Pourquoi célébrons-nous la Journée internationale de la Terre le 22 avril ?

Publié le 23 Avril 2020

Pourquoi célébrons-nous la Journée internationale de la Terre le 22 avril ?

Actualidad Ambiental , 22 avril 2020 - La Terre, l'endroit que nous habitons depuis des millions d'années, fête son anniversaire et cette célébration ne doit pas passer inaperçue car, aujourd'hui plus que jamais, notre seul foyer souffre de diverses menaces et a besoin de nous.

Bien que cette date ait été célébrée par divers pays depuis 1970, la Journée internationale de la Terre Mère a été officiellement déclarée par les Nations unies en 2009 par le biais de la résolution A/RES/63/278.

Selon l'ONU, cette journée doit permettre de reconnaître que la Terre et ses écosystèmes sont notre foyer, et que "pour atteindre un juste équilibre entre les besoins économiques, sociaux et environnementaux des générations actuelles et futures, il est nécessaire de promouvoir l'harmonie avec la nature. Cette date nous donne également l'occasion de sensibiliser tous les êtres humains aux problèmes qui touchent notre planète et les différents êtres vivants qui l'habitent.

Cette année, les Nations unies évoquent les derniers ravages sur la planète causés par les incendies en Australie, l'invasion de criquets au Kenya et l'émergence et la propagation mondiale du coronavirus (COVID-19), "une pandémie sanitaire mondiale fortement liée à la santé de notre écosystème".

"Le changement climatique, les modifications de la nature induites par l'homme, ainsi que les crimes qui perturbent la biodiversité, tels que la déforestation, le changement d'utilisation des terres, la production intensive de cultures et de bétail, ou l'augmentation du commerce illégal d'animaux sauvages, peuvent accroître le contact et la transmission de maladies infectieuses des animaux aux humains (zoonoses)", a déclaré l'agence internationale.

Selon le PNUE (Programme des Nations unies pour l'environnement), une nouvelle maladie infectieuse apparaît chez l'homme tous les quatre mois. Parmi ces maladies, 75% proviennent des animaux. Cela montre la relation étroite entre la santé humaine, animale et environnementale.

"En cette Journée internationale de la Terre nourricière, rappelons-nous plus que jamais qu'il faut passer à une économie plus durable qui fonctionne à la fois pour les gens et pour la planète. Promouvons l'harmonie avec la nature et la Terre", ajoute l'ONU.

Six étapes pour se remettre de la pandémie

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a publié un message général ce jour-là, mettant en avant la lutte de la planète contre le coronavirus, qu'il considère comme "le plus grand défi auquel le monde est confronté depuis la Seconde Guerre mondiale".

Nous devons travailler ensemble pour sauver des vies, alléger les souffrances et réduire les conséquences économiques et sociales dévastatrices. L'impact du coronavirus est immédiat et terrible. Mais il y a une autre urgence profonde : la crise environnementale qui se produit sur la planète.

Selon António Guterres, la crise actuelle "est un signal d'alarme sans précédent" et "nous devons transformer la reprise en une véritable opportunité de faire ce qu'il faut pour l'avenir". C'est pourquoi il a proposé six mesures pour se remettre de la pandémie et ce que nous devons faire à l'avenir :

  • Tout d'abord, la dépense d'énormes sommes d'argent pour la récupération du coronavirus doit s'accompagner de la création de nouveaux emplois et de nouvelles entreprises grâce à une transition propre et verte.
  • Deuxièmement, si l'argent des contribuables est utilisé pour sauver des entreprises, il doit être lié à la réalisation d'emplois verts et d'une croissance durable.
  • Troisièmement, l'artillerie fiscale doit favoriser le passage de l'économie grise à l'économie verte et accroître la résilience des sociétés et des individus.
  • Quatrièmement, les fonds publics doivent être utilisés pour investir dans l'avenir, et non dans le passé, et être affectés à des secteurs et des projets durables qui contribuent à la protection de l'environnement et du climat.
  • Cinquièmement, les risques et les opportunités liés au climat doivent être intégrés au système financier, ainsi qu'à tous les aspects de l'élaboration des politiques publiques et des infrastructures.
  • Sixièmement, nous devons travailler ensemble en tant que communauté internationale.

"Ces six principes constituent un guide important pour mieux se rétablir ensemble. Les gaz à effet de serre, comme les virus, ne respectent pas les frontières nationales. En cette Journée de la Terre, joignez vos voix aux miennes pour exiger un avenir sain et résistant pour les populations et la planète", a conclu le secrétaire général des Nations unies.

À quoi servent les "journées internationales" ?

Selon les Nations unies, elle sert à "sensibiliser, attirer l'attention, signaler qu'il existe un problème non résolu, une question importante et en suspens dans les sociétés afin que, par cette prise de conscience, les gouvernements et les États agissent et prennent des mesures ou que les citoyens l'exigent de leurs représentants".

source d'origine  https://www.actualidadambiental.pe/por-que-hoy-22-de-abril-celebramos-el-dia-de-la-tierra/

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 22/04/2020

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #PACHAMAMA, #Journée de la Terre, #Santé, #Coronavirus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article