Pourquoi avons-nous besoin d'un boycott mondial pour sauver l'Amazonie et ses peuples ?

Publié le 1 Août 2020

Amazonize-toi ! campagne de boycot : Pas une vache de plus, fin du soja et de la palme africaine, fin des papeteries industrielles

Amazonize-toi ! campagne de boycot : Pas une vache de plus, fin du soja et de la palme africaine, fin des papeteries industrielles

Nous savons tous déjà quels sont les soi-disant "moteurs" de la destruction de l'Amazonie. Les industries extractives et l'agro-industrie, associées à de grands projets d'infrastructure qui, dans le discours du développement et de l'intégration de nos pays, ne cherchent qu'à abaisser les coûts de production au détriment de la vie elle-même.

Nous savons également que ce qui précède est possible grâce à la couverture juridique et politique fournie par l'appareil d'État composé d'une bureaucratie d'avantages et de portes tournantes ; fonctionnelle uniquement dans l'intérêt du capital transnational et de ses représentants locaux.

Au vu de tout cela, ce groupe de travail cherche à être fondé comme une réponse à l'attaque de ce qui est le carburant qui fait fonctionner cette machine destructrice. Nous appelons à une campagne transnationale permanente pour boycotter la capacité de profit de tous ceux qui profitent de la mort du poumon du monde et des nations, cultures et peuples qui l'habitent. Un boycott permanent contre l'économie qui soutient l'échafaudage politique des industries extractives coloniales, racistes et patriarcales.

Comment boycotter ?

A différents niveaux :

  • En pointant du doigt et en faisant pression sur les grandes institutions financières internationales, les fonds d'investissement, les fonds de pension, les banques privées. C'est-à-dire, tout l'appareil financier et boursier qui, avec le discours d'apporter le développement aux peuples amazoniens, base ses profits sur la capitalisation de l'extractivisme.
  • En réalisant des campagnes qui montrent les dommages causés par les entreprises extractives, de construction et agro-industrielles qui exécutent les projets et vendent les ressources sur les marchés internationaux où elles négocient.
  • En accusant, devant l'opinion publique, toutes ces entreprises et ces Etats qui achètent des matières premières qui détruisent les territoires.
  • En accusant, devant leurs clients et consommateurs, toutes ces entreprises qui transforment ces matières premières, les transformant en produits de consommation finale.

De différentes manières

  • En exposant leurs stratégies de "publicité verte".
  • En générant des alliances qui mettent la dignité et les droits des peuples amazoniens au centre du débat.
  • En appelant les citoyens internationaux à se joindre à nous, sachant qu'il ne suffit pas d'avoir un "consommateur responsable", inviter chacun à s'associer à une véritable stratégie de changement, souligner l'importance d'avoir un véritable engagement pour se mobiliser en faveur de la vie. (développer et hiérarchiser)

Avec cela, nous appelons tous ceux qui ressentent l'appel de l'Amazonie à proposer leurs idées et à joindre leurs efforts, plutôt que de rejoindre une organisation, l'appel est d'adopter des actions collectives et individuelles à la fois organisationnelles et de consommation consciente, en reconnaissant que nos actions peuvent faire pression sur le comportement du marché, mais aussi contribuer à une plus petite empreinte écologique et sociale.

Pour cette raison :

  • Nous refusons la construction d'infrastructures visant à piller et à détruire l'Amazonie : Non à l'arc minier de l'Orénoque ! Non à la voie navigable de l'Amazone ! Non au train bio-océanique ou aux routes qui affectent les peuples en isolement volontaire. Plus aucune centrale hydroélectrique !
  • Nous appelons le monde entier, et en particulier les citoyens du Nord, à cesser d'avaler l'Amazonie. Près de 80 % des zones déboisées sont directement ou indirectement consacrées à l'élevage du bétail. Pas une vache de plus ! Fini le soja ou le palmier à huile, finies les papeteries industrielles.
  • Nous demandons un moratoire sur le pétrole maintenant ! Le changement climatique n'attend pas et les gouvernements des pays de l'Amazonie insistent sur de nouveaux cycles, de nouvelles offres et la prospection d'hydrocarbures. Au contraire, nous exigeons des mesures correctives, la justice et la réparation pour tous les peuples touchés par les déversements, la pollution, la destruction de leurs sources de vie et les métaux lourds présents dans le sang de leurs enfants.
  • Aux groupes financiers qui sont derrière ces entreprises, nous disons qu'ils doivent retirer leurs fonds des activités qui détruisent l'Amazonie, nous poursuivrons tous leurs investissements et nous ne leur permettrons pas de continuer à agir dans l'ombre. Ils sont coresponsables de tous ces dommages et ne resteront pas impunis
  • Les États doivent prendre des mesures efficaces pour arrêter la destruction de l'Amazonie et garantir les droits des peuples qui y vivent. Nous exigeons la ratification de l'accord d'Escazú et nous demandons de véritables solutions climatiques et non les palliatifs proposés par le capitalisme vert.
  • Nous demandons l'arrêt des activités minières extractives dans les territoires amazoniens, ainsi que dans les eaux d'amont et les bassins des rivières amazoniennes. L'exploitation minière n'apporte ni développement ni progrès, mais elle nous condamne à la pauvreté et détruit la nature. Que le droit des communautés et des peuples de l'Amazonie à décider de leur avenir soit respecté.
  • L'extractivisme et l'agrobusiness - légaux et illégaux - génèrent non seulement la déforestation, mais aussi la dépossession territoriale et la mort de nos frères et sœurs indigènes, en Colombie, au Brésil, au Pérou et dans toute l'Amazonie. Nous demandons justice et protection pour les défenseurs indigènes, la mort de chaque défenseur est la mort de l'Amazonie elle-même
  • Nous nous autoconvoquons aux journées de mobilisation mondiale du 14 août et du 22 septembre et nous appelons toutes les organisations sociales qui travaillent à la défense de l'Amazonie et de ses peuples à s'unir dans une grande campagne où nous pouvons tous et toutes nous intégrer.

 

traduction carolita du site Assemblée mondiale pour l'Amazonie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article