Argentine : La France doit restituer les restes du Tehuelche Liempichún Sakamata

Publié le 6 Mai 2021

 

image

Le squelette de Liempichún Sakamata s'est retrouvé dans une exposition à Paris après que le comte Henry de la Vaulx a profané sa tombe en 1896 et l'a emporté avec ses objets funéraires. Il sera maintenant rendu à ses descendants.

La France a accepté de restituer à ses descendants les restes du Tehuelche Liempichún Sakamata qui constituent "la collection" du Musée de l'Homme à Paris, après qu'un comte français a profané sa tombe à la fin du XIXe siècle et où il a été exposé jusqu'en 2009.

Le squelette du Tehuelche a atterri au musée de Paris après que le comte Henry de la Vaulx eut profané sa tombe en 1896 et emporté en France le squelette et son trousseau funéraire composé d'un étrier, de boucles d'oreilles et de pièces de monnaie - tous en argent -, entre autres objets appartenant au fils du cacique Liempichúm, que de la Vaulx connaissait personnellement.

Lors de ce voyage de la Vaulx à travers le sud de l'Argentine, du 1er mars 1896 au 24 juillet 1897, il a emporté environ 1 400 objets, dont des minéraux, des métaux, des céramiques, des insectes, des squelettes de mammifères et une importante "collection" de restes humains provenant des communautés indigènes de la région. Le comte a envoyé les restes humains et les objets en France dans 29 caisses pesant au total 1 371 kilos.

L'anthropologue de l'Institut national des affaires indigènes (INAI), Fernando Miguel Pepe, qui accompagne depuis 2015 la revendication de la communauté tehuelche Liempichún Sakamata, de Paraje Payagniyeo, a exprimé à Télam que "nous avons fait un pas très important dans la réparation historique de nos communautés."

"Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères de France nous a confirmé que la dépouille sera restituée en vertu d'une loi, mais en attendant que cette loi soit promulguée, la dépouille de Sakamata peut désormais se rendre en Argentine pour attendre la fin du processus bureaucratique dans notre pays", a confirmé Pepe à cette agence.

L'expert a souligné que l'acceptation par l'État français de restituer Sakamata "intervient après que le vice-ministre argentin des affaires étrangères, Pablo Tettamanti, lors de la XIe réunion de consultations politiques entre l'Argentine et la France, ait demandé à la France de prendre les mesures juridiques nécessaires pour parvenir à la restitution des restes du cacique Sakamata-Liempichún".

"Nous avons le soutien total de la présidente de l'INAI, Magdalena Odarda, mais cette victoire est principalement due à la force des communautés autochtones, qui n'ont jamais abandonné, comprenant qu'il s'agit d'un droit humain universel de pouvoir enterrer leurs ancêtres comme le veut leur vision du monde", a fait remarquer Pepe.

Cette restitution, a un précédent important qui a eu lieu en juillet 2020 lorsque la France a rendu à l'Algérie 24 crânes d'Algériens, tués lors de la bataille qu'ils ont livrée contre le général français Émile Herbillon en 1849.

Pepe a déclaré que "nous sommes en train de finaliser les détails de la livraison avec l'espoir que cette année Liempichúm revienne enfin sur son territoire d'où il n'aurait jamais dû partir".

Par TELAM

https://www.telam.com.ar/notas/202105/552890-francia-argentina-restos-tehuelche-museo.html

traduction carolita d'un article paru sur Elorejiverde le 05/05/2021

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article