Pérou - De 55 à 922 personnes infectées par le COVID-19 à Santa Clotilde

Publié le 9 Juin 2020

Situation dramatique. Les premiers résultats d'une journée de dépistage  massif ont donné un chiffre avoisinant le millier de personnes infectées. On estime qu'avec les résultats des plus de 6 000 tests qui sont arrivés dans la localité, le chiffre dépassera de plus loin celui-ci.

Servindi, 8 juin 2020 - Après les premiers résultats d'un dépistage massif, le centre de santé de Santa Clotilde, le principal établissement du Microréseau du Napo, dans la région du Loreto, a enregistré 922 infections au COVID-19.

Avant ce dépistage général dans la population de Santa Clotilde, le centre de santé ne comptait que 55 cas positifs. Que s'est-il passé dans la localité ?

La réalité révélée

Selon le Centre amazonien d'anthropologie et d'application pratique (CAAAP), le manque de tests à Santa Clotilde a donné une fausse indication du nombre réel de personnes infectées dès le départ. Le nombre était minime et cela a fait croire à la population que rien de grave ne se passait.

Lorsque le premier cas a été détecté le 26 avril, Santa Clotilde n'avait que 25 tests. Quelques jours plus tard, les résultats d'un contrôle du personnel municipal ont forcé le décret d'une quarantaine générale pour une semaine, qui a ensuite été prolongée de près d'un mois.

Cependant, lorsque la troisième semaine de quarantaine est arrivée, sans preuves suffisantes et sans chiffres réels, les gens ne pouvaient plus la supporter et ont commencé à revenir à la normale.

"Ils ont dit qu'ils n'avaient plus de nourriture, qu'ils ne voyaient pas le virus, que personne ne mourait, et beaucoup ont commencé à sortir pour acheter, faire du sport et même rendre visite à leurs proches", a déclaré à la CAAAP Gabriela Filonowicz, directrice du centre de santé.

Dépistage de masse                                                                         

La situation réelle à Santa Clotilde a commencé à être révélée le dimanche 31 mai, lorsqu'un commando conjoint spécial est arrivé dans la ville pour procéder à un dépistage massif.

"Quand le commando est arrivé, nous avons commencé avec le personnel de l'armée et sur 19 tests, sept sont revenus positifs, donc ça ne semblait pas être mauvais," dit Filonowicz.

Cependant, l'échantillonnage du personnel de police a commencé à révéler la situation : les neuf membres du personnel étaient tous infectés. Parmi le personnel de santé, 10 ont été testés positifs ; et sur les 48 employés municipaux, 19 ont été infectés.

En fin de compte, la journée de dépistage jusqu'au vendredi a permis d'obtenir les 922 cas positifs officiels. Les évaluations se poursuivent car Santa Clotilde a reçu 6 425 tests qui ont également été répartis entre les 13 établissements du Microréseau de santé dont dépendent le district de Napo et les Torrentes Causana, soit un total de 25 000 personnes.

Il s'agit notamment des communautés Kichwas, Arabelas, Muruy, Maijunas et Secoyas.

Pas de personnel de santé

Santa Clotilde ne dispose que de sept ballons à oxygène et de six concentrateurs d'oxygène. Mais à ce problème s'ajoute un autre, plus grave : le manque de ressources humaines.

Le seul médecin qui venait de démissionner et qui était responsable s'est retrouvé avec un médecin sans grande expérience  - et un pédiatre bénévole qui est arrivé envoyé par une ONG espagnole.

Bien que Santa Clotilde ne compte actuellement que trois patients hospitalisés, le directeur du centre de santé reconnaît que le manque de médecins rend le travail qu'ils font difficile.

"En raison du manque de médecins, nous ne pouvons pas vérifier l'état de toute la population, donc je ne peux pas voir comment les gens souffrent chez eux. Mais je sais qu'ils prennent leurs propres remèdes et du  paracétamol. C'était la méthodologie du médecin qui était avec nous, pas l'automédication, et cela fonctionne bien pour nous jusqu'à présent", a déclaré Gabriela Filonowicz.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 08/06/2020

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article