Brésil : Le peuple Gavião Kyikatejê

Publié le 14 Juillet 2020

 

image

Peuple autochtone du groupe Gavião de l’ouest dont la langue est le timbira oriental de la famille linguistique jê et vivant dans l’état du Pará.

Autres noms : koykateyé, gavião Kykatejé.

Le nom gavião (épervier) vient des plumes de l’oiseau utilisé pour faire des flèches.

Population

362 personnes (2014)

Langue :

Timbira oriental de la famille linguistique jê.

Localisation et terre indigène

  • T.I Mãe María – 62.488 hectares, 760 personnes. Réserve homologuée dans l’état du Pará. Ville : Bom Jésus do Tocantins. 3 peuples y vivent tous de langue jê : Gavião Akrãtikatêjê, Gavião Kykatejê, Gavião Parkatejê.

 

image

Peuple sportif, course de bûches et football.

L’une de leurs plus grandes traditions est la course de bûches en relais (formées uniquement d’hommes) portant des troncs de palmier buriti (mauritia flexuosa) sur les épaules. La chose la plus importante n’est pas qui arrive le premier mais le plaisir. La fête est plus grande lorsque les équipes arrivent ensemble ou presque.

By Source, Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=44527407

Le peuple a une équipe de football qui joue dans le championnat de football du Pará, le Gavião Kyikatejê futebol clube. C’est la première équipe de foot indigène brésilienne et l’entraîneur Zeco Gavião est le premier entraîneur indigène du pays.

Ci-dessous une traduction à ce sujet : 

JEUX INDIGENES
 

Les Jeux des peuples indigènes représentent une tradition millénaire. Les plus de 200 groupes ethniques qui vivent aujourd'hui au Brésil, dans leurs cultures, avaient leurs sports avant l'arrivée des portugais sur le territoire national. Cependant, depuis la rencontre avec les européens, les populations indigènes du Brésil et du reste du continent américain ont subi d'énormes injustices. Par exemple, en 1492, la région comptait des millions d'habitants. México, capitale de l'empire aztèque, comptait à l'époque environ 200 000 habitants. À la même époque, Paris comptait environ 150 000 habitants. Ces peuples ont également vu leurs traditions bafouées, notamment lors de disputes sportives.

Aujourd'hui, le Brésil, selon l'IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique), compte 305 groupes ethniques, dont la plupart ont des traditions millénaires de litiges sportifs. Malgré le nombre et l'importance indéniable de préserver ces traditions, ce n'est que dans les années 1980 que cet effort a commencé à se concrétiser.

C'est pour tenter d'unir ces peuples et de préserver leurs cultures que les frères Carlos et Marcos Terena ont décidé d'organiser les Jeux indigènes dans les années 1980. L'idée était de donner une visibilité aux différentes traditions des différents peuples qui habitent le pays. L'événement, qu'ils ont appelé les Jeux olympiques indigènes, n'a obtenu le soutien du gouvernement fédéral que bien des années plus tard, dans les années 1990. Jusqu'alors, aucun mécanisme ne pouvait sauver et encourager les pratiques des traditions indigènes dans leur essence.

La première version officielle des Jeux indigènes a eu lieu en 1996 dans la ville de Goiânia, Goiás. Elle a reçu le soutien du ministre des sports de l'époque, Pelé, et de la Funai (Fondation nationale indienne). Par la suite, d'autres éditions des Jeux ont eu lieu à Guaíra, en 1999, à Marabá, en 2000, à Campo Grande, en 2001, à Marapanim, en 2002, à Palmas, en 2003, à Porto Seguro, en 2004, à Fortaleza, en 2005, à Recife et Olinda, en 2007, à Paragominas, en 2009, à Porto Nacional, en 2011 et à Cuiabá, en 2013.

Actuellement organisé par le Comité intertribal indigène et avec le soutien du ministère des sports, l'événement rassemble des centaines d'athlètes.

MODALITÉS

Les frères Terena, après avoir visité plusieurs villages, ont réussi à préparer la première idée de ce que seraient les rencontres. Ils ont ensuite créé une liste de concours. Au bout d'un certain temps, ces sports ont fini par être utilisés par le ministère des sports dans les jeux indigènes. Ce sont les suivantes :

