Brésil - Double menace : Covid-19 et grileiros avancent sur le territoire Xikrin

Publié le 2 Août 2020

Vendredi 31 juillet 2020

Les invasions illégales et l'escalade des conflits mettent en danger l'intégrité des indigènes et favorisent la progression du nouveau coronavirus dans le territoire indigène de Trincheira Bacajá (Pará)


Deux kilomètres seulement séparent le village de Kenkro d'un site d'invasion dans la partie sud du territoire indigène de Trincheira Bacajá, dans le Pará. Depuis le village, les Xikrin peuvent entendre le bruit des tronçonneuses et des tracteurs qui avancent sur leur territoire. L'escalade des conflits met en danger l'intégrité des indigènes et potentialise la progression du nouveau coronavirus sur le territoire.

En juin, 32 hectares ont été déboisés dans la TI (terre indigène), soit près de dix fois plus que ce qui avait été détecté le mois dernier, rompant ainsi une tendance à la baisse depuis les opérations de l'Ibama menées à partir d'avril de cette année. Avec la fin des activités d'inspection en mai, la déforestation a repris et les invasions se sont intensifiées dans la région du sud-est. La surveillance à distance a également permis d'identifier l'ouverture d'une route illégale de sept kilomètres près du village de Kenkro.

"Outre la perte de biodiversité due à la déforestation, le problème revêt un caractère d'urgence humanitaire et sanitaire, en raison du risque de contamination par Covid-19 dans les villages", prévient Thais Mantovanelli, anthropologue à l'ISA. Il y a déjà au moins sept cas de Covid-19 dans la TI Trincheira Bacajá , selon les informations du District sanitaire spécial indigène (Dsei) d'Altamira publiées aujourd'hui (31).


"Chasse aux Indiens"


Les invasions de la TI Trincheira Bacajá ne sont pas nouvelles, mais elles ont empiré l'année dernière. En août 2019, la pression sur le territoire et les populations indigènes a atteint ses limites avec trois fronts d'invasions concomitantes. A l'époque, par le biais de messages audio, un groupe de 300 envahisseurs a menacé de "chasser" les indigènes : "Regardez combien de personnes sont là, dans les bois, pour attraper les Indiens là, dans vos bois. Il y a plus de 300 hommes à l'intérieur de la forêt qui chassent les Indiens", dit l'audio accompagnant une photo montrant les envahisseurs. 

Des actions conjointes d'inspection et de surveillance ont été menées afin d'endiguer les activités illégales, et les invasions se sont atténuées. Mais avec la fin des actions d'inspection de l'Ibama, les indigènes craignent que l'histoire ne se répète.

Déjà au début de l'année, les Xikrin s'étaient montrés préoccupés par la reprise des invasions. Lors d'une réunion dans le village de Krimex en février, ils ont signalé des activités illégales dans la partie sud-ouest de leur territoire : "Ils volent la forêt, cette connaissance qui est la nôtre. Pourquoi font-ils cela ? Allez ! (...) S'ils coupent la forêt, mon petit-fils me demandera : "Où sont les arbres et la forêt, grand-père ? Qu'est-ce que je vais lui dire", a déclaré Tedjere Xikrin, ancien cacique du village de Rapkô, l'un des épicentres des invasions de 2019.

Sécheresse, déforestation et incendie

Avec la fin de la saison des pluies, la déforestation dans le bassin du Xingu a augmenté. 32 800 hectares ont été déboisés entre mai et juin, une superficie supérieure à celle de la municipalité de Belo Horizonte (MG), soit 57 % de plus que les deux mois précédents.

La déforestation s'est concentrée dans la partie paraense du bassin, où plus de 23 000 hectares ont été déboisés, soit 71 % du total. Dans le Mato Grosso, un autre pourcentage est frappant : 64% des déboisements détectés ne sont pas autorisés, un taux qui a atteint 100% d'illégalité dans la municipalité de Querência et 82% à Paranatinga.

Sur les 11 000 hectares de forêt coupés dans les unités de conservation du bassin, près des 2/3 se sont produits dans la seule APA Triunfo do Xingu, qui a compté 6 900 hectares déboisés entre mai et juin. L'arrivée de la saison de la sécheresse pourrait aggraver la progression de la déforestation et augmenter l'incidence des incendies. Rien qu'en juillet, 459 points chauds ont été détectés, soit presque six fois plus qu'au début du mois de juin, où 79 ont été enregistrés.

La forêt nationale (Flona) d'Altamira, avec un peu plus de 2 000 hectares déboisés à l'époque, est une autre zone qui a attiré l'attention. Rien qu'entre janvier et juin, l'équivalent de 75 % de toute la déforestation de l'année dernière a été déboisé. L'exploitation forestière et minière illégale explique l'avancée de la pression sur la région, qui se trouve dans la zone d'influence de la BR-163.

Une partie des zones touchées par l'exploitation minière illégale à Flona sont sous concession forestière, l'Unité de gestion forestière II (UGF). En outre, six besoins de recherche ont été identifiés qui montrent l'intérêt des tiers pour l'exploitation minière de la région. Les activités minières sont cependant incompatibles avec les objectifs de la Flona, selon son plan de gestion. Depuis 2019, le réseau Xingu+ a dénoncé l'intensification de l'exploitation minière illégale, mais il n'y a pas encore eu d'action coercitive dans ce domaine.

En 2011, ICMBio, responsable de la gestion de la UC, a publié une carte dont la surface est effectivement plus petite que celle initialement prévue dans son mémorial descriptif. L'agence a proposé une nouvelle interprétation du mémorial en raison de la correction d'erreurs dans le tracé de ses limites, ce qui a conduit à une réduction de près de 38 000 hectares du territoire, excluant précisément la zone où les occupations sont les plus irrégulières dans l'UC.

"Cela s'est produit au mépris de la Constitution, qui garantit que toute modification des limites des UC fédérales ne peut être effectuée que par la loi", explique Elis Araújo, avocat de l'ISA. "En pratique, la redéfinition administrative des limites de Flona a créé l'attente dans la région de nouvelles réductions, ce qui maintient une pression ininterrompue sur le territoire.

Les terres indigènes sous pression

Malgré l'avancée de la pandémie de Covid-19, entre mai et juin, la déforestation sur les terres indigènes a augmenté de 84 % par rapport aux deux mois précédents.

La terre indigène Kayapó a concentré 45 % de la déforestation totale des TI dans le bassin au cours de la période, avec 357 ha déboisés pour l'exploitation minière illégale. De même cette TI est celle qui a la plus forte incidence de garimpo, et le plus grand nombre de cas de contagion et de décès par Covid-19 : il y a déjà au moins huit décès et 1 119 cas confirmés selon le Dsei Kayapó.

Après une réduction de la déforestation, la TI Apyterewa est revenu en tête du classement au cours de la dernière période, avec 171 ha de forêts abattues, soit une augmentation de 149 % par rapport aux deux mois précédents. Il n'y a toujours pas de cas confirmé du nouveau coronavirus sur le territoire Parakanã.

Les données proviennent du 19e bulletin Sirad X, le système de surveillance de la déforestation du réseau Xingu +, une articulation des populations autochtones, des riverains et de leurs partenaires qui vivent ou travaillent dans le bassin du Xingu.

traduction carolita d'un article paru sur socioambiantal.org le 31/07/2020