Mercedes Sosa : Hermano (1966)

Publié le 14 Décembre 2020

Album studio de Mercedes Sosa où elle interprète principalement des œuvres de compositeurs argentins. Il a été publié en Argentine par le label Philips en 1966, avec un son monophonique, (82122 PL).

C'est ce qui est écrit au dos de la couverture du disque :

Le succès, pour être positif et valable, doit venir après une lutte acharnée. Non pas pour la raison qu'il faut souffrir pour le mériter, mais pour une simple raison de maturité qui offre les conditions nécessaires à la compréhension.

Mercedes Sosa a eu du mal à accepter ce succès dont elle jouit aujourd'hui, à juste titre. Elle a dû contempler les problèmes face à face. Elle a vu ses semblables aussi semblables et douloureux que cette même lutte. Et finalement, dans une maturité conceptuelle décantée, Mercedes Sosa est capable d'accorder la valeur réelle que ces deux imposteurs ont : le succès et l'échec.

Parce que cette même maturité conceptuelle, qui est la maturité artistique, lui donne la certitude que le véritable succès, positif et valable, réside dans l'honnêteté avec laquelle le travail est entrepris. Et Mercedes Sosa est honnête avec elle-même et avec les autres -

L'homme est toujours presque une plante, presque un légume. Cela lui coûte son déracinement. A tel point que lorsqu'il réussit, il meurt parce qu'il manque de terre. Et son action, répétée de temps en temps, fait de lui un marcheur de cercle permanent. Parce qu'il arrive, il reste, il part, puis il revient, il reste, il part. Un long chemin sur lequel il donne, comme un mot de passe, sa propre chanson qui, à la fin, devient la chanson de tous, la chanson du prochain, aussi semblable et douloureuse que la lutte elle-même.

Mercedes Sosa, qui a vu les gens de cette terre, qui les a compris, qui les a pénétrés, chante maintenant dans ce disque le Frère. On peut dire, sans crainte de se tromper, que c'est comme si elle chantait pour elle-même. "Regarde, mon frère, comme tu chantes / le monde entier t'écoute avec moi", disent les premiers vers de la chanson qui donne son nom à cette longue pièce.

Et oui, elle regarde chaque mot, chaque note, chaque signe, chaque flambeau que le créateur brandit, en désespoir de cause, pour construire le code du chant de l'homme.

Elle regarde avec attention, comment il chante. Elle donne dignement ce mot de passe sur le chemin qu'elle suit quand elle arrive, elle reste, elle part, puis elle revient, elle reste, elle part. Et en dédiant toujours sa chanson à son frère, à son prochain, à l'habitant de cette terre qui, à son tour, est semblable, comme tous les gens authentiques, à la même terre.

Par conséquent, parce qu'il s'adresse à eux, le fait que "la terre entière vous écoute avec moi" prend la valeur d'un témoignage.

Et Mercedes Sosa chante sur cet album et la terre l'écoute et la remercie.

Hamlet Lima Quintana.

Liste des titres

01. Hermano [Hamlet Lima Quintana – Carlos Guastavino] (3:40)
02. Chacarera del 55 [Hermanos Núñez] (2:20)
03. Para mañana [Moncho Miérez] (3:31)
04. Pescadores de mi río [Chacho Muller] (2:36)
05. Coplera del viento [Armando Tejada Gómez – Óscar Matus] (2:54)
06. Quiero ser luz [Daniel Reguera] (3:15)
07. Zamba del Chaguanco [Antonio Nella Castro – Hilda Herrera] (3:45)
08. Tristeza [Hermanos Núñez] (2:42)
09. La bagualera [Ariel Petrocelli] (2:53)
10. Palomita del valle [Ernesto Sábato – Eduardo Falú] (2:13)
11. Monte chaqueño [Ángel Kelo Palacios] (3:10)
12. Esto azul [Hamlet Lima Quintana – Eduardo Aragón] (2:06)

traduction carolita du site Perrerac.org sur lequel écouter cet album :

Rédigé par caroleone

Publié dans #Nueva canción, #Chanson du monde, #Argentine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article