Paraguay : le peuple Ayoreo est traqué par les envahisseurs brésiliens

Publié le 6 Mai 2021

Servindi, 4 mai 2021 - Le peuple indigène Ayoreo dénonce que depuis 2020 le cerro Siete Cabezas, situé dans l'Alto Paraguay, est traqué par des envahisseurs et des entreprises qui cherchent à s'approprier illégalement ce territoire.

Cette situation se produit en dépit du fait que le territoire indigène -également connu sous le nom de Cucaani- dispose de mesures de précaution qui garantissent son patrimoine culturel et environnemental.

Le 3 avril dernier, les Ayoreo ont constaté que les citoyens brésiliens sont les principaux envahisseurs de leurs territoires. Bien qu'ils aient dénoncé ce fait, le commissariat de police et le bureau du procureur du secteur n'ont pas encore accordé de mesures de protection.  

La vague d'invasion et de déforestation à laquelle Cucaani doit faire face met en péril le mode de vie des Ayoreo, qui vivent dans ce territoire riche en environnement depuis les années 1960.

Découvrez l'histoire de la résistance et de la résilience du peuple Ayoreo dans l'article suivant de Iniciativa Amotocodie.


Le territoire du peuple Ayoreo subit la plus grande déforestation du monde.

Iniciativa Amotocodie, 4 mai 2021 - De 2020 à aujourd'hui, le cerro Siete Cabezas, situé à Puerto María Auxiliadora à Carmelo Peralta, Alto Paraguay - connue par les Ayoreo de la région sous le nom de Cucaani - a été menacé par des entreprises cherchant à s'approprier illégalement ce territoire indigène. 

"Nous nous soucions de préserver notre cerro, il ne faut pas qu'il devienne une route sur laquelle tout le monde peut aller. Nous tenons à ce que la vie soit respectée. Nous tenons à ce que les lois soient respectées. Nous tenons à ce que la souveraineté soit respectée. Nous tenons à ce que le Paraguay et son peuple soient respectés", tels sont les mots du leader Juan de la Cruz Ajaojai Dosapei, de la communauté Ayoreo Guidai Ichai de Puerto María Auxiliadora, qui dénonce l'invasion de brésiliens sur son territoire. 

D'autre part, Enrique Pebi, leader de la communauté Ayoreo Tiogai de Puerto María Auxiliadora, explique que Cucaani est un territoire sacré pour les communautés Ayoreo de la région et que c'est également là que les gens se procurent de la nourriture et des médicaments. 

Pendant que nous travaillons, nous prenons également soin de nous. On fait le tour pour voir si tout est calme, mais ça ne l'est pas. C'est de plus en plus avancé. C'est pourquoi je dis que ce brésilien semble être aux commandes ici. Il ne respecte pas le juge, il ne respecte pas les Ayoreo, il ne se soucie pas du Paraguay, il ne respecte pas l'environnement", dit Pebi. 

Les communautés ayoreo de Puerto María Auxiliadora dénoncent depuis 2020 les invasions et l'exploitation forestière illégale sur leur territoire. Cette année-là, ils ont déposé des plaintes auprès de la police et du bureau du procureur, mais ils n'ont reçu aucune réponse. L'exploitation forestière et l'empiètement sans discernement se poursuivent à ce jour. 

Le 3 avril 2021, Juan de la Cruz Ajaojai Dosape, Enrique Pebi et Carlos Ducubide Picaneai, de la communauté Isla Alta, ont vérifié l'entrée d'étrangers à Cucaani. Il convient de noter que le site dispose de mesures de précaution pour éviter la destruction de son patrimoine historique et culturel.

Importance de la colline Siete Cabezas pour le peuple Ayoreo de Puerto María Auxiliadora

Cucaani est un lieu d'une grande richesse environnementale, unique au Paraguay, qui réunit marais, rivière et selva.  Les Ayoreo s'y sont installés depuis les années 1960, après une recherche intense de sources d'eau en raison de la sécheresse de l'époque.

Dans le cerro de Siete Cabezas, ils ont trouvé une précieuse source de nourriture, une faune abondante, des plantes médicinales et aussi un refuge contre les inondations.

À Cucaani, ils pratiquent encore les rituels ancestraux, la chasse et la cueillette traditionnelles. Les adultes Ayoreo actuels se souviennent qu'ils y jouaient lorsqu'ils étaient enfants, et soulignent que leurs ancêtres sont enterrés dans ce territoire. 

Cependant, l'invasion du territoire par les cojñone (blancs en Ayoreo) met en danger la vie quotidienne de la communauté de Puerto María Auxiliadora de différentes manières. 

Le Chaco paraguayen est aujourd'hui victime de la déforestation la plus accélérée au monde, avec 800 hectares de forêt déboisés par jour. D'ici 2020, la perte de forêts s'élèvera à près de 40 % et, dans dix ans, on estime que le Chaco paraguayen perdra environ 70 % de ses forêts.

La plupart de ces transformations sont destinées à l'élevage de bétail, à la culture du soja, au trafic de drogue, à la narco-production, mais aussi à des travaux d'infrastructure et de logistique. 

Composition : Initiative Amotocodie

Le peuple Ayoreo se soulève pour défendre juridiquement son territoire

Face à ces invasions et à la déforestation croissante, la communauté Ayoreo a décidé de répondre par des actions visant à protéger ses terres, sa culture et son mode de vie. En premier lieu, ils ont effectué plusieurs voyages pour faire des dénonciations, par exemple, Puerto Casado, Fuerte Olimpo, entre autres. Ils effectuent également une surveillance constante pour vérifier et documenter l'empiètement sur leur territoire. 

En décembre 2020, les communautés ayoreo de Puerto María Auxiliadora ont déposé un appel à la protection juridique et une demande de mesure conservatoire urgente. À cet égard, Iniciativa Amotocodie accompagne les dirigeants ayoreo des communautés touchées afin de défendre leurs intérêts, tant au civil qu'au pénal.

Mawes S.A. et Agroganadera León Chaqueño S.A.C.I. (Sociedad Anónima Comercial e Industrial) sont les noms des sociétés sous lesquelles des personnes ont commis des délits environnementaux dans le but de s'approprier illégalement Cucaani. L'entreprise León Chaqueño n'a aucun titre de propriété et prétend faussement qu'elle a loué le terrain à Mawes et qu'elle demande à pouvoir "nettoyer la zone", c'est-à-dire la déboiser. 

Cependant, le 24 mars 2021, avec le peuple Ayoreo, nous avons réalisé une percée. L'Accord et la Sentence 01 dictés par le Tribunal Multifueros de Fuerte Olimpo ont accordé l'amparo qui protège Cucaani. Pour l'instant, le territoire est protégé grâce à cette résolution judiciaire.

traduction  carolita d'un article paru sur Servindi le 03/05/2021

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article