Pérou - Décès de Santiago Manuin, leader Awajún, héros de Bagua

Publié le 2 Juillet 2020

J'ai publié il y a quelques jours un magnifique texte de Luis Chávez Rodríguez qui m'a fait confiance pour sa traduction nous parlant de Santiago Manuin et de l'homme qu'il était, pour son peuple, Awajún et pour son pays le Pérou.

Hélas, malgré toutes nos bonnes ondes réunies autour de lui pour l'aider à surpasser l'épreuve du COVID-19, ce virus l'a emporté comme il emporte tant d'autres leaders indigènes, d'anciens et d'anciennes d'Abya Yala.

Dans ce texte de Luis, il y a ce qui doit être dit et il y a de suggéré ce qui existe dans les coeurs des indigènes péruviens et de ceux qui les soutiennent, cet amour et cette reconnaissance pour ce héros unique, cet homme qui malgré les blessures infligées sans cesse par la vie gardait ce sourire qu'on lui voit en photo.

Ce virus est un véritable fléau et j'ai crains de suite cette possibilité qu'il se propage au sein des peuples des Amériques avec sa terrible sentence, comme s'il se faisait complice de tous les états qui en tirent profit et qui ont bien tardé à faire ce qu'il fallait pour le combattre sur les territoires. C'était du pain béni ce COVID-19 pour les gouvernements et l'on voit bien leurs manoeuvres dans les soins de santé et d'accompagnement comme dans le fait de permettre, voire d'accentuer l'extraction légale et illégale sur les territoires indigènes.

Jamais nos pays occidentaux dits "civilisés" n'auront assez de temps pour payer la dette que l'on doit à Abya Yala et ce ne sont pas de petites actions comme les miennes même si j'y consacre ma vie qui pourront compenser l'inaction et le manque d'intérêt de nos pays.

Que ces peuples vivent encore une fois une pandémie, d'une telle ampleur est profondément injuste et sans être médecin ni politique, je me dis qu'il aurait peut-être été possible d'éviter que le virus se propage jusqu'au plus profond de l'Amazonie. Penser que sur cette terre, même les peuples que l'on dit isolés sont cernés par le virus nous remet les pendules à l'heure face à sa dangerosité, sa terrible propagation et sa sentence enfin.

Je suis triste pour tout ce gâchis, pour toutes ces vies perdues, ces leaders qui se sont sacrifiés pour leurs peuples car ils ont pris des risques pour les alerter, pour les soutenir, ils étaient en première ligne, c'est pour cela qu'on en voit tant tomber.

Je suis en colère de ce que je vois de par le monde, aussi bien de la part des gouvernements que des gens lambda qui ne se soucient que d'eux-mêmes et une fois la vague passée pour eux-mêmes continuent de vivre comme si de rien n'était. Ça ne les concerne plus......alors que tout ne fait que commencer et que la solidarité mondiale me semblerait être la bonne solution.

Un peu d'empathie est-ce trop demander en ces temps ?

Pour suivre les paroles du Che dans la lettre d'adieu à ses enfants, être toujours capable de ressentir l'injustice au fond de notre cœur où qu'elle soit dans le monde, y compris dans ce contexte de pandémie, l'injustice est criante car ce virus a révélé les immenses inégalités de soins, d'attention et de santé des peuples indigènes. Tout ce que la colonisation leur a apporter comme chaos dans lequel ils se trouvent encore de nos jours.

Une rose pour Santiago

 

Rose de vérité, rose de tendresse

Rose de combat

Rose qui à bout de bras tend la feuille de l'espérance

Serre le poing de la dignité

Tresse la liane de la forêt retrouvée.

 

Une rose pour Santiago

Rose de sourire pour l'action accomplie

Rose de mémoire pour tous ces enfants derrière lui menant le combat

Rose d'accomplissement

Rose d'au-revoir.

 

Carole Radureau (02/07/2020)

 

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article