Canada : Le voyage au bout de soi de Daphné-Anne Olepika

Publié le 7 Mai 2021

Que faut-il pour être Inuk? Adoptée à la naissance, puis élevée au Sud, Daphné-Anne Olepika s’interroge depuis son jeune âge sur ses origines inuit. Pour s’approprier une culture qui lui échappe autant qu'elle la fascine, elle se lance sur les 3500 km vers Grise Fiord qui la mèneront jusqu’aux siens.

Le soleil a balayé le ciel de son dernier rayon il y a plusieurs heures déjà. Il est 18 h et le vent siffle sous les pilotis des maisons, perçant le silence le plus absolu. Le temps semble être suspendu. La vie, ralentie. Pourtant, un halo de lumière brille à l’extrémité du village de Grise Fiord, au Nunavut. À travers ses fenêtres déjà bien givrées pour un 18 octobre, la maison de la famille Kiguktak déborde de vie.

Trois générations y sont réunies pour la première fois depuis un long moment. Cette réunion familiale a l’allure d’un plan-séquence improvisé sur le vif. Oncles, tantes, cousins, enfants… Les convives, fébriles, savent que ce moment unique restera cristallisé dans le temps. Qu’il sera leur point de référence.

Une odeur de nourriture traverse la cuisine. Un mijoté de phoque est posé sur la gazinière, tandis qu’un plat d’omble de l’Arctique vient de sortir du four. Mamaqtuq!, lancent plusieurs personnes à l’unisson. C’est signe que le repas fait l’unanimité.

la suite

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Canada, #Peuples originaires, #Nunavut, #Inuit

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article