Brésil - Les forces enchantées, la danse et le rituel chez les Pankararu

Publié le 19 Juin 2020

 

Voir les autres photos de l'article en suivant ce LIEN

Essai photographique de Renato Athias & Sarapó Pankararu
avec les photographies de Carlos Estevão de Oliveira, 1937


Laboratoire d'Anthropologie de l'UFPE - Programme post-universitaire d'Anthropologie de l'UFPE et Musée de l'Etat de Pernambuco


"Força Encantada, Dança, Festa e Ritual entre os Pankararu" est un essai photographique basé sur la collection d'images de Carlos Estevão de Oliveira, du Musée de l'État de Pernambuco, dans le cadre du projet intitulé : "Povos Indígenas de Pernambuco : Memória, Documentação e Pesquisas" (Peuples indigènes de Pernambuco : mémoire, documentation et recherche) du Centre d'études et de recherche sur l'ethnicité (NEPE) de l'Université fédérale de Pernambuco.


Ces photographies ont été prises par le chercheur Carlos Estevão en 1937, lorsqu'il se trouvait sur les terres Pankararu et qu'il a commencé son travail ethnographique avec ce peuple. Les photos ont été sélectionnées pour montrer la relation des Pankararu avec la dimension du sacré, leur relation avec les forces enchantées dans les villages où ils vivent dans la municipalité de Tacaratu, Jatobá et Petrolândia dans l'arrière-pays du rio São Francisco.

Les Enchantés sont des entités qui font partie de la cosmologie Pankararu. Ils sont présents sur toutes les terres indigènes et servent d'intermédiaires entre ceux qui sont sur terre, qui font partie du monde humain et l'entité plus large qui n'est pas présente sur cette terre. Cette relation se fait à différents moments d'un calendrier riche et dynamique sur les "terreiros" (lieu public où le sacré établit une relation avec les gens de ce monde) des différents villages Pankararu. Sur ces "terreiros" les "Praiás", qui sont des entités qui ont leur nom propre, spécifique et, bien habillées, chacune avec son costume, fabriqué exclusivement avec la fibre de la "caroá", se manifestent publiquement aux personnes présentes.

Le praiá est un personnage mythologique qui s'est enchanté en devenant un intermédiaire des forces vitales pour le mouvement et la dynamique ritualiste du monde Pankararu. Ces personnes enchantées seront présentes lors des fêtes et cérémonies rituelles Pankararu au cours de l'année.

La plus importante manifestation religieuse des Pankararu est la "Course des Umbus". C'est là que l'année commence, après les orages de janvier, en commençant déjà les plantations après les premières pluies. Avec l'apparition de l'imbu, comme on dit, les détenteurs du savoir choisiront le jour de l'"arrochamento" du premier umbu qui apparaîtra. A la fin de la semaine, juste après la journée, les courses commencent, qui se déplacent dans deux terreiros principaux : Brejo dos Padre et Serrinha.

Et pendant 4 week-ends, les Pankararu se réunissent sur ces terreiros pour danser le toré, brûler les orties de la fatigue et surtout chercher la force enchantée pour l'année. Cette fête commence à l'aube du samedi, tant à Serrinha qu'à Brejo, avec la joie de toutes les possibilités de vie et la mémoire dans la danse des humains et des animaux dans un imposant ensemble correctionnel où les praiás à travers un rythme spécial rapportent la force et la beauté des animaux dans un rythme où elle contamine et produit une joie énorme de la relation entre les humains et les non-humains dans ce monde actuel. Cette fête se termine le quatrième week-end avec le départ du "Maître Guide" chef de tous les enchantés. Le départ de Mestre Guia, sur le terreiro approprié, à Serrinha, est vu par tous avec beaucoup de consternation car ils  l'identifient à une partie de l'identité Pankararu. Cette force est reçue avec une grande joie lors d'une cérémonie où le silence est un élément fondamental pour la recevoir.

Les autres fêtes entre Pankararu ont lieu en un calendrier qui n'est pas fixé. Le rituel "Menino-no-Rancho" est une manifestation à laquelle tous les Pankararu sont appelés à participer. Elle implique un travail logistique et organisationnel considérable, a un caractère initiateur et représente la proclamation publique d'une intervention claire d'un garçon enchanté. Les parents du garçon doivent organiser ce rituel qui dure au moins une nuit et une journée entière. Les parents de l'enfant doivent chercher une très grande quantité de nourriture à offrir à tous les invités, qui dépasse parfois les 500 personnes. Les parents du garçon inviteront une fiancée et deux marraines pour le garçon, et recruteront autant de parrains que possible. La fiancée va danser avec le garçon accompagné des deux marraines. Les parrains joueront un rôle important dans un moment de lutte avec les parents pour que le garçon puisse rester dans ce monde. Un combat entre le ciel et la terre où les parrains garderont le garçon. Ce combat peut durer toute une après-midi. Lorsque ce combat sera terminé, le garçon sera enfin gardé par l'un des praiás qui le protégera à vie.
Les fêtes sont organisées par les familles de gardiens des Praiás, car chacune des familles a un nombre de Praiás. Ces familles organisent les espaces (Poró) où les Praiás sont gardés, et où certaines obligations sont exécutées afin de maintenir la force enchantée en vie parmi les membres de la famille. Dans toutes les obligations sont présents les herbes, la fumée enchantée (tabac aromatisé préparé exclusivement pour les forces enchantées) et le vin de ajucá (boisson préparée à partir du jurema) en signe de respect pour le sacré vu comme les plantes de soutien du monde dans lequel nous vivons.

traduction carolita de l'article original en lien ci-dessous  19/06/2020

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article