Monde indigène Pérou au 11 octobre 2020

Publié le 12 Octobre 2020

Servindi, le 12 octobre 2020 - Nous partageons avec vous notre bulletin d'information hebdomadaire, édition Pérou, avec certains des points forts de la semaine dans le domaine indigène et environnemental du pays. La reproduction et la diffusion gratuites sont autorisées. Tous les droits sont partagés.

Le résumé de l'actualité de Servindi est présenté par Janeth Apari et Renzo Anselmo

Monde indigène au 11 octobre 2020


Vous pouvez télécharger l'audio 


Ils rejettent les mensonges de l'État

 Les dirigeants indigènes ont déclaré que l'État péruvien avait eu recours à des "mensonges" devant la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) pour leur faire croire qu'il protège les défenseurs de l'environnement.

C'est ce qui a été exprimé lors d'une récente audition internationale sur les droits des peuples indigènes par l'organisme susmentionné. Les dirigeants ont déclaré qu'ils se sentent sans protection face à tant de meurtres dans leurs communautés.

Le Pérou n'a pas respecté la réglementation environnementale

 L'État péruvien n'a pas appliqué la législation environnementale lors de la rédaction de la loi n° 30723, qui déclare la construction de routes dans l'Ucayali.

C'est ce qu'a affirmé le Secrétariat des demandes de conformité environnementale (SACA) de l'Accord de promotion commerciale (AFC) entre le Pérou et les États-Unis.

Le règlement, promulgué en 2018, a été observé par cette agence après plus de 2 ans, à la demande de la Fédération indigène du rio Madre de Dios et de ses affluents (Fenamad).

Défaillance du fonds agricole

 La vente aux enchères de seulement un pour cent du FAE-Agro, annoncée comme un fonds de garantie pour l'agriculture péruvienne, est considérée comme "ratée et moqueuse" par l'analyste Eduardo Zegarra.

Non seulement le fonds est insuffisant et mal conçu, mais il arrive aussi en retard, alors que la saison agricole est déjà terminée à 60 %, a déclaré M. Zegarra.

Il a également déclaré que cette lacune méritait d'être remise en question par le ministre de l'Agriculture et de l'Irrigation, José Luis Montenegro, qui ne s'est pas prononcé sur la question.

Ils demandent des améliorations dans le programme de réduction des émissions

 L'organisation indigène Aidesep a averti que le programme de réduction des émissions du Pérou et le paiement de la Banque mondiale pour les résultats obtenus à San Martín et Ucayali doivent corriger les lacunes.

Entre autres choses, le programme ne donne pas la priorité aux titres territoriaux et n'inclut pas la mesure et l'évaluation des contributions climatiques que les peuples indigènes apportent à partir de leurs territoires, a déclaré l'Aidesep.

Pluspetrol évite de remédier aux impacts environnementaux dans le Loreto

Pluspetrol a lancé une campagne agressive contre l'Agence d'évaluation et de surveillance de l'environnement (OEFA) afin de se soustraire à sa responsabilité de remédier aux impacts du bloc 192.

C'est ce qu'indiquent les quatre fédérations indigènes qui constituent la plate-forme de l'observatoire pétrolier de Puinamudt ainsi que les institutions de la société civile et les défenseurs des droits de l'homme.

Entre autres, la société affirme qu'elle est tenue de remédier aux responsabilités d'une manière illégale et anti-technique et qu'elle a géré le lot de 2000 à 2015.

Cependant, l'OEFA a nié l'entreprise et a déterminé sa responsabilité dans la pollution produite par ses activités.

Ils exigent le respect de la législation forestière pour protéger les peuples isolés

 Le bureau du Médiateur exige du gouvernement régional du Loreto et de la surintendance nationale des archives publiques (Sunarp) qu'ils protègent les personnes isolées et en situation de premier contact.

Cela se fait dans le cadre de la loi sur les forêts et la faune. Ces populations sont menacées par les concessions forestières, a dénoncé l'Organisation régionale des peuples indigènes de l'Est (Orpio). 

Le Congrès réactive une loi qui viole les droits territoriaux

Le président Martín Vizcarra doit se conformer à la règle du Congrès de la République qui prolonge les délais de formalisation des possessions et d'information sur les territoires des communautés paysannes situées sur la côte.

C'est ce qu'a déclaré Pedro Castillo, responsable du Programme d'accès aux ressources naturelles du Cepes, qui explique qu'avec la norme, la possession informelle de terres communautaires est acceptée.

Le projet Noa Jayatai est déjà une réalité

 Main dans la main avec des associations indigènes telles que l'Organisation régionale des peuples indigènes de l'Est (Orpio), la mise en œuvre de Noa Jayatai-Mujer fait ses premiers pas à Loreto.

Comme l'a rapporté l'Orpio, cette organisation, en collaboration avec le Fonds de coopération pour le développement social (Foncodes) du Midis, a mené des actions dans le cadre du projet susmentionné.

Comme on l'a rappelé, la Noa Jayatai-Mujer cherche à donner les moyens d'agir aux femmes indigènes d'Amazonie qui se trouventdans la pauvreté et la vulnérabilité.

Situation irrégulière en matière d'enregistrement

 Les communautés indigènes subissent divers obstacles et violations en raison de l'accès limité aux services d'enregistrement du Sunarp.

L'enregistrement des titres de propriété des communautés devient un voyage irrégulier et désagréable, comme c'est le cas de la communauté cusqueña de Huyaino Aya.

Pour l'enregistrement, la modification des statuts communaux est établie avec la démission ou la perte d'autonomie et d'identité des communautés paysannes et autochtones.

Les droits de l'homme n'ont pas de date d'expiration

Des organisations et des personnes âgées exigent que le Congrès approuve l'adhésion du Pérou à la Convention interaméricaine sur la protection des droits de l'homme des personnes âgées.

La ratification de cet accord international est urgente et importante, car elle permettra à l'État péruvien de construire des politiques publiques sur la vieillesse et le vieillissement dans une perspective de droits de l'homme.

L'importance de cet accord a été confirmée par le séminaire en ligne intitulé "Convention interaméricaine : instrument de protection des personnes âgées", organisé par le bureau du médiateur péruvien et l'Organisation des États américains.

L'accord contribuera également à établir des normes et des obligations que les autorités doivent respecter afin que les personnes âgées soient considérées comme égales et puissent avoir accès à une vieillesse dans des conditions dignes.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 11/10/2020
 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Pérou, #Monde indigène Pérou

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :