Colombie : Le peuple Kankuamo se déclare en Minga pour soutenir la grève nationale et défendre la vie, le territoire, l'autonomie et la paix

Publié le 9 Mai 2021


 par Willander Pushaina dans Communiqués régionaux 07 mai 2021

- Positionnement politique des autorités du peuple autochtone Kankuamo.

Le Peuple Indigène Kankuamo, face à la crise sociale, humanitaire, politique, territoriale, environnementale et économique que subit le Peuple Colombien et spécialement les Peuples Indigènes du pays, se déclare en Minga pour soutenir la Grève Nationale et défendre la vie, le territoire, l'autonomie et la paix. Les raisons qui nous motivent sont nombreuses, parmi lesquelles nous soulignons :

- Le risque de disparition physique et/ou culturelle qui pèse sur les peuples indigènes, en raison des effets du modèle de développement, des politiques gouvernementales défavorables, de la pandémie et du conflit armé, en soulignant la mort des autorités et des leaders indigènes, sociaux, des droits de l'homme et environnementaux.

- La persistance d'une série de risques et de menaces pour le droit fondamental au territoire, parmi lesquels : 1). L'exploitation minière et les mégaprojets, tels que le barrage de Los Besotes. 2). La violation du droit fondamental à la consultation préalable avec la réglementation abusive promue par le gouvernement national ; iii). l'assaut judiciaire contre le décret 1500 de 2018. 4). La profanation d'espaces sacrés de la Línea Negra, en soulignant celle du cerro Minakalwa (Hurtado).

- Le mépris du gouvernement national pour l'autonomie et l'autogestion des peuples indigènes, en particulier les figures de représentation et de dialogue, favorisant les fractures et les divisions internes dans les processus d'autonomie des peuples.

- Le peu de progrès dans la mise en œuvre de l'accord de paix, notamment le chapitre ethnique, le programme de garanties nationales, les plans de sauvegarde, le chapitre indigène du PND 2018-2022, entre autres.

- Le peu ou l'absence d'investissement social réalisé par les gouvernements nationaux et territoriaux pour s'occuper de la population Kankuama.

Compte tenu de ce qui précède, nous tenons à déclarer ce qui suit :

A. Nous partageons les justes revendications qui ont donné lieu à la Grève Nationale et rejetons les politiques gouvernementales désastreuses qui frappent les secteurs populaires du pays, notamment les réformes fiscales et de la santé, entre autres.

B. Nous exprimons notre soutien aux personnes mobilisées et condamnons la violence, l'abus d'autorité et les accusations infondées portées contre elles par des agents étatiques et non étatiques. Nous adressons un message de solidarité aux victimes, qu'elles soient mortes, blessées ou disparues, et à leurs familles.

C. Nous exigeons que le gouvernement national respecte le droit légitime à la protestation sociale et mette fin à sa réponse criminelle. De même, nous demandons instamment aux organisations nationales et internationales de défense des droits de l'homme de jouer un rôle plus actif pour arrêter et condamner les abus commis à l'encontre des personnes mobilisées.

D. Nous exigeons la mise en œuvre effective du décret 1500 de 2018, de l'Accord de paix, en particulier du chapitre ethnique, des Auto 004 de 2009 et 266 de 2017, du chapitre indigène du Plan national et du Plan de développement territorial, et d'autres dispositions pour la jouissance effective des droits et du bien-vivre des peuples autochtones.

E. Nous demandons aux gouvernements nationaux et territoriaux d'établir de toute urgence des canaux institutionnels sérieux de dialogue et de consultation permettant l'adoption de mesures répondant aux demandes du peuple colombien et des peuples ethniques du pays.

traduction carolita d'un communiqué paru sur le site de l'ONIC le 7 mai 2021

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article