Femmes aux veines encore emplies de l’âme guerrière de l’ancestralité

Publié le 11 Septembre 2021

 

Femmes aux veines encore emplies de l’âme guerrière de l’ancestralité

Femmes aux cris, aux danses, aux chants, aux joies

emplissant jusqu’à le briser l’air de Brasilia

Femmes aux exigences, aux revendications, aux soutiens, aux courages, aux fiertés, aux forces vives

Femmes autochtones, filles de ce Brésil ancestral

Filles de la terre-mère, habitantes premières

Femmes enfantant tant et tant, plus de filles, plus d’enfants

fruits forts et braves, bravant les haines, bravant

le temps, bravant les interdits, brisant : barrières, exclusions, discriminations

Femmes bravant les furies, bravant les pandémies, bravant les

fascismes, bravant les accaparements de terre (grileiro no), bravant les minières, les

barrages, les multiples affronts, les pollutions

Femmes aux volontés émancipatrices au village, dans la ville, dans le pays

Femmes à vouloir égaliser tous les fronts

 

Femmes aux veines encore emplies de la sève puissante de la selva,

du message tellurique, des fleuves-pères face aux cris que l’on entend dominant les canopées (animaux eux-aussi acculés tout comme les hommes par le mépris ; par la corruption)

Femmes gardiennes des savoirs, des connaissances, des lois, de la sagesse, des coutumes, des savoir-faire

Femmes intuitives, rebelles, lumineuses, écoutées : entendues !!

Femmes unies, faisant fi des anciens conflits face à des ennemis communs

Femmes aux puissantes tribus jamais acculées après plus de 500 ans de colonisation

Femmes à la résilience si puissante

 

Femmes aux utérus emplis d’une lumière de lutte

Aux seins donneurs de lait de leçons

Aux mains à la douceur volontaire et précise

Aux tendresses fleurissant pour réveiller le monde.

 

Aux femmes autochtones du Brésil en lutte (IIe marche des femmes septembre 2021)

 

Carole Radureau (11/09/2021)

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #Peuples originaires, #Brésil

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article