Juan Tama de la Estrella, leader Nasa

Publié le 24 Juillet 2020

Leader Nasa Paez, XVIIe/XVIIIe siècles

Leader du peuple Nasa, il a obtenu la reconnaissance de la Couronne espagnole au nom des territoires indigènes. Sa figure était déifiée et de nombreuses légendes se sont tissées autour de lui.
Au milieu du XVIIe siècle, il a mené les négociations politiques avec les colonisateurs de Quito, obtenant la reconnaissance de quatre cacicazgos et le dialogue avec la Couronne espagnole sur des questions telles que le paiement des impôts, les titres fonciers et la supervision du peonazgo (péonage) dans les haciendas.

Quatre cacicazgos ont été reconnus par la couronne espagnole :

  • Cacicazgo de Toribío, au nord, qui comprenait les districts de San Francisco, Toribío, Tacueyó et la vallée du rio Palo.
  • Cacicazgo de Pitayó, au centre, avec les villes de Pitayó, Jambaló, Caldono, Quichaya et Vitoyó.
  • Cacicazgo de Togoima, au sud de Tierradentro, avec les petitscacicazagos de Yutuc (Calderas), Apirama, Yaquiva, Pisimbalá et Ambosta, plus tard les partialitéss de Cohetando, Schitoris (Ricaurte) et Santa Rosa ont été fondées.
  • Cacicazgo de Vitoncó, au nord de Tierradentro, composée des districts de Tálaga, Mesa de Tóez, Buila et Suin. Ce cacicazgo était reconnu comme le noyau principal des Paeces.

Avec la reconnaissance territoriale des quatre cacicazgos, Juan Tama a poursuivi son travail politique au sein de sa communauté en réalisant l'unification des Paeces contre les désirs de domination espagnole.

Dans ce but politique, Juan Tama s'est réclamé d'une origine surnaturelle pour acquérir un espace sacré donné par le sentiment religieux de son peuple et ainsi un pouvoir sur le territoire. Il est devenu connu sous le nom de Juan Tama de la Estrella, qui possédait les dons divins de sa grand-mère, La Estrella, et était apparu flottant dans la lagune au milieu des vignes, étant secouru par des chamans.

Pour les Paeces, ce leader était le guide dans la recherche de l'équilibre entre le divin et le naturel. Son autorité, reconnue et respectée, lui a permis d'établir deux règles pour l'interaction du peuple indigène en tant que communauté avec d'autres groupes :

"Les lois du dominateur sont contradictoires, car elles sont faites par les exploiteurs pour favoriser, alors qu'en fait ce qu'ils cherchent, c'est à exploiter. Malgré cela, ces lois peuvent être utilisées par l'Indien en sa faveur, lorsque les exploiteurs sont divisés ou contre eux".

En 1702, Juan Tama sur l'autonomie territoriale

(Los paeces)... "s'opposeront fermement et, en tout état de cause, déposséderont les colons qui prennent leurs terres en tant que propriétaires qu'ils sont ... tant en l'espèce, qu'avec les terres qui leur ont été données en possession, ils les défendront avec les documents qui leur sont accordés et se battront jusqu'à ce qu'ils les prennent proprement"

Les Cabildos, qui ont été initialement constitués pour concentrer les indigènes dans une certaine zone afin de faciliter leur endoctrinement et la collecte des impôts, ont été utilisés par les indigènes pour maintenir leurs propres formes d'organisation, les figures d'autorité telles que le gouverneur et le gendarme devant travailler sous la direction du médecin traditionnel.

Selon une légende, après avoir laissé à son peuple les lignes directrices de la coexistence et de la défense contre les colonisateurs, il est retourné dans la lagune où il est né en promettant d'y retourner si nécessaire : "J'irai vivre dans la lagune, je ne mourrai jamais".

La lagune Juan Tama est située dans le páramo de Moras, resguardo indigène de Mosoco, municipalité de Belarcázar, département du Cauca, Colombie. Il est considéré comme un lieu sacré, avec des rituels de consécration et de purification des bâtons de commandement, symbole de l'autorité indigène, puisque de ce lieu est né, selon la légende, Juan Tama et il est retourné se reposer dans ses eaux avec sa compagne.

sources  Residencia Indígena. Nidia Catherine González Piñeros

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #Peuples originaires, #Leaders indigènes, #Nasa paez

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article