Chili : Déclaration publique : "Nous ne pouvons pas laisser nos moyens de subsistance entre les mains de ceux qui ne pensent qu'à l'argent"

Publié le 28 Août 2021

24/08/2021
 

Déclaration publique

Pu Lof Ina Lafken ka Ruka Pillan mapu mew. Pu Lof des secteurs entourant le lac Calafquén, le lac Pellaifa, le lac Pullinque et le volcan Villarrica.

Lof Witag, Pukem antü, 22 août 2021.

KIÑE. Nous nous sommes réunis aujourd'hui, à partir d'une série de Trawun déjà tenus dans les pu lof Kona Rupu, Pucura et Lluncura, formant ainsi une articulation entre tous les pu lof de l'ina lafquen. Avec nos autorités ancestrales et en tant qu'héritiers de ce territoire, sous la même cosmovision, avec leurs propres diversités internes et, en tant que personnes qui aiment et respectent toutes les formes de vie, qui défendent tout type d'intervention extractiviste au nom du progrès, dans ce lieu où nous cohabitons depuis des temps immémoriaux, pour nos ancêtres, qui vivent encore en nous et vivront dans les enfants de nos petits-enfants.

EPU. Nous nous sommes réunis avec l'objectif principal de communiquer et de résoudre les problèmes qui affectent la vie de notre Lafken, et du Kume Mongen du territoire, tels que les projets immobiliers, les fronts de mer, les jetées, et l'utilisation de bateaux à moteur à combustion, entre autres, afin de mener des actions qui nous permettent de continuer à maintenir l'itrofilmogen ou la biodiversité du territoire. Nous ne voulons pas voir la même dévastation que celle qui a frappé Mallolafquen, le lac Villarrica, où la vie de nos Ngen a déjà été endommagée.

KÜLA. Les Pu Kalulko, masses d'eau, du bassin hydrographique sont nos plus importantes sources de vie, qui permettent notre coexistence ; les Lafken ou lacs, les Leufu ou rivières, les Trayenko ou sources, les Llosko ou zones humides, les Tranglin kurra ou glaciers et tous les lieux d'eau doivent être respectés et protégés par tous, d'autant plus à une époque où la crise climatique mondiale a accru la rareté de l'eau et d'autres phénomènes climatologiques et écologiques, mettant en péril l'agriculture, l'économie et la société.

MELI. Nous ne pouvons pas laisser nos sources de vie entre les mains de ceux qui ne sont intéressés que par l'argent, c'est pourquoi nous avons décidé cela :

1) Nous ne permettrons pas la construction du front de mer et de la jetée à Kona Rupu (Coñaripe), où nous avons commencé à générer cette articulation avec tous les pu lof entourant le Lafquen.

2) Nous continuerons avec la fermeté et la conviction de ne pas permettre ce type de projet en raison des dommages collatéraux qui nous affectent tous et nous continuerons à nous réunir et à nous coordonner en tant que Mapunche à l'échelle du bassin,

3) Respecter les conseils et les décisions de nos autorités ancestrales et des habitants des Trawün,

4) Appeler davantage de Mapunche et de personnes en général à se joindre et à s'éduquer sur la défense de nos territoires,

5) Que nous ne permettrons plus de projets extractivistes destructeurs et tout ce qui pourrait mettre en danger l'intégrité de ce futa mapu, territoire.

AMULEPE TAIÑ MAPUNCHE KIMUN !

LIFTUPE TAIÑ LAFKEN !

LOF TRAITRAICO LOF TRALAHUAPI

LOF PUCURA LOF TRALCAPULLI

LOF CHALLUPEN LOF LLONGAHUE

LOF ZIWILWE LOF PILINHUE - HUENINCA

LOF TRAPUR LOF KONA RUPU

LOF HUITAG LOF CULAN

traduction carolita d'un communiqué paru sur Mapuexpress le 24/08/2021

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Chili, #Peuples originaires, #pilleurs et pollueurs, #Mapuche

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article