Honduras - L'impunité continue dans le cas de Berta Cáceres

Publié le 22 Août 2020

20/08/2020 COPINH
 

Les filles et le fils de Berta Cáceres, ainsi que l'équipe juridique et le Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras (COPINH), font connaître à l'opinion publique nationale et internationale les nouvelles récentes concernant le changement de juge dans le procès contre David Castillo pour le meurtre de Berta Cáceres.

  • La décision de la Cour suprême de justice de révoquer la juge Lisseth Rosario Vallecillo Banegas est un fait qui suscite de vives inquiétudes quant aux intentions de maintenir l'impunité des auteurs intellectuels du crime, la famille Atala Zablah.
  • Les actions de la juge Vallecillo ont accompagné et facilité les pratiques dilatoires de la défense de David Castillo. Pour preuve, près d'un an et quatre mois ont passé et l'audience préliminaire n'est pas terminée, et plus encore, nous sommes à quelques jours de l'expiration des deux ans et demi de détention préventive, sans que le procès oral et public respectif n'ait eu lieu.
  • Le processus judiciaire a été retardé de manière injustifiée, ce qui relève de la responsabilité du pouvoir judiciaire.
  • Tout le retard promu de mauvaise foi par la défense de David Castillo, les avocats Sánchez Cantillano et Ritza Antunes, a créé les conditions d'une manipulation à la recherche de l'impunité dans ce processus et en ce qui concerne l'enquête de Daniel Atala Midence, Jose Atala Zablah, Jacobo Atala Zablah et Pedro Atala Zablah.
  • Dans le processus judiciaire et d'enquête, toutes les preuves sont trouvées ; chats, appels, messages textuels, photos, localisations GPS, écoutes téléphoniques, entre autres, qui démontrent clairement la responsabilité de David Castillo dans la coordination avec les tueurs à gages qui ont assassiné Berta Cáceres et ceux qui ont pris la décision dans la famille Atala Zablah. Les preuves sont claires, solides et concluantes.
  • La défense de David Castillo cherche à entraver le déroulement du procès oral et public, et ainsi à empêcher que cette information ne soit révélée.
  • Le changement de juge brise le principe d'immédiateté du processus judiciaire. Cela soumet le processus à des formes de manipulation et à des astuces procédurales.
  • En termes de preuves, tout ce qui indique une implication criminelle est manipulé par la défense, ce qui soulève des préoccupations absolues quant au processus et à la continuité de l'impunité.
  • L'absence de justice à ce stade, en l'occurrence, et l'incertitude qu'elle génère, implique incontestablement la violation des droits des victimes à la vérité et à une justice complète, rapide et expéditive.

Accompagnés par la force et la dignité de notre Berta et de nombreux autres qui ont donné leur vie pour ce pays, nous réitérons une fois de plus notre engagement en faveur de la justice pour notre compagne et pour le peuple hondurien. Aujourd'hui, plus que jamais, nous avons besoin d'un procès et d'une sanction pour les assassins de notre Berta, complices et qui font partie  de ceux qui aujourd'hui s'enrichissent en volant la santé et la vie de ce peuple.
Avec la force ancestrale de Berta, Lempira, Iselaca, Mota et Etempica, nos voix pleines de vie, de justice, de dignité, de liberté et de paix s'élèvent !

Fait le 20e jour du mois d'août 2020.

traduction carolita d'un article paru sur le site du COPINH le 20/08/2020

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Honduras, #Peuples originaires, #Lenca, #COPINH, #Berta Cáceres, #Justice

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :