Argentine : MOWIQAPP : un logiciel gratuit pour les linguistes moqoit, wichi et qom

Publié le 20 Octobre 2020

Une équipe interdisciplinaire de l'UNSAM a développé avec des enseignants indigènes du Chaco une application qui permet d'élaborer un glossaire des mots et expressions moqoit, wichí et qom adapté aux nouveaux contextes d'utilisation. Cette initiative vise à promouvoir l'interculturalisme et le multilinguisme territorial et à réduire la fracture numérique dans le nord du pays.

En plus de l'espagnol, trois langues originaires déclarées vulnérables ou en danger par l'UNESCO sont parlées dans la province du Chaco : le wichi, le moqoit et le qom. Depuis 1987, les politiques d'inclusion mises en œuvre dans la province ont élargi les contextes d'utilisation de ces langues, qui sont entrées dans des cadres institutionnels tels que l'école, la justice et la santé. Cela a généré le besoin de créer des termes qui permettent de représenter de nouvelles réalités et a activé un débat sur qui sont les agents légitimes pour créer des mots dans les langues maternelles.

Dans ce cadre, le sous-secrétariat pour l'interculturalisme et le multilinguisme, la direction du patrimoine immatériel, le centre de recherche et de formation pour les affaires autochtones et la commission pour les femmes autochtones du Chaco ont lancé APPLICH, un projet sur les applications des langues autochtones du Chaco, axé sur l'interculturalisme et le multilinguisme territorial. L'initiative a été soutenue par le Secrétariat des politiques universitaires (SPU), le Centre pour l'étude des langues dans la société (CELES) de l'École des sciences humaines et l'École des sciences et technologies (ECyT) de l'UNSAM.

C'est ainsi qu'est née MoWiQapp, une application qui permet aux locuteurs de qom, moqoit et wichi de discuter des néologismes et des termes spécialisés pour chaque langue et de faire des commentaires sur les termes proposés par les utilisateurs. L'application permet également d'élaborer et d'imprimer des glossaires utiles pour les professionnels indigènes travaillant aujourd'hui dans différents secteurs.

"Les professionnels moqoit, wichi et qom qui ont promu ce projet sont des chercheurs du CELES qui s'intéressent aux processus de revitalisation linguistique. Ils ont partagé l'application avec les étudiants et les utilisateurs de ces langues dans toute la province et les ont invités à participer aux ateliers que nous avons organisés entre 2019 et 2020", a déclaré Virginia Unamuno, chercheuse en HD et coordinatrice de l'équipe interdisciplinaire qui a développé MoWiQapp.

"Nous voulions que l'application soit fonctionnelle pour le plus grand nombre de personnes possible. Pour y parvenir, nous avons pris en compte la qualité de la connectivité dans une grande partie du Chaco et les modèles de téléphones portables utilisés par la majorité de la population. Ces informations ont été recueillies par les chercheurs du CELES, autochtones et non autochtones, alors qu'ils effectuaient des travaux de terrain pour leurs recherches respectives dans les institutions du Chaco avec des professionnels interculturels bilingues", a déclaré Mme Unamuno.

Dans de nombreux villages où MoWIQapp est utilisé aujourd'hui, il n'y a pas ou peu de couverture mobile. En ce sens, l'équipe a dû relever le défi de développer une application qui fonctionne même sans connexion, permettant aux utilisateurs de travailler même dans des régions éloignées. Le développement prévoit également de futures adaptations techniques pour une utilisation avec d'autres langues.

Pour faire connaître l'application, les chercheurs qui ont participé au projet ont proposé des ateliers dans différents lieux de formation de la province aux enseignants, aux interprètes et aux communicateurs moqoit, qom et wichi. En plus de les former à l'utilisation et aux fonctions du nouvel outil, ils ont discuté de l'importance de la création de néologismes dans la revitalisation d'une langue et de la nécessité d'intégrer de nouvelles stratégies d'enregistrement de la terminologie.

"Les réactions que nous avons reçues dans les ateliers ont été essentielles pour définir les paramètres de l'application. C'est un processus qui nous a permis de créer un outil clé pour la légitimation des réalités et le consensus et la diffusion des langues indigènes en Argentine", a célébré Mme Unamuno.

Les ateliers se sont tenus à la Technique d'Interprétation en Langue Wichi, l'Institut de Formation Enseignante de Nueva Pompeya, le Centre d'Etudes Supérieures Bilingue Interculturelde Pampa del Indio, la Technique d'Interprétation en Langue Moqoit, le Centre d'Estudes Bilingues Interculturel Moqoit, le Centre de Recherche et Formation Modalidad Aborigen de Sáenz Peña et  lors d'une réunion à Resistencia qui a rassemblé des traducteurs et des interprètes experts des trois peuples.

Le logiciel est libre d'utilisation, mais il est encore en phase de développement. Son utilisation est réservée aux chercheurs, enseignants et utilisateurs des trois langues maternelles, qui débattent encore de la configuration du glossaire.

Enseignants et chercheurs en HD et ECyT dans l'équipe : Virginia Unamuno (coordinatrice) ; Lucas Spigariol, Camilo Ballena, Juan Bonnin, Georgina Fraser, Leonel Galizzi, Cecilia Magadán, Sergio Rojas, Lucía Romero Massobrio et Maximiliano Eme (chercheurs) ; Lara Messina -EH-, Diana Plenzich -EH- et Carlos Ariel Rosales -ECyT- (étudiants).

source d'origine  http://noticias.unsam.edu.ar/2020/10/08/mowiqapp-un-software-libre-para-linguistas-moqoit-wichi-y-qom/

traduction carolita d'un article paru sur Elorejiverde le 19/10/2020

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :