Pérou : La population des zones minières ont rejeté le canon de Keiko par leur vote

Publié le 8 Juin 2021

Image de référence : La República

La candidate de la Fuerza Popular n'a pas obtenu le soutien des zones minières, malgré sa promesse de distribuer l'argent du canon minier aux familles.

La promesse de Keiko Fujimori de distribuer l'argent du canon minier directement aux familles n'a pas reçu un grand soutien dans les régions où il y a une activité minière.

C'est ce que démontrent les résultats électoraux dans les provinces où se trouvent d'importants projets miniers, comme Chumbivilcas et Espinar (Cusco) ou Cotabambas (Apurímac), où Perú Libre a gagné avec plus de 90% des voix.

La candidate de Fuerza Popular a obtenu 3,54% à Chumbivilcas, 7,79% à Espinar et 8,84% à Cotabambas, avec 100% des votes traités. Vous trouverez plus de détails dans cet article préparé par CooperAcción.
 

Les résultats dans les régions minières : la population ne veut pas "plus d'argent", elle veut une relation différente avec l'industrie minière.

CooperAcción, 7 juin 2021 - Le second tour des élections présidentielles étant terminé, et les votes étant toujours en cours de dépouillement dans un contexte d'égalité statistique très serrée, il est difficile de déterminer le vainqueur, bien que les projections penchent vers une courte avance pour le candidat de Perú Libre, Pedro Castillo. En attendant, certaines leçons peuvent être tirées avec clarté et force. L'une d'entre elles est que la promesse de la candidate Keiko Fujimori de distribuer l'argent du canon minier directement aux familles n'a pas reçu un grand soutien dans les régions où il y a une activité minière.

Les résultats dans les provinces avec d'importants projets extractifs sont très clairs : dans toutes ces provinces, la candidate de Fuerza popular perd avec une très large marge, tandis que le candidat de Perú Libre obtient une victoire confortable. Par exemple, à Chumbivilcas (Cusco), où se trouve le projet Constancia de la compagnie minière Hudbay, Castillo a gagné avec plus de 96% des voix ; à Cotabambas (Apurímac), où se trouve le projet de cuivre du capital chinois MMG Las Bambas, plus de 91% de l'électorat a voté pour la proposition du candidat de gauche ; À Espinar (Cusco), où se trouve le projet Antapaccay de la société transnationale Glencore, basée en Suisse, il a obtenu plus de 92% ; et à Huari (Ancash), où se trouve Antamina, propriété de BHP Billiton et Glencore, il a obtenu plus de 80%.

Région Province Fuerza Popular Perú Libre % comptabilisés Projet Etat
Cusco Chumbivilcas 3.54% 96.46% 100.00% Constacia En cours
Cusco Espinar 7.79% 92.21% 100.00% Glencore Antapaccay / Tintaya En cours
Apurímac Cotabambas 8.84% 91.17% 100.00% Las Bambas En cours
Áncash Huari 19.76% 80.24% 99.5% Antamina En cours
Junín Yauli 32.53% 67.47% 98.13% Morococha En cours
Cajamarca Cajamarca 40.99% 59.01% 99.26% Yanacocha En cours
Cajamarca Celendín 19.42% 80.58% 97.5% Conga Projet
Arequipa Arequipa 37.01% 62.99% 99.02% Cerro Verde En cours
Arequipa Islay 28.85% 71.14% 99.37% Tía María Projet
Piura Huancabamba 31.23% 68.77% 72.87% Río Blanco Projet
Piura Ayabaca 29.87% 70.13% 55.75% Río Blanco Projet

On se souvient que la candidate de droite avait présenté une proposition appelée "canon pour le peuple", qui consistait à affecter 40% de l'argent du canon minier à un paiement direct aux familles dans les zones d'influence de l'activité extractive. Cette proposition a suscité une grande controverse, et CooperAcción a déjà remis en question sa viabilité (https://www.facebook.com/CooperAccionPeru/posts/4082583031831301).

Le "canon pour le peuple" a fait l'objet d'une campagne intense dans les dernières semaines de l'élection, et un site web a même été publié pour permettre aux citoyens de calculer l'argent qu'ils recevraient (https://larepublica.pe/elecciones/2021/05/31/piden-investigar-pagina-que-ofrece-dinero-de-canon-minero-e-induce-al-voto-pltc/), ce qui a été remis en question par beaucoup comme une forme d'"achat" anticipé de votes. Il faut rappeler qu'un précédent d'une proposition similaire a eu lieu à Ancash avec l'ancien gouverneur régional Waldo Rios, qui a offert de livrer 500 soles du canon à chaque citoyen, ce qui a été considéré par le bureau du procureur comme un crime électoral pour " incitation au vote ".

Mais au-delà des questions juridiques, ce que montrent les résultats des élections, c'est que la proposition de verser directement l'argent, avec laquelle la candidate cherchait probablement à obtenir des voix dans les zones minières, a été massivement rejetée par la population. Cela démonte un mythe qui est toujours utilisé face aux conflits miniers : les gens protestent parce qu'ils veulent "plus d'argent", parce qu'ils veulent des avantages économiques plus directs. Ces résultats indiquent le contraire : les citoyens des territoires où il y a des activités extractives ne veulent pas " d'argent ", ce qu'ils veulent c'est une relation différente avec les compagnies minières.

Ce désir de changement s'exprime dans le vote en faveur de M. Castillo, qui, au lieu de distribuer l'argent déjà versé par les entreprises, a proposé de redéfinir les règles du jeu afin que l'industrie minière puisse contribuer davantage et mieux au pays. À cette fin, des réformes fiscales sont proposées, ainsi qu'une présence et une capacité réglementaire accrues de la part de l'État.

Cette relation doit se traduire par le développement local et des services publics de qualité dans des domaines tels que l'éducation et la santé, et pas seulement par de l'"argent" ou des "travaux" d'infrastructure qui n'améliorent pas toujours la qualité de vie de la population.

Il convient également de noter le vote dans les zones où se trouvent des projets miniers qui ont été rejetés lors de manifestations massives les années précédentes et qui sont actuellement suspendus ou paralysés. C'est le cas de Tia Maria, à Arequipa, de Conga, à Cajamarca, et de Rio Blanco, à Piura. Dans ces cas, comme on peut le constater, le vote a également été majoritairement en faveur de Castillo, qui a déclaré pendant la campagne que ces projets étaient "irréalisables" et ne seraient pas exécutés sous son gouvernement. Ainsi, les résultats des élections confirment une fois de plus la volonté majoritaire des citoyens de ces territoires de soutenir un modèle de développement qui ne dépend pas de l'activité minière.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 07/06/2021

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article