  • Akô : Course de vitesse très similaire au relais d'athlétisme 4x400m. Pratiqué par les peuples Gavião Parkatêjê et Kiykatêjê, du sud du Pará. Il s'agit de deux équipes d'athlètes (l'une formée par des hommes mariés et l'autre par des hommes célibataires) qui courent en cercle. Le relais se fait par le passage d'une sorte de bâton de bambou de main en main. L'équipe qui effectue les tours de piste et le passage du témoin le plus rapidement gagne ;
  • Course de couple : Course disputée par des athlètes masculins et féminins des peuples Xavante, Krâho, Kanela et Gavião Kyikatêjê. L'équipe qui transporte la bûche le plus rapidement gagne ;
  • Jãmparti : une course de rondins pratiquée par les athlètes hommes et femmes Gavião Parkatêjê et Kiykatêjê du sud du Pará. Elle obéit pratiquement aux mêmes rituels que les autres peuples, mais il y a une particularité : l'utilisation de rondins de plus de 100 kilos et d'un diamètre de plus de 1,60 m, qui sont portés par deux athlètes seulement. Elle se tient toujours à la fin des courses de bûches traditionnelles ;
  • Jawari : sport pratiqué exclusivement par les indigènes du Haut Xingu, situés dans le Mato Grosso. Il se joue avec 15 athlètes ou plus de chaque côté, sur un terrain ouvert de taille similaire à celle d'un terrain de football. Chaque équipe se positionne comme un groupe. Un athlète de chaque côté, simultanément, sort devant son équipe avec une flèche sans pointe, comme s'il dansait pour lancer ou pour éviter d'être frappé par l'adversaire qui est devant. Celui qui est touché est hors jeu. L'équipe qui obtient le dernier représentant sur le terrain gagne le match, qui se déroule après un rituel de chant traditionnel yawari tulukay auquel participent les femmes. À la fin du concours, tous les participants ont dansé et chanté ensemble ;
  • Kagot : jeu joué par les Xikrin et Kayapó du Pará, il ressemble au Yawari, mais avec des caractéristiques particulières, typiques du groupe qui parle la langue du tronc Macro-Jê. Il s'agit d'une activité avec flèche, jouée par 15 athlètes ou plus de chaque côté, sur un terrain ouvert de taille similaire à celle du terrain de football. Après les chants et les danses, le jeu commence avec les équipes divisées et regroupées l'une en face de l'autre. Un guerrier de chaque équipe se rend au centre du terrain - tous deux avec une flèche sans pointe dans la main. Ils se tirent les flèches les uns les autres. L'adversaire qui est touché quitte le jeu, comme dans l'épuisement professionnel. L'équipe qui reste avec le dernier joueur sur le terrain gagne ;
  • Kaipy : tir à la cible avec des flèches pratiqué par les peuples Gavião Parkatêjê et Kiykatêjê du sud du Pará ;
  • Katukaywa : sport très similaire au football, mais dans ce sport, le "coup de pied" se fait uniquement avec le genou. Il est pratiqué par les habitants indigènes du parc national du Xingu, dans l'État du Mato Grosso ;
  • Ronkrã : sport très similaire à l'un des sports les plus populaires au Canada, la crosse, qui est également d'origine indigène. Ce sport collectif est pratiqué par le peuple Kayapó, du Pará ;
  • Tihimore : jeu de lancer de la balle de coing, pratiqué par les femmes du peuple Paresi, dans le Mato Grosso ;
  • Xikunahaty (Zigunahiti) : une sorte de football dans lequel les participants ne peuvent que toucher le ballon, en latex, de la tête. Typique des Indiens Paresi, Nambikwara et Enawenê Nawê du Mato Grosso ;
  • Zarabatana : lancer sur la cible des fléchettes avec des sarbacanes, pratiqué par le peuple Matis, originaire d'Amazonie.

Parmi les modalités de combat physique des Jeux indigènes, on trouve les suivantes :

  • Aipenkuit : combat pratiqué par le peuple Gavião Kyikatêjê (uniquement des hommes), de l'État du Pará ;
  • Huka-Huka : combat pratiqué par les peuples Xinguanos (du Xingu) (hommes et femmes seulement) ;
  • Iwo : combat pratiqué par le peuple Xavante, du Mato Grosso ;
  • Idjassú : combat pratiqué par le peuple Karajá, de l'île de Bananal.


LES JEUX MONDIAUX DES PEUPLES INDIGÈNES

En 2015, la ville de Palmas, Tocantins, a reçu la première édition des Jeux mondiaux des peuples autochtones (OMPI). L'événement a eu lieu entre le 23 octobre et le 1er novembre et a rassemblé plus de 2 000 athlètes de 24 pays. Plus de 20 groupes ethniques brésiliens - tels que les Xerente (les hôtes, originaires du Tocantins), les Bororo Boe (Mato Grosso), les Asurini (Pará), les Pataxó (Bahia) et les Canela (Maranhão) - ont participé aux Jeux.

C'était la première fois que les Jeux indigènes comptaient avec des tribus du continent américain, d'Océanie, du continent africain et d'Asie. Les jeux se sont répartis entre les sports de démonstration traditionnels des indigènes et les jeux d'intégration des indigènes. Il y avait aussi des championnats avec des sports occidentaux compétitifs. Cependant, la principale raison de cet événement était d'agir comme une source d'échange de connaissances et d'unification des groupes ethniques et des peuples indigènes.
 

traduction carolita d'un article paru sur brasil.planteasaber.com

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Brésil, #Peuples originaires, #Gavião Kykatejê

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article