Chili : Disparition de Martín González Calderón ancien du peuple Yaghan

Publié le 20 Octobre 2020

 #MartínGonzálezCalderón nous a quitté, un homme ancestral de nos peuples indigènes de #patagonie, un #Yagán dont la famille et les ancêtres reposent dans cette partie de la terre de Feu depuis plus de 6 000 ans.
Il nous a laissé ce marin du Cap Horn, ce canoero, sage artisan, connaisseur de la langue et de la navigation, qui durant sa vie a été amené à façonner sa culture millénaire tant dans notre pays qu'à l'étranger. Il poursuit maintenant sa navigation à travers les canaux de l'éternité, désormais en compagnie de ses ancêtres.

De nombreux musées dans différentes parties du monde ont le privilège de posséder ses œuvres, appréciant l'énorme valeur et l'héritage d'un peuple préhistorique conquérant du bout du monde.
Don Martín laisse derrière lui une grande famille et une communauté qui continuera à vivre grâce à tout le savoir et la sagesse qu'il a donnés et qui continuera à être sauvegardée et enseignée aux nouvelles générations, comme ses filles Claudia et Macarena González, ses frères et soeurs Julia et José González, ses petits-enfants.
En Yaghan : Walish Mol-la Tánana anan ija = Belle journée pour naviguer en canoë . Cette fois-ci avec son destin vers les mers infinies des eaux remplies de tranquillité.

Traduction carolita du petit mot de Kallfü Nawel sur fb

"Je suis Martin Gonzalez, descendant du peuple Yaghan, je suis un artisan. Je suis né sur l'île de Terre de Feu, à Harberton, et je suis dans la baie de Katushwea pour les Yaghans, près de la baie de Mejillones. Mon père s'appelait José González Acuña et ma mère s'appelle Ursula Calderón, qui est bien connue pour être une Yaghan", a été présenté par González dans le documentaire "Tánana" ("être prêt à naviguer" en langue Yaghan) et peut être trouvé sur Youtube. Dans ce document audiovisuel, il dit que son père lui a appris à naviguer, à s'orienter, à distinguer les bois, à connaître le climat et que, grâce à ces connaissances, il a pu travailler comme artisan. Il montre également son désir de retourner dans le secteur dans lequel il a vécu et qui était connu sous le nom de "Faux Cap Horn", où il a passé son enfance et son adolescence. (source)

Un documentaire chilien fait revivre l’épopée de la navigation yagan

Dans « Tánana » (2016, 74 minutes), l’anthropologue Alberto Serrano et le réalisateur Cristóbal Azócar témoignent de comment Martín González Calderón (62 ans) est retourné naviguer dans les îles de Tierra del Fuego, sur un bateau à voile, celui qu’il a construit face à la caméra.

Neveu de Cristina Calderón, la dernière locutrice yagán, le personnage principal se souvient avec beaucoup de nostalgie qu’enfant, il a visité tous les canaux et toutes les îles.

la suite