Colombie - Les leaders et la garde indigènes du Putumayo commencent leur voyage à Bogota pour soutenir la minga nationale

Publié le 17 Octobre 2020


16 octobre 2020391

Les peuples indigènes de l'Amazonie se joignent à la minga nationale, un groupe de gardes se dirigeant alors vers la capitale du pays. Cet après-midi, ils devraient arriver dans la capitale du Tolima.

Putumayo, 16 octobre 2020 - Une vingtaine d'indigènes appartenant à la garde indigène du Putumayo, "gardiens indigènes de la Terre Mère", ont commencé leur voyage vers Bogota, accompagnés de 50 frères des communautés Nasa du département du Cauca, dont des hauts responsables, qui accompagnent le processus. Leur objectif est d'arriver dans la capitale de la République pour soutenir la Minga nationale.

En chemin, ils feront des arrêts à Ibagué, Fusagasugá et Soacha, avant leur destination finale, la place Bolivar, où ils espèrent arriver lundi : "La garde indigène du Putumayo, en compte actuellement plus d'un. La garde indigène du Putumayo compte actuellement plus de 1 000 indigènes dans les différentes municipalités du département et a été chargée de contrôler et d'atténuer les risques liés aux effets sur le territoire, de s'occuper des catastrophes, comme celle de Mocoa il y a quelques années, et d'appliquer le système judiciaire du gouvernement lui-même, la prise en charge des leaders sociaux à risque et avec la question du coronavirus en conformité avec les mesures de contrôle des resguardos et de protection de la vie de notre peuple et de nos aînés", a déclaré Luis Jansasoy, de la communauté Inga Huasipungo dans la municipalité de Villa Garzón, actuel coordinateur de la garde dans le Putumayo et qui fait partie du groupe d'indigènes qui se dirigent vers Bogota.

La Minga nationale est un mouvement national de peuples indigènes qui s'est renforcé au milieu des années 2000, motivé par une série d'incidents qui ont directement affecté la survie des peuples indigènes dans différentes régions du pays, en particulier, à cette époque, dans le Cauca en raison de la présence sur les territoires de groupes armés en marge de la loi et d'autres pratiques d'extermination.

La raison de la décision du mouvement est d'aller de nouveau à Bogota pour être entendu par le président Iván Duque, après deux réunions tenues à Cali entre les porte-parole de la minga du sud-ouest et la commission gouvernementale, dirigée par la ministre de l'Intérieur, Alicia Arango, qui n'ont pas résolu les demandes que les communautés indigènes avaient formulées depuis plusieurs semaines.

traduction carolita d'un article paru sur le site de l'OPIAC le 16/10/2020

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #Peuples originaires, #Minga, #Nasa paez, #Inga

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article