Chili : Les communautés Mapuche de Panguipulli entament une récupération territoriale pour stopper l'avancée immobilière

Publié le 6 Février 2021


28/01/2021
 

Depuis 7 heures du matin du jeudi 28 janvier 2021, les communautés mapuche Lof Dionisio Manquel Chepo et Küpal Calfío, situées dans la commune de Panguipulli, région de Los Ríos, ont entamé un processus de récupération territoriale contre le développement immobilier et le lotissement en lots pour les résidences secondaires qui ont généré des impacts et des transgressions culturelles aux espaces d'importance culturelle.

Voici une déclaration faite par la communauté. (avec l'aimable autorisation de elpuelche.cl)

DÉCLARATION PUBLIQUE

En Malchewe a epu mari ailla antü, enero küyen, 2021 txipantu, à nos autorités spirituelles, Pu Machi, pu ngenpin, pu Lonko, pu werken, pu weichafe, kom pu che, au peuple de la nation mapuche qui résiste et lutte contre les abus de l'État, Pu Lof ancestral Mapunche, Dionisio Manquel Chepo et Kupal Kalfio, commune de Panguipulli, secteur Malchewe, Fachiantü communiquons :

Kiñe : Face à la menace d'un projet immobilier dans notre Mapu ancestral, dont le titre de Merced, Dionisio Manquel Chepo de 527 hectares. Nous dénonçons que l'évaluation environnementale est toujours en cours, mais est néanmoins au stade de la pré-vente du lotissement, sur le site https//www.patagonland.cl/proyectos/playa-malchehue situation complètement irrégulière, il convient de mentionner que cette terre est actuellement entre les mains des occupants Zusaeta et Echavarri, qui ont attaqué notre Menoko, des espaces d'importance culturelle, la destruction de la forêt indigène et tous nos Itxofill Mogen.

EPU : Pu lof en résistance, descendants de Dionisio Manquel Chepo, nous avons pris la décision d'entrer aujourd'hui dans le Mapu où se trouve actuellement le projet immobilier, pour exiger ce qui suit :

KÜLA : Nous exigeons la présence immédiate de Rodrigo Zuzaeta et Rodrigo Echavarri pour présenter nos demandes, nous exigeons également la présence d'Oscar Droget directeur régional de la Conaf qui doit expliquer l'autorisation de coupe de la forêt indigène, nous sommes certains que ce ne sont pas 9 arbres coupés comme indiqué dans son rapport ; et Jorge Oltra directeur régional de SAG qui doit donner des explications en ce qui concerne cet organisme, considérant que nous n'avons pas eu de réponse satisfaisante à nos exigences avec les autorités locales, qui ont dit qu'ils n'ont pas les compétences nécessaires à nos demandes présentées.

MELI : Nous déclarons avec insistance que nous ne permettrons plus que des outrages soient commis contre notre Ñuke Mapu, ni par le secteur privé ni par l'État, et que nous entamons dès aujourd'hui un processus de revendication de nos droits ancestraux.

Nous exigeons que l'État chilien respecte la Convention 169 de l'OIT, l'article 7, paragraphes 3 et 4, les articles 13, 14, 15, 16, 17 et 18 dans leur totalité et le Traité de Tapihue du 7 janvier 1825.

LE MAPU N'EST PAS À VENDRE, IL SE DÉFEND !!!!

WEWAIÑ !!!! AMULEPE TAIÑ WEICHAN !!!!!!

LOF DIONISIO MANQUEL CHEPO.

COMMUNAUTÉ KUPAL KALFIO.

traduction carolita d'un communiqué paru sur Mapuexpress le 28/01/2021

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article