Pérou : Le Minsa désactive le système des promoteurs de santé communautaires

Publié le 11 Février 2021

Le comando COVID-19 indigène de Loreto a dénoncé l'abandon du ministère de la santé au profit de programmes qui contribuaient à prévenir les maladies dans les zones rurales de la région.

Servindi, 10 février 2021 - En pleine crise sanitaire causée par le coronavirus qui frappe durement le Loreto, le ministère de la Santé (Minsa) a démantelé le système des promoteurs de santé communautaire dans cette région.

Cela a été dénoncé par le comando indigène COVID-19 du Loreto, qui a souligné que ce système était de la plus haute importance car il a contribué à la prévention des maladies dans les zones rurales pendant de nombreuses années.

Ils ont également rapporté que les opérations des brigades mobiles du Plan de santé amazonien ont été suspendues depuis décembre 2020, malgré la demande de la communauté indigène et du bureau du médiateur pour en assurer la continuité.

Extrême vulnérabilité

L'abandon de ces programmes de santé laisse les communautés du Loreto dans une extrême vulnérabilité, malgré le fait que deux de ses provinces aient été placées en état d'alerte extrême en raison de l'augmentation des contagions.

"Les communautés rurales et les indigènes du Loreto sont étouffés. Cette fois, pas seulement à cause de la négligence chronique, mais à cause du virus", a déclaré le comando indigène COVID-19 du Loreto dans son communiqué.

Selon eux, en janvier, ils ont envoyé une lettre au ministère de la santé, mais n'ont pas obtenu de réponse à leurs demandes.


Demandes urgentes

Face à cela, ils exigent maintenant que la déclaration d'alerte extrême dans le Loreto soit accompagnée d'un plan commun pour améliorer la santé des peuples indigènes face au COVID-19.

Dans cette optique, ils ont exigé le renouvellement du plan de santé amazonien, des mesures d'endiguement et la mise en place du réseau de promoteurs dans les zones indigènes et rurales.

Ils ont également demandé la présence de la ministre de la santé, Pilar Mazzetti à Iquitos, pour une réunion en face à face.

"Les indigènes sont très vulnérables à la pandémie (...) et il est du devoir de l'État de protéger en priorité nos vies et nos cultures", ont-ils déclaré.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 10/02/2021

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Pérou, #Peuples originaires, #Santé, #Coronavirus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article