114

   5,996,299,349

          2020

104,680,076,604

   4,018,344,867

          2021

111,319,542,855

   3,633,887,159

          2022*****

124,593,178,185

   3,819,229,899

Source : Budget des dépenses fédérales et élaboration propre. 
* Budget accordé directement par le ministère des finances.
** Le budget transversal représentait 1,21% et pour le CDI il était de 0,28%. 
*** Le budget transversal représente 1,49% et pour le CDI 0,11%. 
**** Début du mandat présidentiel d'Andres Manuel Lopez Obrador 
****** Proposition de l'exécutif fédéral pour le PEF/2022

Le 8 septembre 2021, l'Exécutif fédéral et le ministère des Finances ont remis le paquet économique 2022 à la Chambre des députés. Les législateurs vont l'analyser, en discuter et se prononcer. La date limite d'approbation du PEF/22 par la Chambre des députés est fixée au 15 novembre.

Le projet de PEF/2022 proposé par l'Exécutif fédéral et le SHCP prévoit un budget national de 7'088'250'300'000 dollars, dont 124'593'178'185 dollars correspondent aux dépenses pour le développement intégral des peuples et communautés autochtones. Pour le poste "Entités non sectorisées", qui est la ligne budgétaire de l'INPI, des ressources financières de 3 819 229 899 $ lui sont allouées.

Comme les années précédentes, le ministère du bien-être social représente le plus gros pourcentage du budget transversal indigène, avec un peu plus de 60 milliards de pesos. Dans l'administration actuelle, Bienestar est le ministère ayant le plus de pouvoir économique et les principaux programmes du gouvernement fédéral. 

Les efforts de l'État mexicain n'ont pas suffi à réduire la pauvreté des indigènes. "La population indigène, quelle que soit la variable choisie, enregistre des retards importants par rapport au reste de la population" (Rapport CONEVAL 2018). La situation de pauvreté des indigènes qui prévaut au Mexique est alarmante. Les pourcentages figurant dans les deux graphiques CONEVAL ci-joints de 2018 à 2020 devraient susciter une inquiétude nationale.

En 2020, la population autochtone en situation d'extrême pauvreté atteindra 76,8 %, tandis qu'elle sera de 41,5 % en situation de pauvreté modérée. La situation de pauvreté des femmes indigènes est beaucoup plus critique, atteignant 83,5 % en 2020 et 39,2 % en situation de pauvreté modérée (Mesure de la pauvreté CONEVAL, 2020).

Comme c'est le cas dans presque toutes les régions autochtones du pays, la pauvreté est plus profonde chez les femmes, les personnes âgées et les enfants autochtones. Une pauvreté croissante et des inégalités abyssales caractérisent la situation actuelle des peuples indigènes du Mexique.

Le plus grand défi reste le sud-est du pays, où se trouvent les États où le pourcentage de la population vivant dans la pauvreté est le plus élevé : Chiapas (77%), Guerrero (68%) et Oaxaca (61,8%), avec les pourcentages les plus élevés de pauvreté nationale. La "triade" des États les plus pauvres du pays n'exclut pas d'autres entités dont les régions indigènes sont extrêmement appauvries. Il s'agit notamment de la tribu Yaqui du Sonora, des Raramuris de Chihuahua et des Nahua de Hidalgo et Veracruz.    

Les considérations suivantes ressortent de la proposition du PEF/22 :

Premièrement : le PEF annuel, en plus de représenter les priorités financières du pays, reflète le degré de priorité accordé par le gouvernement fédéral à la politique publique des peuples autochtones.

Deuxièmement : le PEF le plus élevé alloué au CDI correspond à 2015, pour douze milliards de pesos. De 2015 à 2020, le budget du CDI/INPI a connu une régression spectaculaire, avec des coupes budgétaires de 50 et jusqu'à 60 %.

Troisièmement, le Congrès de l'Union a le pouvoir constitutionnel de procéder aux réaffectations budgétaires nécessaires pour rendre la répartition des ressources financières du pays plus juste et plus équitable. 

Quatrièmement : à ce jour, les peuples autochtones n'ont pas bénéficié du budget transversal consacré aux autochtones. La Chambre des députés n'a pas encore été en mesure d'établir les mécanismes nécessaires pour mettre ce budget à la disposition des peuples indigènes et afro-descendants. Depuis sa création, il n'existe aucun mécanisme d'évaluation ou d'audit de la mise en œuvre du budget transversal.

Cinquièmement, bien que l'exposé des motifs du PEF/22 envisage la participation des peuples autochtones à l'application du budget autochtone transversal, ils sont à ce jour exclus de la prise de décision. La population d'origine africaine est la plus touchée par l'exclusion.  

Le paiement de la dette historique envers les peuples indigènes et afro-mexicains implique une répartition équitable des ressources financières du pays. Depuis mars 2020, il n'y a pas une seule région indigène du Mexique qui n'ait pas été touchée par le "Covid-19" et ses variants. 2022 exige une conception du budget qui se concentre sur le grave problème de la post-pandémie et sur les mécanismes de soutien qui doivent être mis en place pour renforcer l'économie et le développement des peuples autochtones. Le Mexique exige une proposition de budget qui n'abandonne pas ses peuples autochtones dans cette urgence nationale. Nous espérons un PEF/2022 qui encourage l'optimisme avec des chiffres encourageants et non des chiffres régressifs qui coulent l'espoir de nos peuples.

 

---
* Marcos Matías Alonso a été membre de l'Instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones et est actuellement chercheur principal au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS) à Mexico).

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 12/09/2021

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article