Marie Koré : marche pour la liberté et l’indépendance en Côte d’Ivoire

Publié le 4 Août 2021

La tête de file anticoloniale Marie Koré a uni les femmes dans la lutte pour la libération des prisonniers politiques dans les années 1940.

Par Capire

En décembre 1949, un moment important de la résistance des femmes a lieu en Côte d’Ivoire : la marche des femmes vers Grand-Bassam en Côte d’Ivoire. La longue marche est partie d’Abidjan jusqu’à la ville de Grand-Bassam, ancienne capitale de la Côte d’Ivoire durant l’époque coloniale entre 1893 et 1900, où se trouvaient les principaux tribunaux du pays ainsi que l’une de ses prisons les plus connues. L’action voulait dénoncer l’arrestation sans procès des dirigeants politiques du Rassemblement Démocratique Africain [RDA], fédération des partis politiques africains anticoloniaux.

Le 22 décembre, les femmes quittent Abidijan à pied, pour un trajet de 40 km vers Grand-Bassan, organisées en petits groupes pour échapper à la surveillance de l’administration coloniale française. Le 24 décembre, alors qu’elles étaient déjà proches de leur destination finale, les femmes ont été stoppées, attaquées au gaz lacrymogène et battues par des soldats français.

« Mes sœurs bété, Bao ulé, dioula, et partout, n’ayez pas peur ! Ce n’est pas parce qu’on nous envoie un jet d’eau avec du sable que nous devons nous décourager car une personne qui veut aller au secours de son époux, de son frère, de son fils ne doit pas reculer devant si peu de chose. », avait dit Marie Koré, selon une enquête de Henriette Diabaté, autrice de La marche des femmes sur Grand-Bassam.

la suite

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article