Pérou - Soins de santé et logement pour les indigènes Matsés isolés dans la ville d'Iquitos

Publié le 5 Mai 2020

Servindi, 5 mai 2020 - Environ 160 indigènes Matsés sont bloqués à Iquitos depuis que l'état d'urgence national a été déclaré par COVID-19, rapporte Daniel Vela, leader de la communauté Matsés.

Le chef de la communauté indigène des Matsés a expliqué qu'il s'agit de groupes de familles dispersées qui se déplacent pour des activités commerciales ou des démarches auprès des institutions publiques, qui impliquent le séjour temporaire des Matsés dans cette ville.

Cependant, ils ont été surpris par la déclaration d'urgence et d'immobilité, étant empêchés de retourner dans leurs communautés, ce qui les a obligés à louer des lieux pour vivre.

"Notre situation est très difficile ici à Iquitos. Les frères Matsés doivent retourner dans leurs villages parce que nous n'avons plus les fonds nécessaires pour payer le logement", a déclaré Daniel Vela, en dialogue avec Servindi.

Les prolongations successives de l'état d'urgence ont épuisé les maigres ressources de ces familles qui, en plus du loyer, doivent faire face à des dépenses de nourriture et de santé.

Le chef des Matsés - qui fait partie des indigènes bloqués - a également dénoncé qu'en plus du COVID-19, d'autres maux comme la dengue les menacent, en raison de la précarité dans laquelle ils vivent.

Vela a également déclaré que bien qu'ils aient reçu un certain soutien comme des paniers ou des bons, seuls quelques matsés en ont bénéficié.

Localisation du territoire des Matsés

Risque de COVID-19


Il y a quelques jours, l'Organisation Régionale des Peuples Indigènes de l'Est (ORPIO) a confirmé jeudi 30 avril le cas d'unindigène Matsés qui s'est révélé positif au COVID-19.

Les indigènes sont non seulement exposés au COVID-19 mais aussi à d'autres maladies, comme la dengue, qui a un fort impact sur le département de Loreto.

"Certains des matsés ici à Iquitos souffrent de maux de tête, de fièvre, ils ont besoin de médicaments pour soulager leur malaise. Nous avons aussi besoin de nourriture", a invoqué Vela, préoccupée par la situation des familles en détresse.

Bien qu'ils doivent retourner dans leurs communautés à la fin de la quarantaine, ils savent que cela représente un risque. C'est pourquoi ils ont demandé à être testés avant de retourner sur leur territoire.

"Nous demandons aux autorités et au ministère de la santé de se coordonner pour que les frères Matsés puissent retourner dans leurs communautés. Ils doivent s'organiser pour se débarrasser du COVID-19 des frères, afin que lorsque la quarantaine sera levée, ils puissent retourner dans leurs villages," dit-il.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 05 mai 2020

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Pérou, #Peuples originaires, #Matsés, #Santé, #Coronavirus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article