Les peuples originaires d'Amérique latine à l'époque du Covid-19

Publié le 5 Mai 2020

4 mai 2020 

Les communautés indigènes du continent sont sanctionnées par la pandémie de coronavirus, qui est renforcée par le manque de soins de l'État.


Par Gerardo Szalkowicz pour Revista Cítrica

"Dans cette pandémie, nous ne sommes pas tous dans le même bateau, nous sommes tous dans la même mer ; certains sur des yachts, d'autres dans des bateaux, d'autres encore comme sauveteurs et d'autres encore en train de nager de toutes leurs forces. La simple métaphore utilisée dans un communiqué de sept organisations indigènes de l'État mexicain de Hidalgo permet de montrer le problème des secteurs sociaux qui seront les plus touchés par l'impact du coronavirus. En Amérique latine, les peuples indigènes font partie de ceux qui jettent les mains dans l'eau, qui résistent au mépris des détenteurs du pouvoir et qui ne sont pas vus sur les écrans et entendus dans les microphones.

Il n'y a pas ou peu de mesures ciblées ou de protocoles spéciaux ; manque de services de base (principalement l'eau potable) ; maladies préexistantes liées à la pauvreté, et absence ou éloignement des services de santé ; complications dans la vente et l'achat de nourriture en raison de la fermeture des routes et des marchés ; manque de documentation pour accéder aux programmes sociaux ; peu de diffusion préventive avec une approche interculturelle et dans les langues indigènes. Une combinaison de problèmes qui laisse de nombreuses communautés indigènes de la région dans une extrême vulnérabilité. Si le scénario précédent en était déjà un d'urgence, la pandémie accentue les inégalités.

La conquête européenne qui a balayé les peuples qui habitaient le continent n'avait pas seulement l'épée et la Bible comme armes principales. Le facteur épidémiologique a été déterminant : les maladies importées (typhus, variole, peste bubonique) ont beaucoup contribué à décimer la population indigène lors du plus grand génocide de l'histoire ; en fait, on dit que c'est la variole qui a réellement détruit l'Empire aztèque. D'autres épidémies, telles que le paludisme, la rougeole et la grippe, ont également fait des ravages dans les territoires indigènes tout au long de l'histoire. C'est pourquoi l'irruption du Covid-19 a déclenché des alarmes et multiplié les appels à l'attention urgente. Sa pénétration dans les communautés serait tragique et rendrait un grand service aux industries extractives, toujours avides de terres et de biens naturels.

La population indigène d'Amérique latine dépasse les 45 millions de personnes, ce qui représente 8,3 % de la région, et c'est la région qui a la plus forte densité de population indigène de la planète. Il existe 826 peuples indigènes différents. Dans son rapport annuel 2019, la CEPALC a souligné que la pauvreté parmi les populations autochtones est de 26 % plus élevée que parmi les populations non autochtones.

Récemment, le Fonds pour le Développement des Peuples Indigènes d'Amérique latine et des Caraïbes (FILAC) a exhorté les gouvernements de la région à organiser une réunion spécifique sur le sujet, notant qu'"aucune des sources d'information mondiales ou régionales ne comprend de données désagrégées sur la population indigène."

Les peuples originaires d'Amérique latine à l'époque du Covid-19

Pérou : se laver les mains avec de l'eau pétrolée


En Amazonie péruvienne, les rivières ont été teintées de pétrole au cours des dernières décennies, multipliant les problèmes et les maladies. Quatre fédérations indigènes du département de Loreto ont mis en garde contre "les conditions précaires dans lesquelles la pandémie nous a trouvés : un contexte de contamination persistante par le pétrole qui empoisonne l'eau et la nourriture, des épidémies de malaria ou de dengue, et l'absence de l'État qui signifie souvent des jours de voyage pour des questions de base comme se rendre à un centre de santé.

Les organisations demandent des mesures pour évacuer les éventuelles personnes touchées, et "que les informations soient diffusées dans les communautés avec clarté, sécurité, pertinence et dans la langue indigène". Le Pérou compte plus de quatre millions de personnes qui s'identifient à une autre langue que l'espagnol. Bien que certains documents de diffusion aient été traduits, un autre problème se pose : de nombreuses communautés ne disposent pas d'Internet, d'électricité ou de matériel électronique pour travailler avec la plateforme éducative officielle "Aprendo en casa". L'Association interethnique pour le développement de la forêt péruvienne, qui regroupe quelque 1 800 communautés indigènes, a accusé le gouvernement de "négligence évidente et de discrimination répétée", et a dénoncé devant les Nations unies "le danger d'ethnocide dû à l'inaction de l'État péruvien".
Au Pérou, où trois indigènes ont déjà été déclarés infectés, un autre phénomène est en cours : l'exode massif de familles pauvres qui fuient Lima à pied en raison de la faim et du manque de travail. La plupart d'entre eux sont des indigènes qui retournent avec leurs biens dans les montagnes et la jungle.

Colombie : la pandémie de violence

La population indigène en Colombie - près de deux millions d'habitants, soit 4,4 % du total - a un grand développement organisationnel. L'Organisation Indigène de Colombie (ONIC) a émis une alerte épidémiologique pour la première fois et a activé un plan d'urgence, qui comprend le blocage des routes, ne permettant que le passage de la nourriture et des produits de base. De la Guajira à l'Amazonie, la "Garde indigène" empêche les touristes et les institutions privées d'entrer dans les villages. Les premiers à le faire ont été les communautés de la Sierra Nevada de Santa Marta qui ont bloqué l'accès au parc national Tayrona, l'une des principales attractions touristiques. "Nous avons divisé la stratégie de prévention et d'endiguement en trois actions : la pédagogie pour comprendre la pandémie, le contrôle territorial par des gardes indigènes et la mobilisation des connaissances des experts en médecine indigène", a expliqué Angel Jacanamejoy, chef des autorités traditionnelles indigènes.

