Colombie : Risque imminent pour la vie des communautés Nasa touchées par les combats à Toribío et Caloto, Cauca

Publié le 16 Février 2021

par Willander Pushaina dans Highlights 12 février 2021

L'Organisation nationale indigène de Colombie dénonce publiquement la situation alarmante de risque imminent dans laquelle se trouvent les communautés indigènes du peuple Nasa appartenant au Resguardo Tacueyó , en raison des affrontements entre acteurs armés qui se déroulent depuis le 10 février dans le village d'El Damián, municipalité de Toribio. De même, selon les informations reçues par l'ONIC, des affrontements et des survols avec des tirs de fusils ont également eu lieu hier dans la zone d'El Manzano de la même municipalité.

À cet égard, le Cxhab Wala Kiwe - ACIN, le Tissage pour la Défense de la Vie et des Droits de l'Homme, rapporte que mercredi dernier "dans l'après-midi, alors que les affrontements entre la Colonne Mobile Dagoberto Ramos et l'Armée se poursuivaient, une explosion d'un engin a été enregistrée dans le patio d'une maison du village de El Damián, faisant sept blessés graves : Ladis Ipia, Yeni Ipia, Dario Pavi, Juan Ipia (mineur), José Díaz, Carlos Imbachí et deux autres blessés non encore identifiés ; l'un d'eux est également mineur. Deux des blessés sont gravement atteints, avec des blessures à la poitrine et au crâne.

Les blessés ont été emmenés à l'hôpital de Toribio. Ils doivent être évacués en raison de la gravité de leurs blessures. Cette situation constitue une violation très grave du droit international humanitaire. Les combats doivent cesser immédiatement".

Depuis l'Organisation nationale indigène de Colombie, nous dénonçons et tenons l'État, dirigé par le gouvernement national, pour responsable des événements et des violations des droits de l'homme subis par les communautés du Resguardo Tacueyó du peuple Nasa, à la suite de ces événements qui se sont produits à proximité du territoire indigène, laissant au milieu de celui-ci une population bénéficiant d'une protection spéciale, ce qui constitue une grave violation du droit international humanitaire. Comme dans les périodes les plus sanglantes du conflit armé, ces événements sont devenus récurrents dans le département du Cauca et dans d'autres départements comme celui d'Antioquia, dont la situation au Bajo Cauca est la preuve d'une attaque et d'une violation systématique des Peuples ethniques.

NOUS DEMANDONS au gouvernement national et aux institutions responsables d'activer immédiatement une voie prioritaire d'attention et de protection pour faire face à la situation de vulnérabilité des communautés et des personnes touchées.

De même, nous EXHORTONS et DEMANDONS à toutes les entités et organisations liées à la défense et à la protection des droits des peuples autochtones et des droits de l'homme nationaux et internationaux, de rendre visible la situation de violation des droits qui se produit en permanence dans les territoires autochtones, par des actions de dénonciation publique, de surveillance et de contrôle.

ORGANISATION NATIONALE INDIGÈNE DE COLOMBIE - ONIC

traduction carolita d'un communiqué paru sur le site de l'ONIC le 12/02/2021
 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Agressions, #Nasa paez

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article