Le Chamamé a été déclaré patrimoine culturel mondial 

Publié le 17 Décembre 2020

Ca c'est une bonne nouvelle !!

C'est le troisième bien culturel argentin reconnu par l'Unesco, après le tango et le fileteado porteño

Le Chamamé a été déclaré patrimoine culturel mondial 

Le chamane a été déclaré ce mercredi patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Après un vote tenu à Paris, le style musical et la danse populaire de la province de Corrientes est devenu le troisième bien culturel argentin déclaré patrimoine mondial, après le tango et le fileteado porteño.

Le ministre argentin de l'éducation, Nicolás Trotta, a remercié l'UNESCO de l'avoir ajouté à sa liste, car "cela permettra au monde d'en profiter". "Né dans notre chère province de Corrientes, il peut maintenant être projeté au monde entier pour être apprécié", a-t-il déclaré dans une vidéo.

La déclaration a été suivie en direct du Théâtre Vera, en présence du gouverneur Gustavo Valdés, par des références du chamamé, culturelles et officielles. "De forts applaudissements pour notre chamamé", a déclaré M. Valdés sur la scène. "Au nom du peuple de Corrientes et des chamameceros, merci beaucoup", a-t-il ajouté avec émotion.

"Le chamamé, c'est ce que nous ressentons, ce que nous pensons, ce dont nous rêvons, ce que nous voyons et vivons chaque jour, ce qui est transformé en musique, en chant et en danse. Le fait qu'il soit aujourd'hui reconnu par l'UNESCO fait du chamamé un phénomène mondial", a déclaré le responsable.

"C'est un mélange, un mboyeré, comme on dit ici", a déclaré le directeur de la culture de la province de Corrientes, Gabriel Romero, qui a fait remarquer qu'au cours des dernières décennies, le mboyeré s'est également répandu dans une grande partie de la province de Buenos Aires et des provinces de Patagonie. Il est également cultivé dans d'autres régions comme le Paraguay, le nord-ouest de l'Uruguay, le sud du Brésil et la Patagonie chilienne.

"Certains sont plus pratiquants, d'autres simplement croyants, mais nous sommes tous des adeptes d'une manière ou d'une autre. Le chamamé est quelque chose qui va bien au-delà de la musique et de la danse et qui est lié à notre paysage, notre gastronomie, nos histoires, notre artisanat", a ajouté M. Romero.

À partir de 18 heures, il y aura différentes célébrations dans la ville de Corrientes, avec quatre camions avec des musiciens en direct qui partiront de différents points de la capitale vers plusieurs quartiers des environs. 

La Pilarcita, Gente de Ley, Irundy et Chamamé Kuña feront partie de cette proposition. L'activité musicale se terminera à Costanera Sur. Différents groupes de pèlerins à cheval ont également confirmé leur participation, qui sera dirigée par Alfredo Ellero, gardien de l'image de la Vierge d'Itatí. 

Reconnaissance par l'Unesco

La proposition approuvée ce mercredi à l'organe culturel de l'Organisation des Nations unies est venue de l'État argentin par le biais d'une proposition du gouvernement de Corrientes. 

En 2018, une présentation officielle avait déjà été faite à l'UNESCO pour l'inclure dans la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, mais le comité d'évaluation a estimé que certaines questions techniques faisaient défaut : il n'existait pas de catalogue des biens culturels immatériels dans lequel les chamameceros étaient inscrits au niveau national. Sans un tel registre - qui a finalement été établi - le chamamé ne pouvait pas passer au niveau "universel". 

Le "patrimoine immatériel" ou "patrimoine vivant", explique l'UNESCO à propos de cette catégorie, désigne "les pratiques, expressions, connaissances ou techniques transmises par les communautés de génération en génération".

Ce patrimoine "procure aux communautés un sentiment d'identité et de continuité : il favorise la créativité et le bien-être social, contribue à la gestion de l'environnement naturel et social et génère des revenus économiques", indique l'agence. Elle ajoute : "de nombreuses connaissances traditionnelles ou indigènes sont intégrées, ou peuvent être intégrées, dans les politiques de santé, l'éducation ou la gestion des ressources naturelles.

Au total, 40 candidatures du monde entier ont aspiré à être inscrites sur la liste du patrimoine culturel immatériel - parmi lesquelles le vernis Pasto Mopa-Mopa de Colombie, la boisson paraguayenne "poha ñana", l'orgue de l'est de Cuba et le festival espagnol des chevaux de vin - lors d'une réunion du comité qui, pour la première fois, s'est faite par voie télématique en raison des restrictions imposées par la pandémie de covid-19.

L'objectif de cette reconnaissance est la "conservation de ce patrimoine fragile" : elle vise à "assurer sa viabilité et à optimiser son potentiel de développement durable". Ainsi, l'UNESCO "soutient les États membres en promouvant la coopération internationale pour la sauvegarde, et en établissant des cadres institutionnels et professionnels favorables à la préservation durable de ce patrimoine vivant".

traduction carolita d'un article paru sur Pagina 12 le 16/12/2020

MON ARTICLE sur le chamamé

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article