L'ONIC a confirmé le premier décès par coronavirus, et a indiqué qu'il y a sept indigènes infectés et 90 sous observation. Elle a également indiqué que "la pénurie d'eau potable, de nourriture et d'équipements de biosécurité ainsi que le confinement dû au conflit armé aggravent la situation. Le fait est qu'au-delà de Covid-19, le plus grand danger continue à être les groupes paramilitaires. Sous le gouvernement d'Iván Duque, 162 indigènes ont déjà été tués. Et le harcèlement et les décès n'ont pas diminué pendant la quarantaine. Luis Fernando Arias, conseiller principal de l'ONIC, a déclaré : "Ces dernières semaines, des cas de harcèlement ont été signalés, en particulier dans le nord du Cauca. Le génocide contre les peuples indigènes est devenu la pire pandémie de notre temps ces dernières années".

Mexique : Défense zapatiste


Avec quelque 16 millions d'habitants, le Mexique est le pays qui compte la plus grande population indigène de la région. Dans de nombreuses régions, la réduction de l'accès a également été mise en œuvre. L'Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) a déclaré ses communautés en alerte rouge et a fermé ses centres d'organisation, "considérant le manque d'informations véridiques et opportunes ainsi que l'absence d'un véritable plan pour faire face à la menace de la pandémie. Elle a également mis en place des points de contrôle et des filtres sanitaires à l'entrée de ses communautés, et a activé une quarantaine préventive pour ceux qui retournaient dans leurs villages. L'EZLN a également appelé à "ne pas laisser tomber la lutte contre la violence féminicide et à défendre le territoire et la Terre Mère". Le communiqué se termine par ces mots : "Nous vous demandons de ne pas perdre le contact humain, mais de changer temporairement la façon dont nous nous savons compagnons, camarades, sœurs et frères.

Des mesures similaires ont été prises par le Congrès National Indigène (CNI). Carlos González, l'un de ses dirigeants, place un autre élément important : "Chez les peuples indigènes, les anciens jouent un rôle fondamental et vital pour la survie des communautés et leur reproduction. C'est une préoccupation très sérieuse". M. González est d'accord pour souligner la précarité des infrastructures sanitaires, mais il souligne qu'en contrepartie, les peuples indigènes "pourront générer une meilleure défense grâce à leur propre vie communautaire. Le CNI prévoit que la situation la plus grave pour les indigènes sera dans les villes, c'est pourquoi il collecte de l'argent pour soutenir les familles urbanisées.
 

De la Patagonie au Rio Bravo


Les mêmes craintes, dilemmes et exigences se répètent dans toute la géographie du continent.

En Bolivie, la loi reconnaît 34 nations et peuples autochtones. Dans le territoire indigène du parc national d'Isiboro Sécure (Tipnis), qui compte 64 communautés, ils dénoncent la négligence du gouvernement de facto, le manque d'information et la pénurie de médicaments et de nourriture due à l'interruption du commerce. Le leader Pedro Moye a déclaré qu'"aucun matériel de biosécurité ou médicament n'est arrivé dans la zone rurale, ni aucun protocole que nous devrions suivre au cas où nous enregistrerions une contagion. Ils ne se sont rendus que dans les capitales provinciales". Et il a souligné une autre difficulté : "Il n'y a pas d'ambulances ni de moyens pour amener rapidement une personne malade à l'hôpital. C'est la plus grande préoccupation.

Au Brésil, où l'on compte déjà au moins trois Indiens morts et 31 infectés, le fantôme de la grippe A-H1N1 plane sur le pays, causant la mort de centaines d'Indiens, pour la plupart guaranis. La crainte du Covid-19 est renforcée par le fait qu'un tiers des décès d'Indiens au Brésil sont dus à des maladies respiratoires. Le Forum national permanent pour la défense de l'Amazonie a exigé "un plan d'urgence qui tienne compte des caractéristiques spécifiques de ses peuples et de leurs modes de vie communautaires, qui facilitent sans aucun doute la propagation rapide du virus.

L'autre grande menace s'appelle Jair Bolsonaro, qui en plus de minimiser la pandémie et d'aller à l'encontre de toutes les recommandations, a donné carte blanche à la déforestation de l'Amazonie et a expulsé le contingent de médecins cubains, laissant de nombreuses communautés sans soins de santé. Nice Gonçalves, journaliste et activiste indigène, déclare : "En 2019, la mortalité infantile a augmenté de 12 % en raison du retrait des médecins cubains et du démantèlement de la santé indigène.

La situation est également critique au Paraguay, où les populations indigènes mettent en place des barrages routiers. L'organisation Tierra Viva a déclaré : "Les statistiques avant la pandémie indiquaient déjà que 65 % des indigènes sont en situation de pauvreté et plus de 30 % en situation d'extrême pauvreté ; à cela s'ajoute la situation actuelle d'isolement qui rend impossible toute sortie pour travailler. L'exclusion structurelle s'aggrave et la faim frappe les communautés du Chaco.

Le monde qui donne naissance à la pandémie laisse le visage du système à nu et ouvre les portes à des débats urgents sur la nécessité d'un nouveau paradigme civilisateur. Le moment est peut-être venu de se concentrer sur les philosophies de vie proclamées par les peuples indigènes, synthétisées dans des concepts tels que le "sumak kawsay" ou le "bien vivre".

*Par Gerardo Szalkowicz pour Revista Cítrica

traduction carolita d'un article paru sur La tinta le 4 mai 2020

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Santé, #Coronavirus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article