Les élevages de visons ont un rôle dans la pandémie de Covid-19

Publié le 18 Novembre 2020

Alors que le Danemark a décidé de tuer tous ses visons d’élevage, l’inquiétude grandit autour du rôle de ces mustélidés dans l’émergence et la propagation de la pandémie. Plus encore, le lien entre l’élevage industriel en général et l’émergence des maladies ne peut plus être occulté, explique l’auteur de cette tribune.

Yann Faure est animateur à la maison de l’écologie de Lyon et enseignant en sociologie de la santé-SHS à l’École centrale de Lyon.


Au Danemark, la Première ministre, Mette Frederiksen, vient de mettre fin à une polémique de plusieurs mois et d’admettre publiquement, le 4 novembre, ce que plusieurs scientifiques d’au moins trois pays avaient commencé d’attester depuis près de six mois : les visons issus des élevages intensifs — aussi appelés « fermes à fourrure » — transmettent le coronavirus aux humains, qui se contaminent ensuite entre eux avec des « variantes », comme l’a indiqué l’Organisation mondiale de la santé le 6 novembre. Certaines de ces variantes mutantes sont potentiellement insensibles au futur vaccin en préparation dans le monde. Pour Käre Molback, du Statens Serum Institut, ce n’est rien moins qu’une nouvelle pandémie qui menace le monde. Hans Jorn Kolmos, de l’université du Danemark du Sud, craint lui aussi que le pays se transforme en nouveau Wuhan et considère que le danger est international.

Conséquence, les dix-sept millions de visons danois doivent être abattus dans les plus brefs délais. Un million ont déjà été gazés mais il faut accélérer.

la suite

Rédigé par caroleone

Publié dans #Santé, #Coronavirus, #Elevage intensif, #pilleurs et pollueurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article