Les connaissances sur les plantes accumulées par les communautés indigènes en danger

Publié le 2 Juin 2020

Le problème est que cette connaissance n'est pas écrite. Transmise en tant que patrimoine culturel, elle n'existe que dans l'esprit des gens et pourrait donc disparaître.

NCYT, 30 mai 2020 La plupart des connaissances que les communautés indigènes ont accumulées sur les plantes ne sont pas écrites. Aujourd'hui, des écologistes de l'Université de Zurich (Suisse) ont analysé toutes les informations disponibles sur les utilisations des palmiers dans de multiples régions et les ont mises à disposition par le biais d'un réseau.

Ce qu'ils ont également découvert au cours de ces travaux, c'est que la perte simultanée de la biodiversité et des connaissances représente une menace majeure pour la survie des peuples indigènes.

Les plantes jouent un rôle essentiel dans la plupart des communautés indigènes d'Amérique du Sud, et pas seulement en tant que source de nourriture. Elles fournissent la matière première pour les matériaux de construction, les outils, les médicaments et bien plus encore. Par conséquent, l'extinction d'une espèce végétale peut mettre en danger les fondements du mode de vie de ces personnes.

Mais il existe une autre menace qui est passée inaperçue : la perte de connaissances sur l'utilisation des différentes espèces de plantes. Le problème est que cette connaissance n'est pas écrite. Transmise en tant que patrimoine culturel, elle n'existe que dans l'esprit des gens et pourrait donc disparaître.

"On sait très peu de choses sur la vulnérabilité de ces connaissances dans le contexte du changement mondial actuel", déclare Jordi Bascompte, professeur à l'université de Zurich. "Il est donc urgent de découvrir comment les facteurs biologiques et culturels interagissent entre eux pour déterminer les services fournis par la biodiversité".

Dans ce cadre, Jordi Bascompte et le post-doctorant Miguel A. Fortuna ont rejoint Rodrigo Cámara-Leret, du Jardin botanique royal du Royaume-Uni, pour étudier pour la première fois ces interactions à grande échelle.

Pour leur étude, ils ont analysé 57 communautés indigènes du bassin amazonien, des Andes et de la région du Chocó afin de rassembler leurs connaissances sur les palmiers. Les chercheurs ont ensuite décrit les différentes espèces de palmiers et leurs utilisations de manière graphique et en réseau, et ont pu identifier les liens locaux et régionaux autour des connaissances des communautés indigènes.

Chaque communauté connaissait, en moyenne, environ 18 espèces de palmiers et 36 utilisations différentes. Par exemple, les fruits sont mangés, les feuilles séchées sont tissées en hamacs, et les troncs peuvent être divisés et placés comme plancher dans les huttes. L'étude a révélé que les connaissances des différentes communautés ne se chevauchaient que partiellement, même en ce qui concerne la même espèce de palmier.

Sur la base de simulations, les chercheurs ont analysé ce qui se passerait si la connaissance d'une certaine espèce ou utilisation était perdue. Ils ont découvert que le réseau est extrêmement fragile et que la perte de quelques composants peut avoir un impact énorme sur l'ensemble du système.

"Dans ce contexte, la diversité culturelle est aussi importante que la diversité biologique", déclare Jordi Bascompte. "En particulier, la perte simultanée des espèces végétales et du patrimoine culturel entraîne une désintégration beaucoup plus rapide du réseau de connaissances indigènes.

Bascompte et ses collègues ont conclu que, jusqu'à présent, trop peu d'attention a été accordée aux facteurs culturels. "L'accent est généralement mis sur l'extinction des espèces végétales. Cependant, le savoir irremplaçable des communautés indigènes qui disparaît progressivement est tout aussi important.

L'étude souligne également la valeur de la collaboration transdisciplinaire entre l'écologie et les sciences sociales : "La relation établie entre la diversité biologique et la culture peut contribuer à renforcer la résilience des communautés indigènes face au changement mondial", concluent-ils.

source d'origine Noticias de la Ciencia y la Tecnología (DICYT): https://noticiasdelaciencia.com/art/32935/el-conocimiento-acumulado-por-las-comunidades-indigenas-se-encuentra-en-peligro

L'écho des palmiers sur cocomagnanville

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 29/05/2020

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article