Pérou - La culture Tallán

Publié le 19 Juillet 2020

 

image

Le nom tallán  ou talán sert à désigner un ensemble de groupes ethniques d’origine commune qui étaient installés, à l’époque préhispanique sur la côte actuelle du département de Piura au nord de l’actuel Pérou. Les Tumpis installés dans l’actuel département de Tumbes sont considérés comme l’un de ces groupes ethniques.

Organisés en partialités

Les Tallanes étaient organisés en partialités (Parcialidades) dans lesquelles tous les membres étaient engagés dans une seule et même activité, l’agriculture ou la pêche. Pour obtenir le reste de leurs produits de subsistance ils se prêtaient au troc avec des partialités voisines.

Cette dépendance au troc a permis aux cultures Chimú et plus tard Inca de leur imposer leur domination. En raison de la courte période qui s’est écoulés entre la conquête inca vers 1470 et l’arrivée des espagnols en 1532, les Tallanes ne se sont pas complètement incorporés à la culture inca comme cela était le cas d’autres groupes ethniques avant eux et on peut encore avoir des données sur leur mode de vie.

Quelques sites

Narihualá à Matacaos By Rio.Negro - Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12720021

  • La capitale de la nation Tallán était Narihualá, située à 17 km au sud de Piura. C’est aussi la preuve architecturale de référence avec la présence d’un temple construit en tant que sanctuaire en l’honneur du dieu tallán, Walac.
  • La ville de Poechos sur les rives du rio Chira a été décrite par Francisco de Jerez comme « une grande et belle ville ». cette ville selon les chroniqueurs avait une forteresse.
  • Près de Chiclayo se trouve la Huaca el Loro, un site archéologique Lambayeque (Sicán) où une momie de 1000 ans a été trouvée.

Source : wikipedia

Ci-dessous la traduction d'un article au sujet des Tallanes contemporains : 

Pérou : les nouveaux défis du peuple Tallan de Catacaos

 

Traduit du résumé d'une audio de Servindi

Le peuple Tallan est l'un des peuples indigènes du Pérou. Situés dans le nord du pays, dans la région de Piura, ils ont leur siège dans l'actuelle communauté de San Juan de Catacaos. Aujourd'hui, ils sont confrontés à des problèmes nouveaux et divers qui mettent à l'épreuve leur capacité à maintenir leur unité et leur identité culturelles dans une perspective d'avenir.

D'autant plus que leurs sanctuaires et leurs références culturelles sont menacés de disparition en raison du climat rigoureux et de la paresse des autorités. Marcial Quintana Litano, un leader paysan historique de Catacaos, dialogue avec Servindi sur ces nouveaux défis.

La région de Catacaos était autrefois peuplée d'un peuple travailleur et solidaire qui s'y est installé, dirigé d'abord par Mecnau puis par Nariwalac, personnages mythiques du peuple Tallán.

La nation Tallán ou Tacllán a été ainsi nommée en raison de l'utilisation du Taclla, un outil de travail agricole.

Le Dieu des Tallán était Walac et un immense sanctuaire a été construit en son honneur : le temple de Narihualá, situé à 3 kilomètres de Catacaos, à l'endroit appelé Cerro de Narihualá. Cette forteresse et ce sanctuaire sont actuellement en cours de restauration.

Une autre référence culturelle importante pour les sculpteurs est l'église de San Juan Bautista, stratégiquement construite au-dessus de la célèbre cabane Tacllán, où se tenaient les anciens conseils de Curacas et Capullanas.

Les Tallanes ont situé leur centre politico-administratif dans la plaine exubérante de Catac Chaos, connue aujourd'hui sous le nom de district de Catacaos, située sur la côte nord du Pérou, à 25 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Pendant la colonie, Catacaos approvisionne en charbon de caroubier l'industrie ferroviaire en plein essor et se spécialise dans l'élaboration habile de fins chapeaux de paille et de délicats filigranes d'or et d'argent.

Catacaos n'a pas cessé d'être une ville célèbre pour son artisanat, son coton, sa gastronomie et sa rafraîchissante chicha de jora.

 

Artisans de Catacaos

Aujourd'hui, elle compte plus de 54 000 habitants, qui se consacrent principalement aux activités agricoles et artisanales, car elle est entourée par l'une des vallées les plus fertiles du nord du Pérou.

Marcial Quintana Litano, a vécu de près les processus politiques qui ont affecté l'organisation et l'identité culturelle du peuple Tallan, avec lequel il se sent fièrement identifié.

 

image

Don Marcial, se sent concerné parce que la nature, avec ses pluies torrentielles périodiques et le débordement des rivières, continue de frapper avec incrédulité non seulement la vie des indigènes mais aussi les sanctuaires archéologiques appréciés de ses ancêtres.

La Communauté de San Juan de Catacaos a proposé que les eaux soient ramenées à leur cours d'origine afin de sauvegarder le précieux patrimoine culturel et archéologique des sculptures.

Cependant, les autorités, par paresse ou par intérêt, ne prennent pas au sérieux la nécessité de faire des efforts pour préserver les monuments qui affirment l'identité culturelle des Cataquenses.

Des intérêts subalternes, étrangers à la communauté, permettent l'inondation répétée des territoires et le débordement du fleuve, ce qui affecte des populations entières d'hommes, de femmes et d'enfants, exposées à la maladie, à l'exclusion et à l'oubli.

M. Marcial, indigné par la situation de pauvreté et de famine dans laquelle se trouvent les familles suite aux catastrophes naturelles, s'interroge :

Comment est-il possible que le gouvernement régional ait inversé son incapacité à dépenser environ 100 millions de soles, alors qu'entre les deux, le fleuve emporte la moitié de la population, avec ses sanctuaires et son identité ?

L'un des problèmes rencontrés par les habitants de Catacaos est le manque d'intérêt ou le manque d'engagement des autorités pour réaliser des travaux et promouvoir le développement, tout en affirmant et en renforçant l'identité culturelle originale des Cataquenses.

Bombardés par des médias aliénants, exposés au contact permanent d'influences culturelles étrangères qui arrivent par l'autoroute panaméricaine, souvent avec des conséquences désastreuses, les anciens de Catacaos se préoccupent de la manière d'affronter l'avenir et la modernité sans pour autant déformer ou abandonner leur essence culturelle.

traduction carolita

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article